URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Face à la cherté de la vie : Le gouvernement s’impose des sacrifices au niveau des recettes fiscales

Même si les initiatives de dialogue du gouvernement ont permis de faire baisser la tension sociale, il faut reconnaître que le coût de la vie est aujourd’hui insupportable pour la grande majorité des ménages du pays. Les prix ne cessent de prendre l’ascenseur à seulement quelques semaines du mois béni du ramadan. Heureusement que Moctar Ouane et son équipe sont conscients des difficultés de leurs concitoyens et sont à pied d’œuvre pour les soulager.

«Je ne connais pas de produit ou de denrée sur le marché qui n’a pas enregistré une hausse d’au moins 25 F Cfa ces derniers jours» ! Le coup de gueule est d’une brave mère de famille du retour du marché avec son panier presque vide. «Le chef a beau augmenter la dépense quotidienne, il est impossible de remplir aujourd’hui le panier à hauteur de souhait», déplore-t-elle avec beaucoup d’amertume.

La cherté de la vie était d’ailleurs l’un des thèmes abordés la semaine dernière par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Porte-parole du gouvernement, Mohamed Salia Touré, au Centre d’information gouvernementale du Mali (CIGMA). Il a surtout été question des mesures prises par le gouvernement en vue de la baisse des prix des denrées de première nécessité. C’est pourquoi le jeune porte-parole du gouvernement était accompagné devant la presse par son homologue du de l’Industrie, du Commerce et de la Promotion des investissements, M. Arouna Niang.

Le point de presse a essentiellement porté sur une communication verbale introduite par ce dernier pour mieux informer le Conseil des ministres de la situation des prix des produits de première nécessité au plan national et international.

Le ministre Arouna Niang a donc donné des éclaircissements sur les raisons de la hausse des prix des produits de première nécessité sur la base des analyses faites par son cabinet. Il a rappelé que le Covid-19 a frappé tous les pays du monde, sans exception, impactant à la fois l’offre et la demande des produits. Sans compter que certaines mesures d’accompagnement prises par des gouvernements ont augmenté la demande des pays pendant que le Covid-19 a réduit l’offre. Ce qui a naturellement a entraîné la hausse des coûts de production, des transports internationaux…, donc  naturellement du prix de vente aux consommateurs.

Le Mali important l’essentiel de ses besoins de consommation, cela a eu des répercussions très rapidement sur les prix. «Nous avons un système de surveillance des prix au niveau de la Direction du commerce et de la concurrence qui porte sur 11 produits de première nécessité. Et une certaine hausse a été constatée certains produits», a expliqué le ministre Niang en faisant notamment allusion au pain qui est l’aliment de base pour beaucoup de Maliens. La miche de pain est ainsi passée de 250 à 300 F CFA dans la capitale.

Des sacrifices au niveau des recettes fiscales

Et pour faire baisser le prix, le gouvernement a prévu de consentir des sacrifices au niveau de la fiscalité en abandonnant par exemple la TVA sur l’importation de la farine. La seconde mesure a été le dialogue avec les acteurs du secteur de la boulangerie. Ce qui a permis de convaincre une grande partie des boulangers à revenir au prix de 250 Fcfa. D’autres ont demandé un temps de réflexion.

Par rapport à la viande, le ministre en charge du Commerce a expliqué que la hausse est en grande partie interne. Selon lui, l’aliment bétail vient du coton dont la production nationale a connue une très forte baisse de la production cette année. Cela a naturellement eu répercussion sur l’approvisionnement des différentes huileries, donc sur l’aliment-bétail. «A ce niveau, l’effort de l’Etat a consisté à suspendre la TVA sur les importations de graine de coton», assuré M. Niang qui espère que cette mesure aura «un effet dépressif» sur les prix au niveau de l’huile et de l’aliment bétail.

En attendant, le Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA), a procédé à des donations gratuites d’aliment bétail aux éleveurs au nom du gouvernement afin de faire baisser le prix de la viande. Quant au riz, la variété la plus consommée est la brisure à 25 %. Et pour cette qualité, «il sera appliqué une baisse de 50 % de la base taxable sur une quantité de 250.000 tonnes».

Le ministre Mohamed Salia Touré a fait le point des stocks de produits disponibles afin de rassurer les populations. Ceux-ci qui peuvent approvisionner les marchés pendant 17 jours pour le riz, 92 jours pour le sucre, 59 jours pour le lait en poudre, 63 jours pour la farine et 44 jours pour l’huile alimentaire. Ce qui doit naturellement laisser peu de place à la surenchère des commerçants.

Naby

Le Matin

Read Previous

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Read Next

Edito : Le 26 Mars 1991 en passe d’être classé dans les oubliettes

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular