URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

A douze mois de la présidentielle de 2022, aucune réforme entamée

La Transition est-elle dans l’impasse ?

Tâtonnement, saupoudrage, pilotage à vue, incohérence, sont les caractéristiques principales du régime transitoire au Mali. A un an de la présidentielle de mars 2022, hormis une rencontre entre le Premier Ministre Moctar Ouane et la classe politique, aucune action concrète n’a, pour l’instant, été posée allant dans le sens de la tenue de la présidentielle à date prévue. Tous les voyants sont au rouge au Mali, la crise sécuritaire va crescendo, la crise socioéconomique bat de l’aile, plongeant la majeur partie du peuple dans une précarité extrême, la crise politique est latente. Cette dernière engendrera une bombe dont la déflagration n’est qu’une question de mois. Il y a vraiment péril en la demeure, donc le Président  Bah N’Daw, le vice-président Assimi Goita et le Premier Ministre  Moctar Ouane, les trois têtes de proue de la transition, vont-ils enfin  revoir leurs copies afin d’éviter une situation chaotique ? Ne s’achemine-t-on pas vers une prolongation de la transition avec en toile de fond l’élargissement de ses organes à la classe politique ?  

Depuis l’avènement de la junte militaire du colonel Assimi Goita au pouvoir, un 18 Août 2020, le pays ne fait que s’embourber dans les crises, faisant du Mali un pays en crise multidimensionnelle permanente. Et pourtant, cette situation ne semble nullement émouvoir les nouveaux maîtres du Mali, en l’occurrence les membres de la junte, qui continuent gaillardement à faire la promotion de leurs frères d’armes à des postes administratifs, alors même qu’il y a un besoin accru d’hommes sur le terrain. Comme si cela ne suffisait pas, Assimi Goita et ses compagnons d’infortune ont pris en otage tous les organes de la transition empêchant le Président Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane de travailler, comme s’ils ont en arrière-plan la volonté d’aller au-delà du délai imparti. Les élections générales prévues dans douze petits mois, n’ont pas fait l’objet de discussions sérieuses entre la classe politique et le gouvernement. La seule rencontre véritable qui a eu lieu entre les deux parties n’a pas permis de faire bouger les lignes, car la proposition de la classe politique, relative à la création d’un organe unique de gestion des élections a été rejetée par le gouvernement au motif que le délai est très court. Au même moment, c’est un Plan d’actions gouvernemental, PAG, de 26 pages qui a été égrené par le PM devant le Conseil National de la Transition, CNT.

La question que l’on est en droit de se poser est celle de savoir si les autorités de la transition  mesurent réellement la gravité des crises auxquelles le Mali fait face. Leurs comportements frisent l’insouciance et entraineront inéluctablement le pays dans un abîme. Elles doivent revoir rapidement leurs copies afin d’impliquer le plus largement possible toutes les intelligences et particulièrement la classe politique pour qui le titanesque  travail est en train d’être fait. C’est à ce prix que l’on pourrait sauver ce qui peut l’être encore et probablement  une légère prolongation de la transition serait envisageable afin de doter le pays des lois et  d’institutions fortes qui permettront d’élire  un président ne souffrant d’aucune légitimité au terme de la transition.

En somme, le pays est dans une impasse terrible, les autorités ne peuvent plus se donner le luxe de continuer dans un aveuglement sordide, elles doivent voir la réalité en face  et parer au plus pressé afin d’éviter des scénarii catastrophiques, qu’à Dieu ne plaise.

Youssouf Sissoko

Info@sept

Read Previous

Edito : Le 26 Mars 1991 en passe d’être classé dans les oubliettes

Read Next

Besoins estimes a 120 milliards, mais seulement 10 % mobilises

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular