URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Aide publique à la presse malienne : L’Amlcdf interpelle Bah N’Daw

Les conditions de vie et de travail des soldats de l’information préoccupent certaines organisations de la société civile, en l’occurrence l’Association malienne de lutte contre la corruption et la délinquance financière (Amlcdf). En effet, dans une correspondance adressée au président de Transition, Bah N’Daw, l’Association interpelle ce dernier sur le sort des journalistes maliens et propose à l’Etat d’appuyer financièrement les organes de presse afin qu’ils jouent pleinement leur rôle.

A en croire la correspondance, l’Amlcdf, dans son combat sans relâche pour le bonheur de nos concitoyens, a compris que le métier de journalisme doit être à l’abri de soucis financiers pouvant entraver sa mission.

Et de poursuivre que dans les sociétés qui se veulent démocratiques, la presse demeure une entité incontournable par sa mission d’information, d’éducation et de veille pour garantir les bonnes pratiques institutionnelles car, de plus en plus, elle est acceptée comme le quatrième pouvoir dans la plupart des démocraties modernes.

A ce titre, précise la correspondance, elle dénonce les dérives, les violations des libertés et sert de rempart contre tout ce qui est liberticide. “A priori, il peut paraître incongru que cette presse profite d’une aide financière de l’État qui pourrait, de ce fait, influencer les lignes éditoriales de certains organes de presse. Mais dans des pays dont le lectorat est faible à cause de l’illettrisme et de l’analphabétisme, donc des recettes publicitaires réduites à la portion congrue, surtout de la presse écrite, cette presse a besoin d’un appui budgétaire de l’Etat dénué de toute velléité d’assujettissement”, peut-on lire dans la correspondance.  Selon l’Association, en Angleterre, la BBC est une radio de l’État anglais, mais les journalistes y jouissent d’une liberté totale parce qu’aucun homme politique n’oserait imposer sa volonté aux journalistes de cette chaine. “Nous constatons la même situation dans bien d’autres pays. Depuis des années, plusieurs pays africains octroient des subventions à la presse afin de garantir aux journalistes un minimum pour vivre de leur métier”, mentionne la correspondance.  Et d’ajouter qu’au Sénégal voisin, cette aide avait atteint les 700 millions de Fcfa déjà en 2013 publié par Mor Faye dans “Les Enjeux de l’information et de la communication 2015”.  Au Mali, une communication de la Maison de la Presse établit cette aide à 200 millions Fcfa, une misère face à l’ampleur des problèmes financiers de notre presse. Une précarité qui ne contribue pas à la promotion d’un journalisme professionnel respectant les fondamentaux d’éthique et de déontologie.  “Notre pays a un tel besoin d’une presse d’information et d’investigation, pour renforcer la démocratie et la lutte contre la corruption et les crimes économiques qu’il devient primordial d’améliorer le quotidien des journalistes par une aide conséquente et suffisante. Ainsi, ils pourront réellement jouer leur rôle de quatrième pouvoir”, a conclu la correspondance.                                                    

Boubacar PAÏTAO

Aujourd’hui -Mali

Read Previous

26 Mars 1991 : Le jour où ATT a balisé la démocratie au Mali, il y a 30 ans !

Read Next

Falsification de documents administratifs et commerciaux : Le commissariat du 6è arrondissement alpague des faussaires, la justice les libère

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular