URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Besoins estimes a 120 milliards, mais seulement 10 % mobilises

La problématique de l’entretien routier ne nécessite-t-elle pas des réformes ? 

Avec un réseau routier de près de 25 000 Km constitué de 6 000 km de routes bitumées et 19 000 km de routes en terre, le Mali est sans nul doute l’un des pays de la sous-région, à avoir beaucoup investi dans la construction des infrastructures routières pendant ces 20 dernières années. Mais malheureusement ce grand patrimoine routier souffre d’un manque de soutien financier conséquent pour son entretien. Le programme d’entretien routier de l’exercice 2021 pour l’ensemble du pays a été évalué à 120 milliards. L’Autorité Routière qui est l’organe chargé du financement de l’entretien routier n’a pu mobiliser qu’environ 10% des besoins. Dans ces conditions, les objectifs sont loin d’être atteints. Signalons que pour résoudre en partie ce déficit, le conseil d’administration de l’autorité routière présidé par le président du Conseil malien des transporteurs routiers a délibéré en 2019, lors de sa 34ème session en fixant le prix de péage à 500 FCFA par passage.

 Vu que les routes existantes ont été sérieusement dégradées surtout au cours des 5 dernières années et que les besoins d’entretien routier sont de 120 milliards par an dont seulement 10% sont mobilisables, il y a lieu de réorienter les fonds du budget national sur la préservation des routes existantes au lieu de construire de nouvelles routes qui vont grossir dans deux ou trois ans le lot des routes à entretenir. Signalons que la Côte d’Ivoire qui dispose à elle seule de la moitié du réseau routier de notre sous-région a des besoins de seulement 50 milliards par an. C’est pourquoi il demeure indispensable pour les autorités de la transition de prendre des mesures idoines pour accorder la plus grande importance à l’entretien de nos routes, car celles-ci sont indispensables pour le développement, la décentralisation et l’interconnexion avec les Etats voisins. Makan Fily Dabo, le Ministre des transports et des infrastructures, est en terrain connu, et fera certainement le point des réformes pour voir si elles ont permis d’atteindre les objectifs fixés par rapport à la stratégie d’entretien routier basée sur la séparation des rôles et des responsabilités suivant les directives de l’UEMOA.

La dégradation continue du réseau routier au Mali doit interpeller plus d’une conscience et un réseau routier en bon état doit nous permettre de transformer notre continentalité en opportunité. Les différents corridors qui sont des dispositifs logistiques de transports pourront permettre la création d’activités diverses pour donner l’espoir.  C’est pourquoi il est nécessaire d’accorder la plus grande importance à l’entretien des routes au grand bonheur des usagers. Les autorités de la transition qui s’apprêtent à engager le pays dans la voie des réformes, doivent également réformer ce secteur clé, surtout après les grèves à répétition des transporteurs qui d’ailleurs ont leurs représentant au plus haut niveau dans les organes de gestion du service chargé du financement de l’entretien routier auxquels ils doivent d’abord demander des explications. Le Ministre des transports et des infrastructures, Makan Fily Dabo, pour avoir été pendant des années secrétaire général dudit ministère avant de devenir ministre, doit pouvoir donner une nouvelle impulsion et voir si les réformes ont permis d’améliorer la qualité des routes ou si au contraire elles ont permis aux nombreuses nouvelles structures issues des réformes de paralyser l’entretien routier. 

Youssouf Sissoko

Info@sept

Read Previous

A douze mois de la présidentielle de 2022, aucune réforme entamée

Read Next

Accusé de trafic d’organes humains et de sang : Daouda Yattara dit Sitanè mis aux arrêts, son frère Abdallah dénonce un complot

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular