URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Crimes de disparitions forcées : Cauchemars pour 14 victimes

La suite des témoignages des victimes qui ont perdu leurs familles à travers les crimes de disparitions forcées.

Ould Mohamed Issa est un éleveur de 54 ans à Tombouctou. Il perd quatre frères en 2013, enlevés par l’armée malienne. « Tous vendeurs de sel, ont été enlevés à leurs domiciles à Abaradjou », disait-il.

Il ajoutait que ce même jour, plusieurs autres personnes de teint clair ont été enlevées chez elles. Après leur disparition, leurs femmes et enfants se sont réfugiés en Mauritanie et personne ne sait jusqu’à présent ce qui leur est arrivé. Selon Ould Issa, sa participation à l’audience pourrait l’aider à savoir si ses frères vivent encore ou pas. La victime s’indigne contre l’amalgame pendant les conflits armés.

Traoré Fatoumata est une jeune veuve de 20 ans qui vient de Niafounké. Elle a perdu son mari en 2015, victime du MNLA. Selon elle, elle était souffrante quand son mari et 5 autres personnes ont été enlevés par les éléments du MNLA.

« Ils partaient chercher une nouvelle mariée à Echell pour l’amener à Niafunké. C’est en cours de chemin qu’ils ont rencontré ces rebelles Touaregs de peau claire et jusqu’à présent ils n’ont toujours pas eu leurs nouvelles’’, a-t-elle affirmé.

Elle précise aussi que la zone était sous contrôle du MNLA. Les femmes des cinq autres disparus se sont remariées, mais la victime Fatoumata Traoré refuse de se remarier, car elle espère revoir son mari. Elle a accouché d’une fille trois jours après l’enlèvement de son mari et cette dernière a 6 ans aujourd’hui. Elle est ménagère dans un hôpital afin de subvenir à ses besoins.

Père de famille, âgé de 30 ans, Ould Boubacar Sadeck Mohamed est un éleveur à Tombouctou. Pendant les évènements de Tombouctou dans les années 1990, la population arabo-touareg de peau claire fuyait la ville par peur de représailles. C’est dans cette mouvance que son frère a été enlevé par l’armée malienne à Hashamadi en 1994. Depuis ce jour, ils n’ont plus eu de ses nouvelles. Il a laissé derrière lui une femme. Toute la famille vit toujours dans l’angoisse et l’incertitude. Ils ignorent ce qui est arrivé à leur frère.

Agée de 52 ans, Barry Waby est une habitante de Bagnagathiè à Niafounké. « Un vendredi en 2020 vers 6 heures du matin, quatre militaires de l’armée malienne ont fait irruption dans notre maison pour enlever de force trois de mes fils qui sont Bocar Diallo, Amadou Diallo et Kisso Barry », racontait-elle.

Elle et sa famille ont demandé à connaître les motifs de leur arrestation, mais les militaires ont refusé de leur donner une réponse. « Ils ont été menottés et jetés dans les véhicules pour une destination inconnue sous les yeux impuissants des enfants, des femmes et des sœurs qui criaient pour alerter le voisinage. Après avoir effectué des recherches sans succès, ma famille est toujours sans aucunes nouvelles d’eux. Ce qui nous a vexées le plus, c’est que nous n’avons reçu le soutien d’aucun voisin après plusieurs années de cohabitation. C’est pourquoi nous avons quitté Gouma Koura pour aller nous installer à Bagnagathiè ».

Un bijoutier à Kona, Macinanké Ousmane âgé de 41 ans, raconte qu’il a perdu son père suite à un enlèvement de l’armée malienne en 2013. C’était suite à la reconquête de la ville de Kona dans la région de Mopti. La famille a été à sa recherche jusqu’à Sévaré sans succès. Son père qui était chef des bijoutiers de Kona, âgé de 62 ans à l’époque, a laissé derrière lui trois femmes et 23 enfants. Jusqu’à nos jours, ils ne savent pas ce qui lui est arrivé. La famille Macinanké a été stigmatisée à cause de cette arrestation arbitraire ayant occasionné la disparition du père.

Deux neveux de Ag Sweillane Donta, tous domiciliés à Markala dans la région de Ségou avaient décidé de rendre visite aux parents pendant les congés. Ils quittèrent donc Markala pour Ségou où ils empruntent le même bus pour Gao. A chaque escale, ils appelaient les parents pour donner leurs positions et cela jusqu’à l’entrée de la ville de Sévaré où ils n’ont plus donné aucun signe de vie. Après plusieurs tentatives téléphoniques qui sont restées vaines, la famille décida d’entreprendre des démarches auprès de toutes les autorités administratives et civiles afin de les retrouver. C’est plus tard que la famille a été informée par des bonnes volontés que les deux neveux ont été soustraits du bus par des FAmA vers une destination inconnue. De 2012 jusqu’à nos jours, la famille n’a aucune nouvelle sur leurs sorts.

Le frère d’Ould Lyenne Mohamed a été enlevé par quatre personnes sur deux motos appartenant aux groupes armés islamistes à Tamakoutate dans la région de Gao en 2018. Il apprendra la nouvelle lorsqu’il était se trouvait à Djema dans la région de Kayes. Il mena avec sa famille des recherches. Son frère perdu était un commerçant et avait une femme et sept enfants qui sont à leur charge maintenant. Depuis 2018 jusqu’à nos jours, la famille demeure dans l’incertitude et le désespoir.

En 1991, le cousin à Ag Bogeïdata Mossa abreuvait son troupeau au deuxième puits de Tin Essako lorsqu’il a été enlevé par l’armée malienne en 1991. Après son arrestation, il a été amené au camp militaire de Tin Essako où il a rejoint d’autres détenus. Au total, 13 personnes étaient détenues dans ce camp. La victime s’est rendue à Kidal ville pour solliciter l’intervention de l’Amenokal de l’époque Intalla Ag Attaher et de son fils Mohamed Ag Intalla, actuel Amenokal de Kidal. Leur intervention auprès des responsables militaires de la région a permis d’obtenir la libération de huit personnes. Les cinq autres personnes dont son cousin n’ont pas été libérées ni retrouvées jusqu’à nos jours.

Le 3e Adjoint du maire de Kouakrou à Djenné, Nientao Sidi, a relaté des évènements sombres découlant de l’occupation de son village par les groupes islamistes en 2018. Selon lui, les conséquences sont énormes dont l’exode des jeunes, avortement forcé de plusieurs femmes enceintes, fermeture des écoles, inaccessibilité des champs de culture et bien d’autres.

Plus de trois personnes sont toujours portées disparues jusqu’à nos jours. Elles ont laissé derrière cinq femmes et neuf enfants dans l’angoisse et l’incertitude.

‘’Les familles ne savent pas s’il faut observer le deuil ou s’il faut continuer à attendre. Depuis 2018, les villageois ne cultivent plus, n’élèvent plus d’animaux et ne font plus de commerce car ils n’ont toujours pas accès à leur marché. Cette situation difficile a provoqué l’exode de plusieurs jeunes du village, l’avortement forcé de plusieurs femmes enceintes et la fermeture des 17 écoles de la commune de Kouakrou depuis 2018’’, disait-il.

Fatoumata Kané

Mali Tribune

Read Previous

RDC: l’armée congolaise cible d’attaques dans le territoire de Masisi

Read Next

Candidat de l’URD a la présidentielle de 2022

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular