URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga a la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Edito : Que 2022 soit la fin de la transition de Bah N’Daw !

Le sentiment qui domine aujourd’hui et qui est partagé par une très large frange de la population malienne, est celui de la déception, de la désolation et de la désillusion,  six mois seulement après la chute du régime d’IBK. La grande ferveur qui était celle du peuple, après le départ du régime corrompu d’IBK, s’est effondrée comme neige au soleil après le constat d’échec des tenants du pouvoir à assurer juste le minimum au peuple et à mettre fin aux pratiques qui ont été à la base de son soulèvement. En effet, malgré la prohibition du coup d’Etat par la Constitution, qui le qualifie d’ailleurs, d’acte imprescriptible, il a été pourtant  applaudi par les maliens qui en avaient assez du régime d’IBK. Par naïveté ou excès de confiance, ils  avaient fondé de l’espoir, celui de voir enfin leur pays sortir du chaos dans lequel les « politiciens » l’avaient plongé. Il n’a fallu que six petits mois pour que les partisans de la junte militaire deviennent ses pourfendeurs. Ils ont très vite déchanté, car les fleurs  n’ont pas respecté leur promesse de fruit et pour paraphraser ce dicton peul, « Souley ne vaut pas mieux que Demba ». Le pays est toujours à terre, pour ne pas dire qu’il est en agonie sous les regards impuissants, voire incompétents des autorités de la transition.

Depuis la prise du pouvoir par les colonels, le 18 Août 2020, le pays ne fait que régresser. La sécurité qui est censée être leur domaine de prédilection, en tant que militaires, ne se porte guère mieux, elle s’est même plus détériorée aujourd’hui qu’avant leur arrivée au pouvoir. Le front sociopolitique, loin de s’apaiser, bougonne toujours, avec des grèves et une crise sociale aiguë avec son lot de précarité et de famine. Le Mali est désormais en passe de se transformer  en  Somalie ou en  Afghanistan, tant les forces du mal gagnent du terrain et dictent leurs lois, au début par la force, mais aujourd’hui, elles ont fini par convaincre les populations locales abandonnées à leur triste sort par l’Etat. Quant aux réformes, censées insuffler une nouvelle dynamique à la jeune démocratie malienne, elles sont toujours en gestation et n’auront aucune chance d’aboutir, car la classe politique, censée porter le projet, est mise à l’écart, au fallacieux prétexte qu’elle a mal géré le pays pendant 30 ans. En laissant au bord de la route les acteurs politiques majeurs, les réformes seront renvoyées aux calendes grecques, parce qu’elles ne seront pas consensuelles. Ainsi au regard de tout ce qui précède, il serait tout simplement loisible de proposer aux autorités de la transition de consacrer leurs efforts à réunir toutes les conditions pour des élections transparentes, crédibles afin de doter le Mali d’institutions légitimes. Que 2022 soit la fin de la transition au Mali pour atténuer la souffrance du peuple.          

En somme,  le Mali est toujours la risée du monde, parce que jusque-là, il n’a pas trouvé ce leader désintéressé, patriote, dévoué à la seule cause du pays et qui est  capable du sacrifice ultime à l’image des vaillants martyrs comme le Capitaine Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Mouammar Kadhafi qui ont payé de leur sang pour que leurs peuples puissent être émancipés. Nos colonels sont aux antipodes de ces immortels, ce qui les intéresse c’est le pouvoir et ses délices. Qu’ils comprennent que ni le peuple malien, encore moins la communauté internationale n’accepteront un jour de plus après le délai imparti pour la fin de la transition.

Youssouf Sissoko

Info@sept

Read Previous

Tueries à Bounty : La Minusma confirme la thèse de la bavure

Read Next

Fily Sissoko dit Yayi, jeune frère de Babani Sora Sissoko «C’est sûr que Baba avait des défauts comme tout le monde, mais il avait en lui quelque chose de pas humain»

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular