URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Terrorisme au Mali : Deux stèles dédiées aux victimes

Le Président de la Transition, Bah N’Daou, a procédé à l’inauguration de la place des victimes du terrorisme au Musée National du Mali. C’était le jeudi 01 avril 2021. L’objectif est de commémorer la mémoire des victimes. Un devoir patriotique !

Cette cérémonie solennelle a enregistré la présence de beaucoup de personnalités, notamment des ministres, des chefs de Cabinet, l’Unesco, l’Unicef et le fonds au profit des victimes. L’une des œuvres s’intitule “Non au fanatisme religieux”. Selon Abdoulaye Konaté, plasticien et auteur de ladite stèle, c’est une œuvre qui fait partie d’une série d’une vingtaine d’années. ”Cette série représente la souffrance humaine parce que depuis Bosnie, l’Angola et le changement de régime au Mali et après les élections, il y a souvent des contestations qui mènent à la guerre. Il y a l’intolérance religieuse ou politique qui provoque la guerre. Mon œuvre n’est pas contre une religion parce qu’elle est nécessaire dans la société”, explique l’artiste.

L’œuvre est essentiellement basée sur le Sahel du Mali bâti. Erigée sur 3 mètres 12 sur 5 mètres 90, elle a déjà été exposée en Californie et une présentation est prévue à la Biennale de Dakar prochainement.

Abdoulaye Konaté a d’autres œuvres qui sont exposées à travers le monde. “Il y a actuellement une œuvre dans un musée privé en Turquie qui est sur la Bosnie, l’Angola et le Rwanda. Il y a une autre qui est nécrologie d’une guerre endossée. Cette œuvre est  en Iran dans une collection privée. Il y a une autre “La tension” qui est une œuvre inspirée des luttes de société après les élections. Celle-là est exposée à Paris. Il y a également une autre sur l’ambigüité entre le pouvoir et les religions en Afrique en général, mais aussi dans le monde entier. Cette œuvre est dans une collection privée en Italie”, a fait savoir l’ancien directeur du Conservatoire Balla Fasséké.

A l’entendre, pour l’oeuvre du Musée nationale du Mali, il y a deux éléments essentiels dont la charia et l’éducation qui est un problème qu’il faut combattre et trouver un grand plan d’éducation pour le sahel.

La deuxième stèle est composée du drapeau et de la carte du Mali  avec des courts et longs traits pour dire que malgré nos différences, on est tous pareils. Certaines continuent tandis que d’autres s’arrêtent en cours de route (victimes).

Aux dires de Pieter W.I. De Baan, directeur exécutif du fonds au profit des victimes du terrorisme, il y aura des mesures concrètes en plus du symbolique pour que tout le monde sache qu’il est important de se souvenir de ses proches et compatriotes qui ont subi des préjudices sérieux. “Nous sommes instruits  par la Cour pénale internationale (Cpi) de mettre en œuvre des ordonnances de réparation individuelle, collective et symbolique. Maintenant avec des partenaires comme l’Unesco et les partenaires nationaux, c’est un travail important pour la communauté de Tombouctou. Le fonds a un mandat qui lui demande beaucoup de discrétion d’engagement vis-à-vis des populations victimes de la crise dans le nord. En ce moment, nous sommes en train de préparer le démarrage  des programmes dans plusieurs endroits du Mali pour permettre qu’on n’oublie pas les victimes ici au Mali et partout dans le monde. C’est aussi pour assurer la résilience et la dignité des victimes afin qu’elles puissent reprendre leur vie en main pour elles et pour leurs proches”, indique-t-il.

La présidente Afrique du fonds au profit des victimes du terrorisme, Mme Doumbia Maman Koïté, a pour sa part exprimé sa satisfaction de cette initiative de Madame la ministre de la Culture  d’associer un aspect culturel. “Nous n’avons rien fait pour avoir ce conflit et nous ne voulons plus jamais ça. C’est un signal fort du gouvernement du Mali de travailler à donner une réponse de réparation aux victimes, mais aussi de travailler par rapport à la justice. C’est pourquoi nous avons  demandé au gouvernement de prendre ses responsabilités  par rapport à la crise que nous traversons. La justice internationale est en train de faire son travail, les accusés vont y répondre des chefs d’accusation”, signale-t-elle. Derrière cette réparation symbolique, à en croire la présidente, il y en a beaucoup d’autres comme les réparations individuelles, les propriétaires des Mausolées de Tombouctou, les cimetières etc. “Il y aura environ 1 000 personnes qui seront dédommagées. Après cette étape de dédommagement, nous allons prendre en charge les préoccupations de la population de Tombouctou parce qu’individuellement, certains n’ont pas été choqué ni traumatisé, mais par contre la communauté l’est. C’est toutes leurs vies culturelles et religieuses qui ont été perturbées par les dégâts. Nous allons faire en sorte que Tombouctou soit réhabilité moralement, psychologiquement et physiquement. Au-delà de Tombouctou, il y a un fonds d’assistance. Il y a deux mandats chez nous. Il y a le mandat de réparation qui intervient quand il y a un procès et le second pour assister les victimes des crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes d’agression. Nous ne donnons pas des vivres, des nattes ou des draps, ça c’est l’humanitaire. Nous nous faisons des réparations qui consistent à la résilience qui permet aux victimes de retrouver leur dignité et leur autonomie en leur donnant des moyens qui les permettront de mener des activités génératrices de revenus. Nous l’avons fait en  République Démocratique du Congo, en Afrique centrale, en Côte d’Ivoire et nous le ferons au Mali. C’est des programmes assez importants qui prennent beaucoup d’années jusqu’à ce que l’Etat puisse prendre en charge ses responsabilités auprès des victimes”, déclare la présidente Afrique du fonds au profit des victimes du terrorisme, Mme Doumbia Maman Koïté.

La ministre de la Culture, Kadiatou Konaré, signale qu’elle été saisie par l’expression humaniste et esthétique de l’artiste et de l’architecte. Elle trouve que c’est une sorte d’engagement contre toute forme d’extrémisme.Un dépôt de gerbe de fleurs et un cocktail ont mis fin à cette cérémonie.                                                                                                      Marie DEMBELE

Aujourd’hui – Mali

Read Previous

Disparition de Babani Sissoko : L’humanité perd un patrimoine !

Read Next

Accusés de vol qualifié, coups et blessures volontaires et dommage volontaire à la propriété mobilière d’autrui : Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé reconnus coupables et condamnés à 10 ans d’emprisonnement

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular