URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Le gouvernement transitoire du Mali est de plus en plus  sujet à réflexion au regard des incohérences qui le caractérisent. Le ministre de la Défense et des anciens Combattants, le Colonel Sadio Camara, et celui de la Sécurité et de la Protection civile, le Colonel Modibo Koné, semblent avoir quelques problèmes avec la gestion des hommes, que cela déteint dangereusement sur la mise en œuvre de la feuille de route confiées à eux dans le cadre de la transition et sur l’attente des maliens.
Les multiples nominations que ces deux ministres (très stratégiques pour la stabilité et la défense du pays) opèrent se poursuivent, sans discontinuer. Le limogeage des Directeurs généraux (DG) et de leurs Adjoints, au niveau des structures de l’Armée, lors des conseils des ministres suscite les commentaires des maliens. Les récentes nominations opérées en mars dernier sont des illustrations parfaites.
La plupart des révocations et des nominations en série qu’effectuent ces deux ministres, depuis la mise en place du gouvernement de transition sont de grosses surprises pour les maliens. La facilité avec laquelle les responsables des démembrements de ces deux départements sont remerciés, entache la crédibilité de ces deux ministres en charge de la défense et de la sécurité au sein du gouvernement de transition. Loin de vouloir défendre des individus, c’est plutôt les responsabilités que requièrent ces postes et les structures concernées  qui préoccupent ici. En espace de deux mois, on compte banalement plus d’une centaine de nominations pour ces deux ministères et leurs démembrements, les plus importants maillons de la défense de l’intégrité territoriale du pays et de la sécurité nationale. Pour ne se limiter qu’au Conseil des ministres de mars dernier,  on se souvient que le ministre de la Défense, le colonel Sadio Camara et son homologue de la Sécurité ont fait débarquer des responsables au niveau de leurs départements et des services rattachés. Tous des hauts gradés de l’Armée, on les présentait comme des technocrates.  Mais à peine quelques mois de transition, ils sont  relevés de leurs postes, sans raison, du moins officielle. Avec ces nominations en série, les deux ministres maliens en charge de la défense nationale et de la sécurité croient dur comme fer qu’ils arrivent à choisir des hommes providentiels, des oiseaux rares qu’ils ont réussi à débusquer pour sortir le Mali de la crise.
Le parachutage des cadres
La plupart de ces nominations que les deux ministres effectuent au sein de leur département et démembrements ne répond a priori à aucune exigence technique. Si le ministre de la Défense, Sadio Camara et celui de la sécurité, Modibo Koné, sont censés être les seuls à connaître et à définir les raisons et l’opportunité de ces choix, il reste que les entités de ces deux ministères sont les poumons de la défense nationale puis de la sécurité du pays et qu’il ne faut pas s’amuser à changer leurs directeurs généraux et adjoints à tout bout de champ. En outre, lorsqu’un nouveau DG s’installe, il définit une nouvelle politique de défense et de sécurité au niveau des forces armées. Pour la mettre en œuvre et en escompter des résultats tangibles, une période raisonnable s’avère nécessaire.  En l’espace de quelques mois, il est impossible de diriger convenablement une structure comme l’armée et pouvoir en mesurer les impacts. Il se trouve qu’au bout des mois de gestion de la transition (nous sommes à 7 mois déjà), le ministère de la Défense et des anciens Combattants, celui de la Sécurité et de la Protection civile en ont connu des changements à la pelle à tous les niveaux. Ou presque.
Cette situation appelle quelques observations. La première fait remarquer la manière presque cavalière avec laquelle les ministres Sadio Camara et Modibo Koné parachutent leurs hommes à la tête des services. Ces derniers qui se croient alors tout-puissants ignorent royalement leurs supérieurs hiérarchiques et traitent directement avec leurs ministres qui eux-mêmes prêtent le flanc à ce jeu. La conséquence en est que les cadres se sentent frustrés et les rapports entre eux sont souvent conflictuels. Alors qu’en temps normal,  le ministre une fois à la tête d’un département, choisi des hommes valables qui travaillent en phase. Tel n’est pas le cas avec les ministres Sadio Camara et Modibo Koné qui multiplient les nominations à chaque conseil des ministres, au rythme que le désaccord se crée au sein de la grande muette.
Chassé comme des malpropres
La seconde observation porte sur les raisons du limogeage de ces hauts cadres militaires de leurs postes. Soupçonnés, d’être proche du régime défunt ou d’être imprudent au sein de la grande muette, ces hauts responsables de l’Armée sont suspendus de leurs postes pour dit-on « manquement à l’autorité ». Cette faute suffit-elle pour mériter de pareils sorts ? C’est à se demander  s’il n’y a pas en filigrane l’intention cachée de se débarrasser de ces gens. Si ce n’est pas le cas, n’aurait-on pas dû leur adresser un avertissement, quitte à leur infliger une sanction plus grave en cas de récidive, au regard des responsabilités qui sont  les leurs en leur qualité de hauts cadres du ministère de la Défense et du département de la Sécurité?
Et, plus étonnant est que la raison qui sous-tend leur suspension ne met nullement en cause leurs compétences professionnelles, ni une malversation, ni une erreur de gestion et encore moins une insuffisance de résultat. Si pour un « manquement à l’autorité », on peut du jour au lendemain sauter des DG au niveau des services rattachés au département de la Défense et des anciens Combattants et à celui de la Sécurité et de la Protection civile à qui on ne reproche pas une mauvaise gestion ni un détournement, il y a de quoi  s’interroger. À moins que les ministres Sadio Camara et Modibo Koné, les auteurs de ces arrêtés de révocation viennent expliquer le contenu de « manquement à l’autorité ».
Jean Pierre James

Le Nouveau Réveil

Read Previous

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Read Next

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 14 avril 2021

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular