URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Prises en étau au Sahel : Les populations asphyxiées par une stratégie militaire inefficace contre le terrorisme

Malgré l’engagement soutenu et les investissements significatifs des partenaires internationaux et des États de la région, «la situation du Sahel n’a pourtant cessé de se détériorer au fil des ans». Prises en étau, les populations civiles sont les premières victimes de violences perpétrées en toute impunité par des acteurs variés, notamment des groupes identifiés comme jihadistes, des groupes communautaires identifiés comme milices d’autodéfense, des groupes criminels ainsi que par des éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) nationales et régionales. C’est pourquoi la «Coalition citoyenne pour le Sahel» (lancée en juillet 2020) œuvre à faire entendre la voix des populations les plus touchées par la crise et convaincre les gouvernements de la nécessité de développer une vision articulée autour de leurs besoins fondamentaux. Dans un rapport lancé le 13 avril dernier, elle souhaite un changement d’approche dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

«Depuis 8 ans, la priorité a été donnée à l’action militaire, à travers des opérations anti-terroristes menées par les armées sahéliennes aussi bien à titre national que dans le cadre de la Force conjointe du G5 Sahel ainsi que par des troupes internationales, singulièrement la force française Barkhane» ! C’est le constat fait par la «Coalition citoyenne pour le Sahel» dans un rapport publié le 13 avril 2013.

Ce jour, elle a présenté à l’opinion internationale un ensemble de recommandations concernant la gestion de la crise au Burkina Faso, au Mali et au Niger dans un document intitulé : «Sahel : Ce qui doit changer» ! «On s’aperçoit que, entre 2017 et 2020, les attaques contre les civils ont quintuplé. Le nombre de civils ou de suspects non armés tués, y compris des femmes et des enfants, est passé de 356 à 2 443, soit une multiplication par sept, selon les données de l’ONG ACLED (Armed Conflict Location & Event Data Project)», a rappelé Mme Niagalé Bagayoko, co-auteure du texte, interrogée par nos confrères de RFI le jour de publication du rapport.

Et même en se concentrant sur le début de cette année, a-t-elle souligné, «la situation continue en réalité à empirer». Et cela d’autant plus que depuis le début de l’année on «déplore le meurtre de plus de 200 civils par des groupes armés au Niger, les viols d’une petite fille de onze ans et de deux femmes dont une enceinte au Niger également par des soldats tchadiens… ou également des rapports, notamment celui de l’ONU qui établit la mort de 19 civils lors d’une frappe aérienne française» à Bounty, au centre du Mali.

Pour Mme Niagalé Bagayoko, «si l’on fait le bilan, en réalité davantage de civils ont été tués au cours des dernières années par des soldats que par des groupes armés non étatiques. Et le rôle des groupes d’autodéfense ou des milices est également accablant dans les souffrances infligées aux civils».

C’est pourquoi cette coalition souhaite que la protection des civils soit un objectif à part entière dans la lutte contre le terrorisme. «A notre sens, il faut changer les mesures du succès», a souhaité la co-auteure du rapport de la coalition. Et de suggérer qu’il faudrait par exemple «évaluer les opérations» en répondant aux questions comme combien d’écoles et de centres de santé par exemple ont-ils pu être rouverts grâce à une intervention militaire ? Est-ce que les populations peuvent désormais accéder à leurs champs pour les cultiver ou à leurs pâturages ? Est-ce que ces opérations ont permis le retour sûr, volontaire et informé des déplacés et des réfugiés ?

Négocier avec les terroristes, mais aussi juger les auteurs des massacres comme celui d’Ogossagou

La «Coalition citoyenne pour le Sahel» souhaite aussi «l’ouverture de premier procès de soldats et de responsables de milice, de manière très rapide, notamment en ce qui concerne des massacres qui ont été particulièrement documentés comme celui d’Inates au Niger ou celui de Djibo au Burkina Faso voire d’Ogossagou au Mali».

«Il est nécessaire aujourd’hui que les procédures, que les autorités ont annoncé avoir lancées, aboutissent de manière concrète et visible», a confié Mme Niagalé Bagayoko à nos confrères de RFI. Et la coalition est naturellement favorable au dialogue avec certains jihadistes. Pour Mme Niagalé Bagayoko, il y a différents niveaux de dialogue. «Il y a bien entendu le dialogue que certaines autorités nationales, notamment celles du Mali, ont déclaré vouloir engager avec certains chefs de groupes jihadistes, notamment Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa. Mais, il y a un deuxième niveau qui est celui des dialogues qui sont menés en réalité au niveau local».

Et de rappeler que, aujourd’hui, «la difficulté est qu’il n’existe pas de coordination entre ces différents niveaux et l’un des enjeux est vraiment de parvenir à inscrire l’ensemble de ces initiatives dans un schéma beaucoup plus global de gestion de la crise».

La transparence dans les budgets de la défense est également l’une des recommandations de la coalition. Une exigence justifiée par les scandales qui ont éclaté au Niger puis au Burkina Faso et également au Mali. «Dans un contexte de guerre, ces scandales vont à l’encontre justement de ce principe de protection des populations et même de respect des soldats eux-mêmes», a déploré Mme Niagalé Bagayoko. En effet, poursuit-elle, comment accepter aujourd’hui que «des soldats risquent leur vie et en mainte, puisque le nombre de soldats tués au cours des dernières années varie entre 200 et 400 par an selon les pays. C’est donc énorme».

Et comment accepter que «ces soldats soient déployés avec des moyens qui restent quand même dans l’ensemble relativement insuffisants, alors même que les budgets qui leur sont destinés sont détournés». Cette exigence est adressée non seulement aux Etats de la région, mais également aux partenaires internationaux. «Il doit y avoir une conditionnalité absolue lorsqu’il existe des programmes de coopération militaire avec des États pour que les budgets affectés à la défense y soient réellement consacrés», a conclu Mme Niagalé Bagayoko dans l’entretien accordé à RFI le 13 avril 2021.

Naby

Le Matin

Read Previous

Mali : à Gao, les femmes se lancent dans l’entrepreneuriat pour soutenir leur famille

Read Next

Santé : Les hôpitaux de Bamako et de Kati en grève de dix jours à partir de ce matin

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular