URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga a la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Au pouvoir depuis 30 ans  »Le président tchadien Idriss Déby est mort au combat »

Il a vécu avec la ferme conviction qu’il ne va pas mourir couché dans son salon, mais débout les armes à la main pour défendre son régime, sa patrie. Et il en a été ainsi. Le président tchadien, Maréchal Idriss Déby Itno qui venait tout juste d’être réélu selon les résultats provisoires de la Commission électorale, est décédé hier mardi (20 avril 2021) des suites des blessures reçues dans des combats contre des rebelles le week-end dernier . Son fils Mahamat lui succède à la tête d’un conseil militaire de transition.

«Le président de la République, chef de l’État, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du Maréchal du Tchad» ! Tel est le contenu du communiqué lu à l’antenne de TV Tchad par le porte-parole de l’armée, le Général Azem Bermandoa Agouna.

Pendant un instant, le Tchad a sans doute retenu son souffle. La rumeur venait enfin d’avoir une confirmation officielle. Et du coup, c’est une autre page du Tchad qui est tournée et toujours dans le sang. «Je ne mourrai pas dans mon salon», confiait le maréchal Idriss Deby Itno au journaliste Alain Foka. Et le président Tchadien est tombé au front, mort suite à des blessures subites lors des affrontements avec les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad.

Idriss Déby, 68 ans, un militaire de carrière qui a pris le pouvoir en 1990 à l’issue d’un coup d’Etat et qui a été promu au rang de Maréchal en août dernier, venait d’être réélu pour un mandat de 6 ans avec 79,32 % des suffrages exprimés, selon des résultats provisoires énoncés lundi soir (19 avril 2021) par l’instance électorale nationale.

De nombreuses personnalités du pays avaient indiqué avant-hier que le chef de l’Etat s’était rendu samedi et dimanche sur le front opposant son armée à une colonne de rebelles qui avait lancé une offensive à partir de bases arrières en Libye le jour du scrutin, le 11 avril 2021. Les rebelles, que l’armée avait assuré avoir défaits dans les combats, avaient affirmé dans un communiqué que M. Déby avait été blessé. Mais, l’information n’avait pas été confirmée de source officielle.

Après près de 30 ans passés à la tête du pays, c’est la succession de ce leader énigmatique qui est en train de s’organiser dans un pays où les vieux démons claniques n’ont jamais le sommeil profond. Pour le moment, la constitution aurait été suspendue et le pays est désormais contrôlé par un conseil militaire dirigé par Mahamat Idriss Déby Itno, le fils de feu Idriss Déby. Ce conseil doit rester en place pour 18 mois.

Un acteur essentiel de la stabilisation du Sahel

Si pour certains Idriss Déby Itno était un dictateur voire un tyran, pour de nombreux Africains il reste un «héros» qui a joué un rôle déterminant pour éviter que la zone sahélo-saharienne ne bascule totalement entre les mains des terroristes. Même si on lui a toujours reproché de malmener son monde, notamment ses opposants, feu le président tchadien était souvent considéré (et à juste titre) comme un élément stabilisateur dans une région tourmentée, aux États aussi en faillite que la Libye, la Centrafrique ou le Soudan. Il est aussi vrai que dans un pays aussi profondément divisé entre les clans comme le Tchad, il faut plus de fermeté dans la gouvernance pour régner.

Ce rôle, il l’a joué à merveille dans notre région où les troupes tchadiennes continuent à accomplir une mission déterminante dans le combat pour la stabilité du Sahel au sein du G5 Sahel dont le Tchad est incontestablement le pilier militaire. On comprend alors que, au Mali, les premières réactions aient salué la mémoire d’un grand homme. Ainsi pour le secrétaire général de Gatia, Fahad Ag Almahmoud, «le Sahel perd ainsi son plus grand soldat. Je rends hommage à son courage et prie Allah pour l’accueillir au Paradis El Ferdous».

«Le Tchad vient de perdre son chef. Mort au combat, mort dans la gloire et l’honneur. Quel exemple d’engagement patriotique et africain que la vie d’Idriss Deby Itno ! Le Mali perd un allié, un soutien et un ami…», a reconnu Tiéman Hubert Coulibaly, président de l’UDD et ancien ministre, notamment de la Défense.

«Profonde émotion à la suite du décès sur le champ de bataille de Idriss Déby Itno, Maréchal du Tchad et un grand ami du Mali… Le peuple malien est reconnaissant pour la présence de leurs soldats à nos côtés. Souhait sincère d’un Tchad en paix et stable en ces instants troublés», a déclaré l’ancien Premier ministre Moussa Mara. Quant à l’ancien ministre des Affaires étrangères et président du Parena, Tiébilé Dramé,  il a rappelé que «les Maliens n’oublieront jamais l’engagement d’Idriss Déby Itno pour la liberté du Mali: de la vallée de l’Ametettaï dans l’ Adagh (2012) au Liptako Gourma (2021). L’héroïsme des soldats tchadiens fait partie de l’histoire du Mali».

Pour de nombreuses personnes interrogées dans la rue, «l’histoire retiendra que Idriss Déby a été un brave homme qui s’est sacrifié pour sa patrie». Ce qui est un immense honneur !

Naby

Le Matin

Read Previous

Droits de l’Homme : Amnesty International invite les Etats à abolir la peine de mort

Read Next

Magma Gabriel Konaté, écrivain :

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular