URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Blocage dans le financement des partis politiques au Mali : Un collectif demande la démission de Moctar Ouane

Le collectif des partis politiques du Mali pour le financement public, regroupant tous les partis politiques du Mali, a animé un point de presse, hier, jeudi 22 avril 2021, au siège de l’Alliance des Nationalistes Convaincus pour le Développement du Mali en commune I. Les représentants des partis politiques ont, au cours de ce point de presse, dénoncé le blocage du financement des partis politiques qui impacte, selon eux, de manière négative la démocratie. Ainsi, ont-ils  demandé la démission du premier ministre, Moctar Ouane, qui est,  pour eux, le seul responsable de ce blocage.

Les partis politiques sont privés du financement depuis plus de deux ans et sont remontés contre ceux, selon eux, qui veulent les priver de l’un de leurs droits indispensables. Alassane Dembélé, le président de l’Alliance des Nationalistes Convaincus pour le Développement du Mali, a, dans ses propos liminaires, mis l’accent sur les conséquences du non paiement des financements des partis politiques et a prévenu qu’ils demandent purement et simplement la démission du premier ministre de la transition, Moctar Ouane, qui, à leurs yeux, fait œuvre de mauvaise foi et affiche une volonté délibérée de ne pas payer le financement. Il a montré que cette attitude est une violation grave des textes démocratiques.  « Nous ne nous laisserons pas faire et déploierons tous les moyens légaux pour obtenir nos financements. Nous exigeons aux autorités de la transition le paiement sans délai de l’aide financière allouée aux partis politiques pour l’exercice 2018 et 2019», déclare-t-il. Le président du Parti Africain pour le Renouveau et l’Intégration (PARI), Mamaye Kassogué, a, d’entrée de jeu, indiqué que ce n’est pas en comptant sur les financements des partis politiques qu’ils ont créé leur parti.

A ses dires, c’est parce que les ressources internes des partis politiques ne peuvent pas couvrir toutes les dépenses que l’Etat a initié ce financement pour permettre aux partis politiques de jouer pleinement leur rôle et de répondre aux multiples critères qui leur ont été imposés par ce même Etat à savoir, se doter d’un siège équipé; avoir une personne pour assurer la permanence etc.

Selon lui, le financement public est un droit acquis des partis politiques et personne ne peut tenter de  le supprimer. « Supprimer ce droit équivaut à supprimer la démocratie, car les partis constituent des acteurs majeurs de la scène démocratique », exprime-t-il. Il a fait savoir que le financement des partis politiques souffre de deux ans de retard et que les partis ne peuvent plus se taire sur une telle situation, d’où ce point de presse pour informer l’opinion nationale et internationale de la situation.

Le président du parti africain pour le renouveau et l’intégration a expliqué les différentes démarches entamées auprès des autorités de la transition  et a informé que leur investigation leur a permis de savoir que le blocage se situe au niveau de la primature et non au niveau du ministère de l’administration territoriale encore moins du ministère de l’économie et des finances.

Moussa Samba Diallo

Le Républicain Mali

Read Previous

Justice-Absence de l’Etat au centre du Mali-Flambée des prix des produits : Le gouvernement interpellé au CNT

Read Next

Droits de l’Homme : Amnesty International invite les Etats à abolir la peine de mort

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular