URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga a la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Droits de l’Homme : Amnesty International invite les Etats à abolir la peine de mort

Hier, mercredi 21 avril 2021, les responsables de Amnesty International Mali étaient face à la presse à Bamako pour rendre public leur rapport mondial sur les condamnations à mort et les exécutions en 2020. Selon le rapport de Amnesty International, au niveau mondial, au moins 483 personnes ont été exécutées en 2020. Face à ce chiffre alarmant, Amnesty international demande aux autorités de tous les pays qui n’ont pas encore aboli la peine de mort de prendre les mesures nécessaires en 2021 pour mettre fin une fois pour toutes « aux homicides judiciaires ».

Cette conférence de presse a enregistré la présence de la directrice exécutive d’Amnesty International Mali, Mme Ramata Guissé, et d’autres membres de l’organisation de défense des droits de l’Homme. Les difficultés sans précédent engendrées par la pandémie de COVID-19 n’ont pas suffi à dissuader 18 pays de procéder à des exécutions en 2020, souligne Amnesty International le 21 avril 2021, à l’occasion de la publication de son rapport annuel sur le recours à la peine de mort dans le monde. « Au niveau mondial, au moins 483 personnes ont été exécutées en 2020 (ce chiffre ne tenant pas compte des pays où les statistiques relatives à la peine de mort sont classées secret d’État ou pour lesquelles on ne dispose que d’informations très restreintes : la Chine, la Corée du Nord, la Syrie et le Viêt-Nam). Ce chiffre désolant est cependant le plus faible qu’Amnesty International ait enregistré depuis au moins 10 ans. Il représente une baisse de 26 % par rapport à 2019, et de 70 % par rapport au pic de 1 634 exécutions recensées en 2015 », souligne le rapport de Amnesty International. Le rapport indique que cette chute du nombre d’exécutions résulte de la baisse enregistrée dans certains pays non abolitionnistes et, dans une moindre mesure, de l’interruption des exécutions décidée dans certains cas en raison de la pandémie. Amnesty International a fait savoir que le nombre de condamnations à mort recensé à travers le monde (au moins 1 477) a également diminué, avec une baisse de 36 % par rapport à 2019. Amnesty International a relevé une diminution du nombre de condamnations à mort dans 30 des 54 pays où des sentences capitales ont été recensées. Selon Amnesty International, cette baisse est apparemment liée dans plusieurs cas à des retards et des reports concernant les procédures judiciaires dus à la pandémie. « En 2020, le Tchad et l’État du Colorado, aux États-Unis, ont aboli la peine de mort, le Kazakhstan s’est engagé à l’abolir au titre du droit international, et la Barbade a procédé à des réformes afin de supprimer l’imposition obligatoire de la peine capitale.  En avril 2021, 108 pays ont déjà aboli la peine de mort pour tous les crimes, et 144 pays l’ont abolie en droit ou dans la pratique. Il faut que cette tendance se poursuive. Nous demandons aux autorités de tous les pays qui n’ont pas encore aboli la peine de mort de prendre les mesures nécessaires en 2021 pour mettre fin une fois pour toutes aux homicides judiciaires. Nous continuerons de faire campagne tant que la peine de mort n’aura pas été abolie partout et définitivement », indique Amnesty International.

Aguibou Sogodogo

Le Républicain -Mali

Read Previous

Blocage dans le financement des partis politiques au Mali : Un collectif demande la démission de Moctar Ouane

Read Next

Au pouvoir depuis 30 ans  »Le président tchadien Idriss Déby est mort au combat »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular