URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Magma Gabriel Konaté, écrivain :

« L’Oréade noire est une analyse politique, économique, sociale, culturelle et administrative du Mali de 1960 à nos jours »

L’homme de culture Magma Gabriel Konaté a procédé le samedi 17 avril dernier, à l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO-UUBa), au lancement de son quatrième livre intitulé « l’Oréade noire ». Edité par Jamana, cet ouvrage de 88 pages est une analyse politique, économique, sociale, culturelle et administrative du Mali de 1960 à nos jours.

La cérémonie de lancement s’est déroulée en présence de Dr. Alexis Dembélé, doyen du département journalisme et communication de l’UCAO-UUBa, Mamoudou Sidibé, responsable de l’édition Jamana, de Lévi Dougnon, directeur de publication du journal « Les Echos », ainsi que plusieurs amis et proches collaborateurs de l’auteur.

Après « Les Rampants », suivi de « La Condition » en 2016 ; « Le Procès », suivi « de Bambo, un mariage impossible » en 2017 et « Un Jour sans fin », suivi de « Mâle Mali » en 2019, c’est au tour de « L’Oréade noire », suivi de « La Prof et l’artiste » que l’auteur vient de mettre sur le marché. Ces nouvelles de 88 pages font une analyse politique, économique, sociale, culturelle et administrative sur le Mali.

Selon l’auteur « L’Oréade noire » est la construction de l’hymne de l’Empire du Wassoulou. « L’Oréade noire est une analyse politique, économique, sociale, culturelle et administrative du Mali de 1960 au 5 février 2020. L’Oréade noire est également l’esprit protecteur qui veille sur l’Afrique afin que les Africains puissent se retrouver dans la vertu qui pourrait incarner les chefs d’Etat qui auront la destinée de leur pays.

Après un douloureux constant que les nombreux chefs d’Etat africains n’incarnent plus les vertus que les peuples attendent d’eux, nous avons pris l’hymne de l’Empire de Wassoulou qui a été dédié à feu Almamy Samory Touré pour essayer de chercher l’homme vertueux qui serait capable de diriger les pays africains. Malheureusement, nous n’avons pas trouvé. L’Oréade noire, c’est l’esprit de la colline et de la montagne, c’est-à-dire l’esprit protecteur de toute l’Afrique », a-t-il expliqué.  Il a également indiqué que dans ce livre, il veut inciter les fils de l’Afrique à ouvrir les yeux, que les Africains arrêtent de prendre des chefs d’Etat qui ont la double nationalité et qu’ils prennent enfin les dignes fils d’Afrique, non pas pour leur poche, mais pour leur culture, leurs savoir, leur honneur et leur honneur. « Dans ce bouquin, j’explique également que quand un peuple ne maîtrise pas son éducation, c’est-à-dire lorsqu’il n’a pas les mécanismes de maîtriser de socialisation nécessaire pour transmettre le savoir-être à ces enfants, une autre personne le fera et inculquera ses propres valeurs. Quand, nous regardons bien, nous les anciens avons failli. Nous nous sommes trompés, car nous n’avons pas transmis à nos enfants ce que nous avons eu comme savoir culturel », a-t-il avoué.

Par rapport au style d’écriture utilise pour ce quatrième livre de l’auteur, il a expliqué comme tous ces livres, il utilise de style simple. « Le style que j’utilise dans mes livres est simple parce que je traduis le français terre à terre en bamanankan. Je me suis dit que tu as beau connaître le français, tu ne peux pas égaler Victor Hugo, Molière, etc. Donc, c’est pour cela que j’ai décidé d’écrire tous mes livres le plus simplement possible », a-t-il laissé entendre.                         

Mahamadou Traoré

Aujourd’hui – Mali

Read Previous

Au pouvoir depuis 30 ans  »Le président tchadien Idriss Déby est mort au combat »

Read Next

Promotion du secteur rural guinéen : Alpha Condé annonce un projet de 25 millions de poulets par an pour gagner l’autosuffisance alimentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular