URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Retard dans le financement public des partis politiques : Un collectif réclame la démission du Premier ministre

Dans une déclaration rendue publique hier au cours d’un point de presse au siège de l’ANCD-Mali à Badianbougou, un regroupement de partis politiques dénommé Collectif des partis politiques pour le financement public a exprimé son regret quant au retard accusé dans le déblocage des fonds publics destinés aux partis politiques et réclamé par conséquent la démission du Premier ministre Moctar Ouane qui, selon eux, est le responsable de cette situation.

Ils  étaient environ une dizaine de leaders de ce regroupement à prendre part à ce point de presse. Parmi eux, le président du parti ANCD-Mali, Alassane Dembélé dit Alasko, Mamaye Kassogué du Parti africain pour le renouveau et l’intégration et Jean Dembélé du Parti de la différence au Mali…

Pour Mamaye Kassogué, ce financement n’est ni de l’aumône ni de l’argent jeté par la fenêtre, car l’Etat a imposé des charges aux partis politiques, notamment l’obligation d’avoir un siège et un permanent, etc. Il a exprimé son mécontentement du fait que les financements de 2018, 2019 et même 2020 sont en souffrance pendant que les charges continuent à grimper, une situation qui cause un énorme préjudice.

A en croire M. Kassogué, c’est dans l’optique de connaitre les raisons de ce retard dans le financement public des partis politiques qu’une commission a été mise sur place. Elle a rencontré le ministre de l’Administration territoriale, le département de tutelle.

« Car ce financement existe depuis plus de 20 ans, mais sous aucun régime ce retard n’avait été constaté. Cependant après notre rencontre avec le ministre nous nous sommes rendu compte que ce département a pleinement joué sa partition et le dossier n’est pas à son niveau. Selon nos informations, le blocage se situe au niveau de la Primature. C’est pourquoi nous avons introduit une demande d’audience à ce niveau également », a fait savoir le conférencier.

Selon le constat du Collectif, il y a une volonté délibérée quelque part de bloquer ce financement. Toute chose qui n’est pas normale, selon lui, car « le financement des partis politiques, comme celui des associations ou des syndicats a été instauré par une loi ».

Selon le président du Collectif, Alassane Dembélé dit Alasko même si le financement doit être suspendu cela ne peut pas concerner les exercices antérieurs à savoir 2018, 2019, 2020  pour la simple raison que la loi n’est pas rétroactive.

« C’est pourquoi nous demandons la démission pure et simple du Premier ministre chef du gouvernement de la République du Mali Moctar Ouane  pour non-exécution de la décision de justice (section des comptes de la Cour suprême) », peut-on lire dans la déclaration du Collectif remise à la presse.

Ce Collectif est composé de presque de l’ensemble des formations politiques du Mali.

Notons que bien avant cette sortie, le parti Sadi d’Oumar Mariko avait dénoncé le retard dans le financement public des partis et menacé de porter plainte contre l’Etat afin qu’il soit remis dans leurs droits.                                                                                

    Kassoum Théra

Aujourd’hui – Mali

Read Previous

Promotion du secteur rural guinéen : Alpha Condé annonce un projet de 25 millions de poulets par an pour gagner l’autosuffisance alimentaire

Read Next

Mme Haïdara Aichata Cissé dite Chato, candidature à la présidence du parlement panafricain : « J’ai une vision pour l’Afrique et une expérience avérée en politique pour briguer le Perchoir »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular