URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Terrorisme dans le Sahel : Voilà comment le Qatar déstabilise le Mali

L’activisme diplomatique du Qatar en faveur des islamistes est à visage découvert. Bailleur de fonds et fauteur de troubles, son implication dans le financement des mouvements armés, surtout au Mali n’est plus à démontrer.

Avec une superficie de 11.437 km2  et une population de 1,76 million d’habitants avec à l’appui, un PIB (Produit intérieur brut) de102 700 dollars par habitant (2ème  rang mondial), le Qatar, puisque c’est de ce pays qu’il s’agit, est une puissance économique du fait de ses réserves de gaz (3ème  rang mondial).

Aujourd’hui, ce minuscule Etat est devenu incontournable avec sa diplomatie du chéquier. Très actifs à l’international, les dirigeants qataris investissent à tout vent dans les clubs de football, le rachat des palaces parisiens et méditerranéens, Doha, la capitale, est un passage obligé dans les affaires et dans la résolution des conflits pour des raisons financières.

Ainsi, l’émirat a été le premier pays arabe à reconnaître le Conseil national  de transition (CNT) en Libye et a participé aux opérations militaires de l’OTAN. Allié aux puissances occidentales, le Qatar s’est taillé un bouclier pour se protéger d’une  éventuelle agression de ses deux puissants voisins : l’Arabie Saoudite et l’Iran.

En plus de sa générosité et de ses investissements qui permettent de booster les économies locales, le régime qatari joue un jeu trouble dans les régions infestées par les terroristes, et c’est là que le bât blesse. Son rôle dans le financement de l’État islamique et des djihadistes est de plus en plus dénoncé. Sous le prétexte d’envoi d’aides et de vivres, comme c’est le cas au Mali dans le centre et le nord, précisément à Mopti, à Gao et à Tombouctou, les Qataris apportent un soutien logistique et financier aux mouvements armés qui terrorisent les populations.

L’émirat, à n’en pas douter, veut profiter de son hégémonie et de ses soutiens pour répandre son idéologie dans les Etats fragiles. C’est d’ailleurs ce que le magazine « les Afriques » a mis à nu dans une de ses éditions. Une révélation selon laquelle l’émir du Qatar ne jure que par déstabiliser les pays africains, surtout le Mali, où il souhaite dans le centre ou le nord la création d’un Etat des djihadistes.

Le Qatar, bailleur de fonds et fauteur de trouble

Depuis le début de la crise malienne, l’émir du Qatar a livré une aide financière aux mouvements armés qui ont pris le contrôle du Nord du Mali. Et parmi ces groupes qui ont reçu les dollars qataris figurent le fameux Mouvement pour l’Unicité et le Djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) qui a libéré par la suite les 7 otages diplomates algériens détenus.

Selon des informations de la Direction du Renseignement Militaire (DRM) de la France, les insurgés du MNLA (indépendantistes et laïcs), les mouvements Ansar Dine, Aqmi (Al Qaïda au Maghreb islamique) et le Mujao (Mouvement pour l’Unicité et le Djihad en Afrique de l’Ouest) ont reçu une aide en dollars du Qatar.

S’il n’y a pas d’indications sur les montants versés par les « généreux » qataris, cependant il faut préciser que les autorités françaises  sont informées des agissements des dirigeants de l’émirat dans la partie Nord et du centre du Mali qui partage 1300 km de frontières avec l’Algérie.

Désormais, il est établi que les émirs du Qatar financent des mouvements islamistes armés qui sèment la terreur au Mali, en Algérie et dans le Sahel ; et plus grave encore, retiennent des otages et applique la charia dans les régions nord et centre du Mali. Après les millions d’euros du Qatar au Mujao, Ansar Dine, GSIM et bien d’autres groupes armés au Mali, l’émir a des visées sur les richesses des sous-sols du Sahel. Des négociations discrètes auraient déjà débuté avec Total, le géant pétrolier français, pour une exploitation prochaine du pétrole de la région à l’avenir.

La France n’ignore aucune des mauvaises nouvelles arrivées de l’Afrique subsaharienne. Mieux, elle est au parfum de l’implication de « son ami du Qatar », dans la « capture » au Mali par plusieurs mouvements djihadistes.

Déjà, au début de l’année 2012,  plusieurs notes de la Sécurité d’Etat français ont alerté l’Elysée sur les activités internationales, de l’émirat du Qatar. Mais le président Sarkozy n’y a pas donné suite pour ne pas incommoder son « ami » le Cheikh Hamad ben Kalifa Al-Thani.

Aussi, les notes secrètes des officiers français de la DRM (Direction du Renseignement Militaire), révèlent  que « la générosité du Qatar est sans pareille et qu’il ne s’est pas contenté d’aider financièrement, et parfois qu’il a livré des armes aux révolutionnaires de Tunisie, d’Egypte et de la Libye.

Les  soutiens aux islamistes dans les régions du Sahara, ont  jeté le froid sur les relations entre l’Algérie et le Qatar qui désormais ne sont plus au beau fixe. En effet, depuis l’alignement sans réserve de ce petit émirat sur le va-t-en guerre des alliés de l’OTAN en Libye, l’Algérie a sensiblement pris ses distances. Ces « coups fourrés » éventés renseignent un peu plus sur les noirs desseins de cet émirat. L’intervention militaire de l’OTAN en Libye a été opérée dans le cadre d’un plan mondial concocté par Wall Street dans le dessein de détruire les « Etats-Nations » qui s’opposent à la globalisation économique.

Aujourd’hui, la suite de l’épisode libyen se déroule au Mali, au Niger et au Burkina-Faso (la zone des trois frontières ou le triangle de la mort). La rébellion touareg et les groupes armés au Mali est l’œuvre des groupes d’intérêts israélo-américains qui visent à faire main basse sur les richesses de la région du Sahel et le complot  a été mis en œuvre lors de l’intervention militaire de l’OTAN en Libye. En effet, l’intervention de l’OTAN est tout simplement une « guerre new coloniale », qui a permis à des groupes armés activant dans le Sahel de s’organiser et de renforcer leurs capacités militaires afin d’aboutir au morcellement des Etats de la région. Le complot  israélo-américain est mené avec le concours des riches monarchies du Golfe, à savoir l’Arabie Saoudite et le Qatar, qui assurent les financements nécessaires au redéploiement des groupes terroristes Aqmi, GSIM et Ansar-Din. Iyad Ag Ghali, le chef d’Ansar al Din, a été formé à Djeddah, en Arabie saoudite. Les groupes d’intérêts de Wall Street,  cherchent à promouvoir des démocraties « corrompues », quitte à pactiser avec les islamistes. Les enjeux sont « terribles », compte tenu des immenses gisements d’uranium et de pétrole non encore exploités, et dont regorge la région du Sahel.

Face à la situation dans le monde arabe, les mouvements appelés communément « printemps arabes » ont « tout changé pour ne rien changer ». Les dictatures de Ben Ali, de Moubarek  et de Kadhafi n’étaient plus en mesure de servir les intérêts de ces groupes d’intérêts, si bien que la Maison blanche a préféré les lâcher et de les remplacer par des régimes plus adaptées avec les mutations sociales que connaissent les pays de la région. La guerre en Syrie répond à cet objectif de « détruire tous les Etats-nation » de la région MENA et du Sahel qui s’opposent à la globalisation économique.  Et le Mali qui est un pays qui dépend des institutions de Breton-Wood fait, aujourd’hui, les frais de cette situation.

Youssouf Konaré

Le Nouveau Réveil

Read Previous

Aéroport de Bamako Sénou : Vol et magouille à la pelle !

Read Next

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular