URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Trafic de viande de chien au Mali : Un business florissant dans la région de Ségou

Près de 300 canidés seraient tués chaque jour dans la région de Ségou, dans le centre du pays, pour être vendus et consommés.

Abdoulaye n’aime pas trop évoquer son passé, lorsqu’il était trafiquant de viande de chien. « Qu’est-ce que vous voulez savoir ? », demande avec défiance cet agriculteur de 29 ans, au milieu de son champ bordé par le fleuve Niger, près de la ville de Ségou, dans le centre du Mali. La pratique est courante dans la région, mais les habitants n’en parlent guère.

S’il assure avoir supprimé toutes les photos de son téléphone, les seize années passées dans ce business qu’il a quitté il y a quelques mois, lui ont laissé, un souvenir indélébile. « J’ai commencé parce que mon père le faisait aussi. C’est un héritage de nos sociétés », explique Abdoulaye. Avant de préciser qu’il ‘’allais de village en village, avec des amis, récupérer les chiens dont les gens ne voulaient plus’’.  Dans la zone, il n’est pas rare de croiser des hommes accompagnés d’une horde de chiens harnachés, destinés à être revendus pour être consommés.

Dans un pays classé 184e sur 189 selon son indice de développement humain (IDH), où l’économie demeure largement informelle, le trafic de viande de chiens est souvent un recours pour les plus démunis. « Ce commerce prolifère en raison du chômage dans la région », confirme Issiaka Konaté, président de l’association ARAF-Plateau dogon, un organisme autrefois dévolu au renforcement des activités féminines dans la région et qui a réorienté son action en 2018 vers la protection des « animaux négligés ».

« Acte de cruauté »

Parfois donnés, les canidés sont le plus souvent achetés par les trafiquants entre 10 000 et 15 000 francs CFA (entre 15 euros et 22,50 euros) avant d’être gavés puis revendus 20 000 francs CFA (30 euros) aux détaillants, précise Bokar, un trafiquant repenti. Organisés en groupes, ceux-là négocient ensuite avec les grossistes qui sont généralement le dernier maillon de la chaîne avant que la bête ne soit abattue.

Selon l’association de défense des animaux, près de 300 chiens sont tués par jour dans les alentours de Ségou, et 130 000 l’ont été entre 2018 et 2020. « Des chiffres à prendre avec des pincettes, qui se basent sur nos propres données », prévient Issiaka Konaté.

D’après la loi malienne, adoptée en 2012, les chiens sont désormais classés dans la catégorie des « animaux domestiques ». Exercer des « sévices graves » ou commettre un « acte de cruauté » envers un animal domestique ou apprivoisé est passible d’une peine de onze jours à trois mois de prison et de 10 000 francs CFA à 100 000 francs d’amende.  Des dispositions qui n’ont pas suffi à décourager les trafics. L’anthropologue Soumaïla Oulalé, professeur à l’université de Ségou, note qu’au sein des communautés originellement païennes installées dans le pays Bobo, à cheval entre le Mali et le Burkina Faso, il n’existe pas de tabou sur cette pratique, toutes les viandes peuvent être mangées. « Et la viande canine est d’ailleurs consommée lors des fêtes cosmogonites, une croyance mythologique sur l’origine du monde qui est courante dans ces endroits », précise-t-il.

Les coutumes diffèrent selon les localités et les communautés. Dans certaines, la viande de l’animal est considérée comme un antidote prescrit par les tradipraticiens pour soigner des maladies comme la cirrhose, la tension artérielle, les maux de dos… Ailleurs, on lui prête des vertus aphrodisiaques.

Reconversion des trafiquants

Mais la situation est plus complexe dans un pays composé de 95 % de musulmans. Car, dans l’islam, le chien étant considéré comme le gardien de l’homme, celui qui veille, qui l’accompagne, « il est prohibé d’en consommer », abonde l’anthropologue Soumaïla Oulalé. « Beaucoup de personnes se cachent pour en manger, cela crée des tensions à l’intérieur même des communautés », affirme de son côté Abdoulaye.

Pour sensibiliser les populations et faire évoluer les mentalités, Araf-Plateau dogon a organisé des caravanes d’information à travers dix communes de la région de Ségou en septembre 2020, avant de se lancer dans un projet de reconversion des trafiquants en agriculteurs. Ces dernières années, la bonne pluviométrie a eu un effet très favorable sur la production agricole et a ainsi permis de faire légèrement baisser le taux d’extrême pauvreté. De quoi ouvrir d’autres perspectives aux populations les plus vulnérables de cette région. Et peut-être de faire diminuer les trafics.

Jusqu’ici épargnés par le conflit qui embrase le nord et le centre du pays, les environs de Ségou sont aujourd’hui couverts de champs de salades, d’aubergines et de poivrons. « Mon souhait, c’est d’avoir une parcelle plus importante, pour montrer l’exemple aux autres trafiquants », rêve Bokar, qui nourrit désormais sa famille de vingt personnes grâce à sa production.

La Rédaction

Le Nouveau Réveil

Read Previous

Nouvelles modalités d’exportation et de réexportation du bois transformé au Mali : La préservation des produits forestiers dans le domaine forestier national devient une réalité

Read Next

Aéroport de Bamako Sénou : Vol et magouille à la pelle !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular