URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

L’importation, la commercialisation et l’utilisation des équipements amplificateurs des signaux dénommés “boosters” sont interdites au Mali selon l’arrêté n°1535 du 5 juin 2015 : ces appareils n’étant pas homologués par l’Autorité malienne de régulation des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication et des postes (AMRTP). Malgré tout, certains grands marchés et environnants sont inondés par ces “boosters”. Ce qui explique la dégradation, de plus en plus, de la qualité des services des télécommunications dans certains marchés de la capitale. Les opérateurs de téléphonie (Moov Africa Malitel, Orange-Mali et Telecel) sont les principales victimes de ce nouveau phénomène. Les fautifs risquent une peine de 5 ans d’emprisonnement et 100 millions de FCFA d’amende.

Depuis un certain temps, certains quartiers de Bamako, plus particulièrement le Grand marché et environs, sont inondés par l’utilisation des équipements amplificateurs communément appelés par les spécialistes “boosters”. Et pourtant, la commercialisation, l’importation et l’utilisation de ces appareils sont purement et simplement interdites au Mali puisqu’ils n’ont jamais été homologués par les services de l’Autorité malienne de régulation des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication et des postes (AMRTP).

Malgré tout, l’importation et la commercialisation de ces équipements amplificateurs sont devenues courantes. “Les premiers boosters ont été importés de la Chine. Au départ, ils étaient vendus entre 300 000 et 250 000 F CFA. Mais, aujourd’hui, ils sont vendus entre 140 000 à 90 000 F CFA alors que l’utilisation de ces appareils est interdite par la réglementation. C’est pour vous dire que la vente des boosters est aussi interdite. Ceux qui utilisent ces appareils sont considérés comme des mini-opérateurs de téléphonie”, témoigne un spécialiste en télécommunications.

Le hic est que les opérateurs de téléphonie, à savoir Moov Africa Malitel, Orange-Mali et Telecel sont les principales victimes de ce phénomène qui est aujourd’hui un “véritable danger”. L’un des responsables d’une société opératrice semble être dépassé par l’utilisation de ses appareils.

“En fait, nous sommes accusés très généralement pour la mauvaise qualité de nos réseaux. Alors que nous sommes victimes de l’utilisation de ces appareils amplificateurs qui jouent sur la qualité de nos services. Depuis quelques mois, le Grand marché de Bamako est pratiquement inondé par ces appareils. Voilà pourquoi, les services de télécommunications sont souvent mauvais à Bamako et environs. L’utilisation des boosters bloque carrément les services des télécommunications”, précise-t-il, très mécontent que le régulateur, à savoir l’AMRTP, ne sévisse pas.

“Vous savez, les commerçants ont aujourd’hui des outils pour soi-disant pallier ou améliorer la qualité des communications. Ces appareils sont des amplificateurs (booster) non autorisés par l’AMRTP pour des tiers. L’utilisation sans autorisation de ces équipements cause des brouillages préjudiciables aux réseaux des opérateurs de télécommunications, ce qui affecte la qualité de service, car 2 fréquences de 2 émetteurs différents (c’est comme 2 baffles face à face jouant la même musique). Aujourd’hui, il suffit de nettoyer le marché de ces amplificateurs pour se rendre compte que la qualité du réseau des opérateurs est bonne. Nous les opérateurs, souffrons de cette situation qui nous cause un manque à gagner financier et de notoriété. Aussi, il nous est impossible de faire que des optimisations continuent pour mettre à disposition des ressources suffisantes pour appeler. Quand nos équipes sont sur le terrain, les mesures de qualité de service sont impossibles à cause des interférences”, analyse un cadre d’un autre opérateur de téléphonie.

Et de préciser : “Nous venons juste d’installer 6 nouveaux sites dans ces zones pour améliorer la qualité du service… Aujourd’hui ces pratiques doivent cesser pour le bonheur de tous. L’Autorité de régulation des télécommunications est imprégnée du problème et n’arrive pas à sévir”. Voilà pourquoi, les opérateurs de téléphonie ne cessaient de se plaindre auprès de l’AMRTP pour la mauvaise qualité de leurs services.

Un impératif de sécurité nationale

Du côté de l’AMRTP, toutes les démarches ont été entreprises pour remédier à ce phénomène qui est en train de faire perdre aux opérateurs de téléphonie des milliards de nos francs. Ainsi, face à cette situation, l’AMRTP a, d’abord, mis l’accent sur la sensibilisation. C’est pourquoi, un groupe de travail composé des représentants de différents secteurs a été mis en place afin de gérer la question de la qualité de services. Il s’agira de travailler ensemble afin de trouver une solution pérenne et définitive à ces pratiques.

Au départ, une équipe de contrôle de l’AMRTP avait procédé à un travail de contrôle sur le terrain pour confirmer la dégradation de la qualité de service dans le marché. Elle a pu identifier les causes de cette dégradation due à une utilisation massive des équipements amplificateurs. “En fait, nous sommes convaincus que la seule solution pour mettre fin à ce phénomène est le débranchement de ces équipements. On sait que l’utilisation de ces amplificateurs perturbe les services des opérateurs de téléphonie. C’est pour vous dire que le phénomène est devenu un problème de sécurité où l’ensemble du pays est menacé. On peut dire que l’utilisation de ces appareils peut avoir des répercussions sur les navigations aériennes“. Parole d’un spécialiste en la matière.

Dans le cadre de la sensibilisation et de l’information, l’AMRTP a organisé des rencontres avec la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, l’Association des commerçants voyageurs du Mali et de la diaspora, la direction générale de la concurrence, la police nationale (direction régionale) et même la douane malienne. Des commerçants ont été aussi sensibilisés à travers certains grands marchés de Bamako sur les effets négatifs de la commercialisation et l’importation des boosters au Mali. Sans oublier les chefs de quartier.

Aujourd’hui, l’AMRTP veut passer à la vitesse supérieure. “En plus de la sensibilisation de grande nature, nous estimons aussi que la répression est également une solution. Cette pratique est interdite par les textes. Donc, les fautifs risquent une peine de 5 ans d’emprisonnement et 100 millions de F CFA d’amende. Pour la sensibilisation, nous avons pu mettre à la disposition de la douane, de la direction générale du commerce, de la concurrence et de la consommation des exemplaires de ces appareils permettant aux agents de pouvoir identifier l’appareil et faciliter son contrôle aux frontières aux fins de saisine. Nous avons également remis à ces structures des textes réglementaires”, précise une source à l’AMRTP.

C’est dire que l’AMRTP entend procéder à un traitement global de la question pour une résolution pérenne. “Même si le problème des boosters n’est pas le seul défi de la problématique de la qualité de service, son ampleur et sa persistance font de lui une préoccupation majeure pour les différents acteurs du secteur à savoir le régulateur, les opérateurs et les consommateurs”. Parole d’un cadre de l’AMRTP.

 El Hadj A.B. HAIDARA

Aujourd’hui – Mali

Read Previous

Suite à une altercation ayant occasionné des coups et blessures : Six jeunes interpellés par le Commissariat de police du 1er arrondissement

Read Next

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular