URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga a la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Lancement d’un nouveau parti politique : Le PJA naît avec ses 32 dents

Le Parti Jeunesse Alternance (PJA) vient d’être porté sur les fonts baptismaux. Un parti politique de plus diront certains, mais un parti politique différent, qui appelle à faire la politique autrement que ce qui se passe dans le pays pour finalement conduire à des situations regrettables. En réalité, PJA est né avec toutes ses dents puisqu’étant le prolongement du mouvement présidé par Hamady Sangaré depuis quelques années (AJA) et avec lequel il s’est imposé comme une valeur sure de la vie politique nationale, au point que certains, pour rendre hommage à sa popularité, l’ont tout simplement surnommé le Général de la Rue

Acteur très actif de la société civile malienne doté d’une grande capacité de mobilisation de la jeunesse, Hamady Sangaré, natif de Nara, est un ancien Enfant de Troupe, puisqu’il est de la première promotion du Prytanée militaire de Kati et de la quatorzième promotion de l’EMIA.

Après l’Ecole supérieure de gestion à Casablanca, il séjourne aux Etats-Unis où il arpente les amphithéâtres du BrookingCollege. Opérateur économique représentant plusieurs sociétés internationales au Mali, ce polyglotte qui parle couramment le français, l’anglais et l’allemand sait communiquer avec la jeunesse, tellement qu’on le surnomme “Général de la rue”. Le lancement officiel du Parti jeunesse alternance (PJA) la semaine dernière est donc l’aboutissement logique d’un processus enclenché depuis quelques années et qui a fini de convaincre de la proximité de l’opérateur économique avec les populations, non seulement en commune IV du district de Bamako qui est sa base naturelle, mais un peu partout sur l’étendue du territoire national. Il a d’abord créé l’Association Jeunesse et Alternance (AJA) dans une période difficile de la nation malienne et surtout en commune IV du district de Bamako où les jeunes n’avaient plus de repères politiques puisque ceux qui devaient être des leaders adoptaient une autre culture et se souciaient plutôt de leur poste économique que de travailler pour l’intérêt de la commune IV. A l’époque, Hamady Sangaré avait vu cette jeunesse s’adonner à des parjures sur les réseaux sociaux et personne n’était épargné. Tout le monde était insulté par cette jeunesse qui donnait l’image d’une jeunesse ne représentant pas celle du Mali dont il était toujours fier. Il a compris très vite que cela ne pouvait continuer car reflétant une perte de repères et de valeurs d’une jeunesse qui a besoin d’être accompagnée pour redresser la tête, elle qui est le vivier des décideurs de demain dans tous les compartiments de la société malienne. Rappelons que cela se déroulait dans un contexte où les détracteurs donnaient l’impression que la République allait tomber. “Nous clamons haut et fort qu’elle ne tombera pas. En tout cas, pas au gré des mensonges des impostures et autres canulars” disait-il.

Conscient qu’il faut poser des actes et non discourir, il se met à l’œuvre. Au vu des actes concrets qu’il pose au fil des jours, la jeunesse comprend mieux son engagement, disons le sens de son combat et répond à son appel. C’est ainsi qu’avec l’AJA, des jeunes, garçons et filles, sont formés à l’Informatique, entre autres programmes mis en œuvre dans différents domaines de la vie nationale, dont notamment la conduite automobile dans des autoécoles; la teinturerie ; la transformation des produits agroalimentaires ; la saponification… Sans compter les dons de matériels scolaires aux plus démunis dans le district de Bamako et à l’intérieur du pays où des maternités ont été équipées, comme à Diafrila dans le Wassoulou, en plus du parrainage d’activités du Récotrade en CIV (Ambiance-Ton); le financement de tournois sportifs du CNJ de la CIV; les consultations et soins gratuits en ophtalmologie, diabète et tension (CIV); le financement de micro-projets au profit de groupements féminins, entre autres. Présentement, l’AJA est présente sur toute l’étendue du territoire national et la présence à l’un de ses meetings de personnalités des régions du Nord est la meilleure preuve de l’ancrage de l’AJA dans des localités du septentrion malien, comme dans le Gourma où l’AJA avait chargé ses représentants de procéder à des activités de pacification, jusqu’à Taoudenit.

A l’heure actuelle, c’est difficile de compter le nombre de lampadaires que le Général de la Rue, encore surnommé “Zé La Solution“, a fait installer dans des quartiers de Bamako dont les rues sont aujourd’hui éclairées comme des fanals. En plus des nombreux forages pour contribuer à alléger les souffrances des ménages en matière d’approvisionnement en eau potable. Passer de l’association au parti politique est donc un pas franchi allègrement, surtout que, depuis les dernières législatives où les populations lui ont manifesté une très grande sympathie traduite par une mobilisation exceptionnelle en sa faveur, il faut donc capitaliser les acquis et répondre à l’appel des populations qui ne cessent, suite à la période d’hibernation qu’il observait pour mieux rebondir, de réclamer sa présence active sur l’échiquier politique national. Le lancement du parti, dénommé Parti Jeunesse Alternance, en est, évidemment, la meilleure réponse. Et comme le dit si bien l’adage: « Lorsque celui qui t’a pris en charge pour le déjeuner et le diner te promet un bon petit-déjeuner pour le lendemain, il ne te reste qu’à dormir les poings fermés ». Alors, bon vent PJA!

Amadou Bamba NIANG

Aujourd’hui – Mali

Read Previous

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Read Next

Suite à une altercation ayant occasionné des coups et blessures : Six jeunes interpellés par le Commissariat de police du 1er arrondissement

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular