URGENT :

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Le régime démocratique est “l’Etat du droit” où dominent les institutions et les juridictions. Les spécialistes du droit affirment que la démocratie se comprend comme le régime du plus grand nombre (la majorité) et non celui de tous sans exclusion. Toutefois, l’existence et le respect de la minorité ou d’une opposition est une dimension constitutive de l’Etat démocratique.

En fondant son exercice sur le principe de la majorité, l’adhésion du plus grand nombre, le régime démocratique avoue son impuissance vis-à-vis d’une opposition aussi résolue. Cette impuissance n’est pas synonyme de faiblesse. Elle signifie tout simplement que l’Etat démocratique ne divinise pas le consentement populaire. La voix du peuple n’est pas celle de Dieu. La démocratie ne désigne pas un idéal de conduite morale, mais une forme d’organisation de l’action politique.

Elle n’a pas pour objectif premier la perfection de l’homme, la félicité individuelle, mais la régulation de la vie collective, la coordination des rapports entre des individus aux aspirations divergentes à l’intérieur d’un ensemble qui est l’Etat. Le dirigeant de la collectivité n’en est pas le propriétaire mais le représentant.

Hobbes, Locke, Spinoza, Rousseau et, à leur suite, Kant et Fichte, qui sont les promoteurs de cette théorie du Pacte social sont les principales sources d’inspiration de la démocratie moderne. Certes, le contrat censé engendrer le corps politique ne se conçoit pas comme un événement historique, il demeure un idéal régulateur en fonction duquel l’action politique se doit d’être appréciée.

Cette doctrine merveilleuse peine à se développer dans notre pays. Et pour cause, l’investissement du champ politique par l’armée. Notre pays a connu trois coups d’Etat depuis l’instauration du multipartisme. Cette situation est due aux comportements des acteurs politiques.

Après chaque élection, les acteurs politiques se sacrifient au succès d’un individu arrivé à la tête du pays, tuant ainsi toute ambition d’animer l’opposition politique. Dans l’espoir de sécher son linge où le soleil brille, certains ne lésinent pas sur les moyens et les éloges faits au prince du jour. Ce qui fait de ces acteurs des complices de l’idéologie monarchiste et de propagateurs du népotisme du pouvoir, donc des laudateurs et des flatteurs.

Ils ont eu raison de deux présidents élus démocratiquement, en l’occurrence Amadou Toumani Touré et Ibrahim Boubacar Kéita. Ces faux amis et griots de circonstance, avec la complicité de certains membres de famille, ont cultivé le clientélisme et la corruption. Ils ont tué dans l’œuf toute idée de bonne gouvernance.

Mon Colonel, même s’il est difficile d’échapper à ces adulateurs et flagorneurs, il faut savoir les remettre à leur place. Pour y arriver, commencer par l’outil de la défense, de la sécurité et de la justice.

Faites en sorte que l’armée investisse le terrain perdu ! Faites en sorte que la justice poursuive les délinquants financiers ! Travaillez pour plus de justice sociale ! Réduisez votre terrain de vie et celui de l’Etat ! Entourez-vous d’hommes intègres !

Au peuple, aux organisations dites de la société civile, au lieu de se laisser transformer en organisations de soutien, organisez-vous pour une sortie de transition rapide et allez vers l’exercice de la démocratie et la défense des seuls intérêts du peuple, c’est-à-dire l’édification d’une société plus juste, d’un Mali plus prospère.   

Moussa Kobba

Aujourd’hui – Mali

Read Previous

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Read Next

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular