URGENT :

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

24 juin 2021

Gestion de la transition La Cédéao enfin sur la même longueur d’onde que la majorité des Maliens

La rectification de la Transition est bien amorcée maintenant avec, lundi dernier (7 juin 2021) la prestation de serment du Colonel Assimi Goïta devant la Cour suprême comme président de la Transition et la nomination du président du Comité stratégique du M5-Rfp (Dr Choguel Kokalla Maïga) à la Primature. Et comme il l’a maintes fois exprimé lors de ses récentes rencontres avec la presse et les forces vives de la nation, il faut tourner la page et se tourner vers l’avenir.
Visiblement, les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest  (CEDEAO) sont arrivés à Accra (Ghana) le 30 mai 2021 avec la conviction que le vin était déjà tiré et qu’ils n’avaient d’autres choix que de le boire. Face à la nouvelle donne politique au Mali où la Transition a changé de leaders six jours avant, il ne leur restait qu’à sévir sans accabler un peuple déjà éprouvé par une conjoncture sans pareille. Et pour une fois, elle a été plus clémente que d’ordinaire en suspendant le pays des instances de l’organisation, mais en restant ferme sur la durée de la Transition, la formation d’un gouvernement inclusif et l’impossibilité pour le président et son PM de se présenter aux prochaines élections, notamment la présidentielle et les législatives.

La mollesse des réactions dans le pays et la décision de la Cour constitutionnelle de proclamer Assimi Goïta président de Transition chef de l’État le 28 mai 2021, ont contraint les dirigeants ouest-africains à revenir à ce qu’ils avaient catégoriquement refusé au début du processus : laisser le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) diriger la Transition ! Même si la Charte de la Transition prévoit cela, la communauté ouest africaine s’opposa à ce qu’un militaire soit Président ou PM.

Et pourtant, après la démission du président IBK le 18 août 2020, la majorité des Maliens a souhaité une transition militaire parce que ne faisant plus confiance à la classe politique. Face à l’intransigeance de la Cédéao et de la Communauté internationale, les jeunes officiers ont jeté leur dévolu sur un ancien officier qui n’est plus en activité : Bah N’Daw, Colonel-major à la retraite. Ils misaient sans doute sur la redevabilité de cet homme de conviction réputé pour son caractère assez trempé pour ne pas être malléable. Mais, ce choix a visiblement un bon compromis pour tous les protagonistes.

Tout le monde sauf bien sûr le M5-RFP, qui lorgnait sur le poste et qui se sentait floué, ainsi que le CNSP privé ainsi de l’opportunité de remettre le pays sur les rails comme il le souhaitait avant de passer les rennes du pouvoir aux civils. Aujourd’hui, c’est chose faite puisque le processus de rectification tant réclamé par les leaders du M5-RFP est désormais en marche avec la prestation du Colonel Goïta comme président de transition et la nomination du président de son Comité stratégique, Dr Choguel Kokala Maïga, comme Premier ministre.

«Nous avons tous agi au regard de l’intérêt suprême de la nation. A l’impossible nul n’est tenu. Il fallait choisir entre la stabilité du Mali et le chaos. Nous avons choisi la stabilité. Aujourd’hui, il y a trop d’enjeux autour du Mali, raison pour laquelle nous avons besoin d’une coalition, nous avons besoin de nous donner la main pour sauvegarder l’intérêt suprême de la nation. Nous n’avons pas d’autre choix», a plaidé le Colonel Goïta lors de sa rencontre avec la presse le 2 juin 2021.

Se donner la main pour avancer en hiérarchisant les priorités de la transition

Il est vrai qu’une démocratie sérieuse ne peut s’accommoder de la prise du pouvoir par la force, notamment par celle des armes. Mais, nous devons tous nous mettre dans la posture des dirigeants de la Cédéao : boire le vin déjà tiré par la tournure des récents événements ! Et comme il l’a maintes fois exprimé le nouveau chef de l’Etat lors de ses récentes rencontres avec la presse et les forces vives de la nation, il faut tourner la page et se tourner vers l’avenir.

«L’idéal aurait été de rester attaché à la charte de la transition telle qu’elle a été adoptée. Mais à ce stade, il ne sert à rien de vouloir un civil ou un militaire à la présidence. Le principal est de trouver l’unité au sein de l’exécutif et d’avancer pour sortir de la transition», a souligné Soumeylou Boubèye Maïga dans un entretien paru dans l’hebdomadaire Jeune Afrique de la semaine dernière.

Nous devons nous donner la main pour aller de l’avant, hiérarchiser ensemble les priorités et les défis pour les neuf mois qui restent de la transition. «Maintenant, il faut nous aider à pouvoir organiser des élections libres et transparentes dans neuf mois et rompre avec 30 ans de gestion calamiteuse du pays. Aujourd’hui, le Mali manque de leadership, c’est-à-dire, un homme de caractère qui gouverne avec comme seule motivation, l’intérêt général», a souhaité le Colonel Assimi Goïta, lors de sa rencontre avec la presse le 1er juin 2021, en donnant une idée de ce qui doit être notre priorité pour les mois à venir.

«Nous devons nous battre dès à présent pour réaliser le Mali Koura dont nous rêvons tous, pas pour nous, mais pour les générations futures. Pour ce faire, je compte sur votre professionnalisme et votre patriotisme», avait-il conclu sollicitant vivement l’accompagnement de la presse. Cet accompagnement, il doit en bénéficier de toutes les forces vives de la nation, pas pour lui, mais pour l’intérêt supérieur de la nation.

Autant personne ne doit chercher à distraire les nouveaux exécutifs par des futilités, autant le soutien de la presse et de l’ensemble des forces vives ne doit pas être un blanc-seing. Autrement, ce soutien ne doit pas être synonyme de complaisance pour ne pas dénoncer les actes qui peuvent aller à l’encontre des intérêts de ce pays, qui peuvent compromettre  notre futur. Les critiques doivent être émis avec cette ferme volonté d’aider à réussir la transition, à poser les jalons d’un Mali émergeant dans le concert des nations !

Naby

Le Matin

Read Previous

Journée mondiale de l’environnement Les pionniers du Mali appellent à un changement de comportement pour sauver notre environnement

Read Next

Finances : La Banque mondiale suspend ses opérations financières avec le Mali

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular