URGENT :

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

24 juin 2021

Huile/Consommation : La flambée des prix, où est la DGCCC ?

Les produits de première nécessité comme l’huile, la viande ont connu une inflation qui inquiète la population ces derniers jours.

En plus de la viande dont le prix du kilogramme a pris l’ascenseur, l’huile est rentrée dans la danse. Le bidon de 20 litres de l’huile importée (Dinor) vendu entre 16000 et 16 500 F CFA est cédé depuis quelques jours à 20 000 ou 20 250 F CFA, selon les marchés de la capitale. La même quantité de l’huile produite localement a connu elle aussi la même augmentation. Elle coûtait jadis 15 000 F CFA, mais son prix a grimpé à 18 000 F CFA.

La cherté du marché est un sujet marronnier dont la population ne cesse de débattre dans les lieux de causerie. Chacun avance des hypothèses pour justifier cette inflation des denrées de première nécessité. Chaque jour commerçants et clients assistent à la flambée des prix, ce qui exaspère la plupart d’entre eux.

Deux situations seraient à la base de cette cherté de l’huile de consommation. Selon Soya Djigué économiste, les principales raisons sont : les problèmes énergétiques en Côte-d’Ivoire et la spéculation des commerçants.  « Il faut admettre que la Côte-d’Ivoire est notre fournisseur principal en huile précisément la marque Dinor qui a connu une hausse vertigineuse ces derniers temps. Le deuxième problème est la spéculation des commerçants. Le plus inquiétant de notre problème à long terme est qu’on sera buté au refus des industriels ivoiriens qui protestent contre le non respect des avantages régionaux en matière de fiscalité. Cette situation risque d’aggraver davantage la hausse des prix », précise M. Djigué.

Comme l’explique l’expert, l’huile consommée au Mali est principalement importée de la Côte-d’Ivoire. Malheureusement, constate-t-il, les avantages régionaux accordés aux pays membres de l’Uémoa et de la Cédéao ne sont pas respectés. « Normalement c’est la TVA qui devra être payée et rien d’autres au niveau de la douane. Cela n’est pas fait comme il se doit », regrette-t-il.

Aussi, l’huile consommée au Mali provient de l’Indonésie et de la Malaisie. Cependant ces deux pays ne font pas partie de la communauté, donc contraints de payer des droits et taxes d’importation estimés à plus de 50 %. Ce qui rend le prix prohibitif.

Par ailleurs, l’huile produite au Mali est de très faible quantité et insuffisante pour la consommation locale. La qualité aussi n’y est pas. Selon un opérateur économique import-export de la place, 60 à 70 % de l’huile consommée par les Maliens viennent d’ailleurs. « Cette situation n’est pas favorable aux commerçants maliens si elle perdure. Ils seront obligés de se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement avec des conséquences flagrantes sur les prix à cause des frais de dédouanement et de taxes qui seront salés », explique M. Djigué.

Les commerçants ne sont pas les seuls touchés par ce problème fulgurant, les ménagères sont sur le point de réduire leurs fritures à cause de la cherté de cette denrée. Rokiatou, vendeuse explique : « j’utilise l’huile Dinor pour les fritures. C’est d’une bonne qualité et la semaine passée je suis allée renouveler mon stock. Mais le prix a considérablement augmenté.  N’ayant pas le choix, j’ai acheté l’huile Aya qui au moins est abordable pour le moment. Dans la cuisine, j’utilise maintenant l’huile produite au Mali dont le litre est à 1 000 F CFA, mais la qualité n’est pas du tout comme le Dinor ou Aya dont le prix varie entre 1 300 à 1 500 F CFA ».

L’augmentation du prix de l’huile locale est inadmissible. Elle n’est que de la pire spéculation parce qu’elle n’a connu aucune réajustement de taxes. Où est partie la Direction générale de la Consommation, du Commerce et de la Concurrence (DGCCC) dont l’un des rôles essentiels est de contrôler les prix ?

Oumou Fofana

Mali Tribune

Read Previous

Vente de notes dans les universités : Entre l’argent facile et gain de plaisir sexuel

Read Next

Tribune : Vous avez dit coup d’Etat?

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular