URGENT :

Choguel Maïga a la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

14 juin 2021

Baisse du niveau des élèves : à qui la faute ?

Autrefois l’éducation des élèves était l’un des facteurs les plus importants dans la vie sociale et scolaire. Les parents et les enseignants veillaient à l’éducation des enfants à tous les niveaux. De nos jours, le niveau des élèves baisse de plus en plus. A qui la faute ?

Selon monsieur Ibrahim Bagayoko, enseignant à la retraite, les reformes éducatives maliennes de 1962 avaient pour objectif un enseignement de masse et de qualité en vue de former des citoyens lucides responsables capables de jugements critiques. « De nos jours, la reforme est devenue purement et simplement un enseignement de masse. Dans les écoles, les classes sont surchargées d’élèves. Beaucoup d’élèves ne participent pas correctement aux cours et en fin d’année les résultats scolaires sont médiocres », a-t-il dit. Au 1er cycle, à ses dires, pour accéder en classe supérieure, l’élève doit obtenir cinq de moyenne. Aujourd’hui, déplore-t-il, avec 3 de moyenne, les élèves passent en classe supérieure avec un niveau très bas. « Dans les écoles privées, les maîtres chargés des cours n’ont pas de formation pédagogique. Les méthodes d’enseignement sont bafouées d’année en année. Le niveau scolaire se dégrade. Les parents d’élèves ne surveillent plus les enfants à la maison. Et les fautifs sont les parents d’élèves, l’Etat, les maîtres et les promoteurs d’école », a-t-il soutenu.

D’après Seydou Diallo, parents d’élève, c’est une question très vaste. Cependant, selon lui, la baisse du niveau est due d’abord au système et à la politique même de l’éducation, ensuite, les autorités et les enseignants mal formés et mal payés. Il a enfin souligné la responsabilité des parents.

Ibrahim papa Traoré trouve que depuis quelques années, l’éducation malienne a perdu sa valeur avec le niveau très bas des élèves. « Quand on analyse cette situation, je dirai que l’Etat, les parents et les enseignants sont tous fautifs. L’Etat malien ne fait pas de l’éducation une grande priorité ; le système éducatif se dégrade de jour en jour. Les examens ne sont plus faits sérieusement avec la rigueur qu’il faut. Nous constatons que même si tu ne sais pas écrire ton nom, tu peux espérer décrocher un diplôme au Mali. La formation des enseignants n’est plus à la hauteur souhaitée ; il faut voir un peu les sortants de L’IFM ou de L’ENSUP qui, la plupart d’entre eux, ne sortent pas avec le minimum de niveau requis pour pouvoir dispenser un cours de qualité et ils passent à la fonction publique. Un enseignant sans niveau qui a de la peine à dire une phrase ne pourra pas former un élève », a-t-il déploré. Avant d’ajouter :« Auparavant les enseignants étaient très respectés à travers leur sérieux, leur rigueur, ils étaient des pères pour les élèves et pour eux les élèves étaient considérés comme leurs propres enfants, que cela soit à l’école ou dans la rue et chacun respectait le statut de chacun. Mais aujourd’hui, un enseignant et son élève courtisent ensemble, prennent du thé ensemble et bien d’autres. Concernant les parents, qu’ils sachent que leur rôle ne se limite pas à inscrire l’enfant à l’école, car c’est ce à quoi nous assistons aujourd’hui. Le rôle des parents est très primordial dans l’éducation des enfants. Ils complètent le travail des enseignants avec beaucoup de suivi et de contrôle sur l’enfant concernant ses études. Les parents se disent n’avoir plus de temps pour la famille et du coup ça devient comme dans la jungle, chacun fait ce qu’il veut. Les enfants sont mis au monde et ils sont laissés à eux-mêmes », a-t-il expliqué.

Pour Mme Sylla kadiatou Touré, directrice d’une école, le niveau de certains enseignants est tellement bas. Par exemple, dit-elle, certains enseignants ne peuvent même pas t’écrire un message en français sans que tu ne détectes des fautes grammaticales élémentaires. Cela est chez nous, à savoir des enseignants qui ne maîtrisent même pas le français. Pour rehausser le niveau scolaire, les uns et les autres ont souhaité la nécessité de revaloriser la fonction enseignante, de moraliser les examens, d inciter les élèves à la lecture, et faire en sorte que les élèves ne puissent plus compter sur les fuites de sujets pour passer aux examens.

Korotomou Bagayoko, stagiaire

Le Républicain – Mali

Read Previous

Après l’annonce de la réduction du train de vie de la Présidence : L’UNTM invite les autres institutions à en faire autant

Read Next

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular