URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

Bien avant les manifestations contre le régime IBK ayant d’ailleurs inspiré le coup d’Etat du 18 août 2020, Tiéman Hubert Coulibaly, ancien ministre, président du parti UDD et du regroupement ARP, tirait la sonnette d’alarme, non sans appeler à agir dans le sens d’un dialogue républicain faisant fi des sensibilités politiques. Un appel vain et ce qui devait arriver arriva. Récemment encore, précisément au mois de janvier 2021, il avertissait que la condition de la réussite de la transition réside dans la capacité des autorités à prendre en compte le plus grand nombre de points de vue. Qui dit mieux !

Pendant que des thuriféraires encensaient encore le régime IBK affaibli, l’enfermant dans une logique néfaste d’affrontement majorité/opposition, Tiéman Hubert Coulibaly, bien que se réclamant de la majorité présidentielle, avait refusé de hurler avec les loups. Il clamait tout haut la nécessité de mettre le Mali au-dessus des clivages politiques pour, disait-il, entamer « un dialogue républicain » et au besoin se rassembler « parce que le Mali fait face à des incertitudes ».

En effet, pour sortir le Mali de la crise post-électorale qui a abouti à un coup d’Etat contre IBK, le chef du parti Union pour la démocratie et le développement (UDD) et président du regroupement dénommé Action républicaine pour le progress (ARP) a toujours plaidé en faveur d’un dialogue politique incluant toutes les composantes du pays, notamment les partis politiques, les organisations de la société civile et le gouvernement.

Ainsi disait-il dans Jeune-Afrique, au mois de juin 2020: « Nous devons déjà réunir les conditions pour la survie de notre nation, de notre modèle démocratique et de notre république. Je ne veux pas entrer dans un débat relatif à l’élection présidentielle de 2023 alors que nous avons toutes ces tâches à accomplir, que nous sommes face à ces profondes incertitudes. Nous nous reverrons peut-être dans quelques mois, ou dans quelques années, pour parler du reste. »

Auparavant, en répondant à l’une de nos questions à l’occasion d’une interview diffusée dans nos colonnes (journal Aujourd-hui-Mali du 16 mai 2020), il disait: « Notre pays est saisi d’une grande mauvaise humeur qui traverse Sikasso, Kayes, Bamako, la pandémie à Covid19, les suites des élections législatives, cette bavure policière à Kayes qui sera punie, mais qui crée une situation d’angoisse. Donc plus que jamais, nous devons travailler à l’unité, à la cohérence. Il ne faut pas se saisir de ces situations-là pour penser que les institutions sont fragilisées et conduire des actions malveillantes »

Des propos prémonitoires pourrait-on dire! Une vision réaliste plutôt car, en ce temps-là, il fallait être un pire aveugle comme celui qui ne voulait rien voir sur la réalité du pays, pour ne pas reconnaître que le pays fonçait droit vers un abîme.

Pour Tiéman Hubert, le dialogue national inclusif était incontournable pour sauver le pays d’une situation comme celle que nous vivons actuellement au Mali. Il insistait, à chacune de ses sorties médiatiques, sur la nécessité pour les Maliens de se parler, sans pour autant renier les croyances politiques. Cette démarche, il y croyait et y croit encore dur comme le fer. En témoignent ses propos, toujours dans les colonnes du numéro de Jeune-Afrique précité: « Si nous, qui sommes de la majorité présidentielle, avons souhaité un rapprochement avec l’opposition, cela veut dire que les lignes ont bougé. Il est logique de se donner la chance de se rassembler autrement. Nous avons estimé que nous étions arrivés à un stade où il fallait affirmer une identité différente et des positions qui pourraient être divergentes avec celles des autres partis qui composent EPM. Nous entendons exprimer cette différence dans un débat républicain. »

Puis il ajoutait : « Nous recherchons la cohérence, nous recherchons de l’efficacité, et c’est dans cela que nous situons notre action ».

Suffisant pour souligner que ce n’est pas une attitude de circonstance affichée par le regroupemeent ARP, mais une affirmation d’une démarche traduisant un ideal réaffirmé dans les colonnes du journal Aujourd-hui Mali du 16 mai 2020: « Il faut cultiver l’espoir pour dire que les temps sont durs et nous devons serrer la ceinture, nous devons faire en sorte que les gens de bonne foi se retrouvent pour proposer au Pays des solutions qui peuvent lui apporter le meilleur. Il faut travailler avec bonne foi car ce pays-là est le nôtre, personne ne pourra chasser un Malien dans son pays, mais il faut permettre à chaque Malien de vivre dans son pays de manière à ce qu’il puisse être heureux. L’ARP travaillera de bonne foi pour apporter, tant que cela est possible, nos propositions de solutions afin d’aider ceux qui ont les commandes à pouvoir faire face à ses difficultés-là. »

C’est tellement vrai cette constance dans l’appel au dialogue national et à la concertation de toutes les forces vives de la nation qu’un an plus tard, précisément le 11 février 2021, Tiéman Hubert Coulibaly affirmait dans le quotidien Le Républicain: « Ces derniers temps, beaucoup se sont plaints du manque de concertation, du manque d’inclusion. Pour notre part, nous avons toujours dit que nous soutenons ce gouvernement de transition et les autorités de transition en général. Mais la condition de la réussite de la transition résiderait dans la capacité de ces autorités à prendre en compte le plus grand nombre de points de vue ».

Il ajoutait: « C’est cet exercice qui vient de commencer. Nous nous sommes parlé pendant 4 heures. Les réformes politiques et institutionnelles sont nécessaires, surtout celles qui sont urgentes. Et nous avons aussi fait remarquer que le temps était compté. Sur les 18 mois qui ont été prévus pour la transition, il ne reste plus que 13 mois. »

Eh bien, la situation politique nationale, ne donne-t-elle pas raison à Tiéman Hubert Coulibaly?  Et si rappeler à des hommes politiques qu’ils mangent souvent leur chapeau concernant des déclarations qui n’engagent que ceux qui y croient, il est aussi de bon ton de relever, haut et fort, les visions justes et la constance dans la démarche d’acteurs politiques à qui l’histoire donne vraiment raison.                   

Amadou Bamba NIANG

Aujourd’hui – Mali

Read Previous

Baisse du niveau des élèves : à qui la faute ?

Read Next

Le colonel Assimi Goïta installe enfin aux commandes Ouf, le quintette échappe et impose son tempo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular