URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Assimi Goita – Choguel K Maiga, deux hommes, un même destin Cinq grandes missions pour écrire une page glorieuse de l’histoire du Mali

Le hasard de l’histoire a fait croiser deux hommes au parcours presque antinomiques. Le premier, à savoir Assimi Goita, est officier Colonel de l’armée et le second, Choguel Kokalla Maiga est un vétéran de la scène politique. Ils ont en commun aujourd’hui d’avoir contribué à débarrasser le Mali d’un des régimes les plus corrompus, celui d’IBK. Si tant est qu’ils ont les mêmes ambitions, celles de servir avec engagement et patriotisme le Mali, alors ils ont un destin commun. Pour que leur passage à la tête de l’État ne soit pas celui de trop, ils sont condamnés à accomplir ces cinq missions à la fois exaltantes et glorieuses, s’ils veulent se rendre immortels comme Thomas Sankara ou Johnny Jerry Rawlings pour Assimi Goita et Patrice Lumumba pour Choguel Kokalla Maiga.

Ceux qui ont marqué l’histoire de l’humanité ne l’ont pas fait souvent au bout des armes, mais par des actes. Le Mali, après plus de 60 ans d’indépendance est à la recherche d’un leader éclairé pour lui indiquer la bonne voie à suivre. Après cinq coups d’État, l’occasion est-elle bonne cette fois ci pour sortir de ce cycle infernal et annihilant ? Pour y parvenir, voici cinq grandes missions susceptibles de mettre le pays sur les rails de la démocratie, de l’état de droit, et du développement.

La première mission est de redonner confiance au peuple dans un pays où la classe politique est en faillite, caractérisée par la corruption, le népotisme, la médiocrité. L’armée décriée et incapable d’accomplir sa mission régalienne de préservation de l’intégrité territoriale et de la sécurisation des personnes et de leurs biens, le peuple ne sera que déboussolé et abandonné à son triste sort, car ne sachant plus à quel saint se vouer. Aujourd’hui, la première mission de la Transition doit consister à redonner espoir au peuple en posant des actes concrets, et cela passe d’abord et avant tout par le choix des hommes et des femmes. Le Mali a besoin de véritables guerriers, patriotes, compétents et moralement aptes dans tous les domaines. Ces hommes et femmes auront pour mission de poser les jalons du Mali Koura, tant dans le domaine des réformes que dans celui de la relance de l’économie.

La deuxième mission est celle des réformes institutionnelles. A-t-on besoin de rappeler cette célèbre phrase de l’ancien président américain Barack Obama, « l’Afrique a besoin d’institutions fortes et non d’hommes forts » ? Les Ghanéens semblent avoir compris cette assertion en dotant leur pays d’institutions indéboulonnables. Les Maliens doivent s’inspirer de ce bel exemple ghanéen pour doter leur pays des pareilles institutions afin de mettre non seulement fin aux coups d’État à répétition, mais aussi à la corruption. Donc, les réformes sont indispensables et la transition semble être la période indiquée pour le faire.

La troisième mission consisterait à réformer la Justice. L’une des tares de notre démocratie voire même de notre société est la Justice. Au lieu d’être le socle sur lequel les citoyens se reposent, elle devient sa hantise, son épouvantail. Il faut une véritable catharsis pour qu’elle soit une Justice juste, non corrompue et au service exclusif du peuple. Pour ce faire, il faut des décisions fortes et un remue-ménage en mettant à l’écart tous les médiocres. La Justice doit être extirpée du giron du politique en lui donnant son entière indépendance. Des élections à l’interne, avec des juges élus à des postes clés de la Justice. Le Président de la Transition Assimi Goita et le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga pourraient déjà envisager cette réforme indépendamment de celles des autres institutions pour commencer à mener une lutte implacable contre la corruption.

La quatrième mission est celle de la lutte contre la corruption. La corruption est devenue endémique au Mali. D’aucuns la comparent à un cancer qui s’est véritablement métastasé dans tous les secteurs. Lutter implacablement contre un tel fléau c’est faire œuvre utile. La matière ne manque pas, car les dossiers de contrôle et d’enquête s’entassent dans les bureaux des juges, il suffit qu’il y ait une petite dose de volonté politique et une audace pour déclencher une véritable opération de lutte contre la corruption. Pas de fanfaronnade, ni de chasse aux sorcières. Cette mission aura un double avantage, d’abord récupérer nos sous volés, et mettre hors d’état de nuire tous les délinquants financiers, dont certains s’apprêtent déjà à reconquérir le pouvoir d’État pour continuer leurs sales besognes. Le second avantage est qu’elle donne espoir aux investisseurs qui fuient le Mali, car le pays n’est pas une bonne destination et ne donne pas de garanties de sécurité. Donc, la lutte contre la corruption et l’impunité doit occuper une place de choix dans le programme de la Transition.

La cinquième mission consisterait à pacifier le pays et à organiser des élections transparentes, crédibles et incontestables. Si nombreux sont les Maliens qui ont applaudi le tandem Assimi Goita et Choguel Kokalla Maiga, c’est moins pour leurs beaux yeux que pour l’expérience que chacun a dans son domaine de prédilection. Il est fortement attendu d’eux la pacification du pays et une bonne organisation des élections. Ces deux défis sont majeurs car ils sont à la base de tous les malheurs de notre pays. L’insécurité est devenue endémique et les élections mal organisées sont à la base de l’instabilité politico-institutionnelle. Donc, le couple militaro-politico-civil à la tête du pays est fortement attendu sur son terrain de prédilection. Il doit pouvoir réussir ces deux challenges pour entrer dans l’histoire du pays.

En Somme, Assimi Goita et Choguel Kokalla Maiga ont une occasion idoine d’écrire l’une des pages les plus glorieuses de l’histoire contemporaine du Mali. Ils doivent, sans malice, ni calculs politiciens, collaborer, sinon même être des complices pour redorer le blason du Mali et le mettre au diapason des Nations respectées.

Youssouf Sissoko

info@sept

Read Previous

Composition du nouveau gouvernement Les Maliens entre optimisme et prudence

Read Next

Dette : 167 millions d’euros, environ 109 milliards FCFA, ce que le pays doit à la France

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular