URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Choguel Kokalla Maïga, à la Primature, aura la lourde mission, en si peu de temps, de dresser une trajectoire prometteuse pour un pays en proie à de graves menaces, tant sécuritaires que géostratégiques, au point de perdre son souffle. Un contexte sociopolitique lourd de périls de toutes sortes, qui n’est pas favorable à l’homme, n’étant pas lui-même étranger à son  propre handicap, au moment où il devra compter sur tout le monde pour tenir le cap.

Choguel Kokalla Maïga, nouveau Premier ministre de la transition, a été nommé à ce poste, ce lundi 7 juin, par le colonel Assimi Goïta, après que ce dernier a acquis la plénitude de ses fonctions auprès de la Cour suprême. En réalité, depuis que le nouvel homme fort du pays avait, dans la foulée de son coup de force perpétré contre la transition, rencontré des responsables du mouvement de contestation, dont Choguel est bien évidemment le  guide en chef, la nouvelle n’a pas fait beaucoup de sceptiques au sein de l’opinion.

Bien au contraire, avant cette confirmation, une fois le coup de force consommé contre la transition, avec la décision de la Cour constitutionnelle d’envoyer le colonel Assimi Goïta à l’exercice de ses charges suprêmes, au sein du M5-RFP, appelé à la rescousse par les militaires pour renforcer l’onction populaire du coup d’Etat, tout le monde ou presque parlait du choix de cet ancien contestataire affiché des idéaux du mouvement démocratique comme le nouveau Premier ministre.

Eh bien ! Au sein de ce mouvement populaire hétéroclite, qui a poussé jusqu’au bout la contestation contre le régime d’IBK, Choguel Maïga, bien qu’ayant été l’un des fervents soutiens de ce régime déchu, a également été l’un des ténors irréductibles pour contraindre à la démission un président élu.

Justement, par contre, ce qui a intrigué plus d’un dans le choix de cet homme, véritable pourfendeur devant l’éternel de la conquête des libertés démocratiques, lors de l’insurrection populaire du 26 mars 91, c’est bien sa propension, à lui, de se porter sur le choix du premier ministrable, demandé au M5 pendant qu’il en était le chef déclaré.

Voilà qui taraude encore  les esprits, chez l’homme, dont on pourrait penser que tout ce qu’il a entrepris durant tous ces moments d’agitation, c’était pour se faire de la place au soleil, après qu’il a été éjecté de son poste ministériel, dans des conditions troubles, par le président déchu. En fait, note-t-on dans les chapelles politiques, avant cette disgrâce de l’homme, synonyme de passage en vide, pour lui, personne ne l’avait d’ailleurs vu ou entendu émettre le moindre doute sur la gestion du président IBK.

Loin s’en faut ! Il en était bien sûr l’un des défenseurs zélés, dès lors que son « pain » était bien garanti. Voilà un homme qui quitte brutalement le navire et qui, par hargne et par dépit, arrive à cristalliser sur lui la contestation contre le président déchu. Pour cela, s’indignent certains observateurs politiques, un tel homme avait forcément autre chose à faire prévaloir à ses compatriotes pour les convaincre de son souci pour le pays, si ça n’en est un, que de se faire nommer, lui-même, au poste suprême, une fois que cette occasion s’est présentée à lui par la force des choses.

En s’y accordant, au-delà de son monde qui l’adoube, au sein du mouvement de contestation, Choguel Maïga, une fois propulsé à ce poste, n’apparait rien d’autre qu’un affamé de pouvoir, pressé de se la couler douce après des moments de braise, consécutifs à la contestation tous azimuts, dont il a pris les commandes contre son ancien allié politique, et qui lui vaut aujourd’hui cette récompense usurpée.

Comme il a toujours laissé planer l’image grandiloquente d’un homme au service de son peuple, il aurait mieux à faire, après un tel couronnement politique, que de se porter lui-même postulant à une telle fonction octroyée. Comme l’a si bien affirmé l’un des proches des militaires, en parlant de « compromis nécessaire », pour le choix de Choguel Maïga comme le nouveau Premier ministre de la transition.

Mais, apparemment, selon le constat de nombreux observateurs politiques, c’est mal connaître cet homme que de penser que l’élégance et la vertu politiques l’auraient contraint à faire autre chose et autre choix, face à titre choyé, en dehors de lui-même.

Autre déficit: la tactique de reniement politique qui est son fort pour dompter les événements et les chocs, auxquels il fait face continuellement. Voilà un homme qui n’hésite pas à se faire maitre du plus grand reniement à son actif. Histoire, dit-on, d’avoir ce qu’il veut, en dépit de tout.

Ainsi, on rapporte l’anecdote de son passé d’opposant, quand il passait son temps à dénigrer l’action publique de ses adversaires politiques et qui, une fois aux affaires, n’a pas manqué de dire que « l’opposant voit toujours autrement les choses » alors que c’est « le pouvoir qui est la réalité des choses ».

Belle leçon de reniement de convictions, tout cru, si familière à la doctrine politique de Choguel Maïga qui est décidément bien attendu sur ce terrain d’autant qu’il n’en manquera pas d’en multiplier à son compte, au cours de ce tournant politique.

D’abord, pour la révolution de mars 91, dont il a toujours dénié le caractère sacré en faveur de la démocratie, il aura fort à faire à ne pas respecter la mémoire des martyrs, surtout s’il est chargé, comme le propulsent à une telle charge, les privilèges de sa fonction, d’honorer la mémoire des victimes de la barbarie de mars 91.

Ensuite, la polémique, ouverte et frontale, qu’il a volontiers créée autour du processus de paix et de la réconciliation, à travers l’accord d’Alger, pour s’illustrer dans ce domaine, le rattrapera à coup sûr. Etant le chef du gouvernement, il aura fort à se montrer sincère vis-à-vis des acteurs, nationaux et internationaux, sur cette équation centrale, sans renier ses propres convictions politiques et idéologiques.

On le voit, de reniement en reniement, sur fond de jeux de mots occasionnels dont il est d’ailleurs le champion, en toutes disciplines confondues, le nouveau chef du gouvernement de la transition n’aura certainement, s’il n’y prend garde, aucune force mentale, ni morale, à la longue, de sauvegarder l’image de respectabilité dont il a besoin pour conduire efficacement, et avec sérénité, les affaires publiques.

Mais hélas ! Si l’échéance de la transition devrait être strictement respectée, comme l’exigent les recommandations de la Cedeao, il sait que le laps de temps dont il dispose, en tout état de cause, lui suffira, sans grand dommage, pour qu’il récolte, en fin de carrière administrative, les attributs d’une telle fonction primatoriale. Quitte à essuyer frontalement, au fil des reniements successifs, les effets pervers de ses multiples excès verbaux passés qui le rattrapent aujourd’hui.

Il pourra certainement surpasser cette épreuve politique tourmentée, pour lui, et conduire à coup sûr la transition à bon port, indépendamment des nouveaux défis qui l’attendent désormais, à condition d’éviter habilement les excès verbaux, et même les coups-bas qu’il affectionne tant comme mode de positionnement politique, tout en s’affranchissant de ses veilles chimères politiques.   

Oumar KONATE

La Preuve

Read Previous

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

Read Next

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular