URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Transition au Mali : Le gouvernement de Choguel K. Maïga très peu apprécié au sein de la classe politique

Mis en place le 11 juin 2021, le nouveau gouvernement de la transition malienne dirigé par Dr. Choguel Kokalla Maïga est très peu apprécié au sein de la classe politique malienne. Il ne fait pas du tout l’unanimité.  Tandis que certains accusent le gouvernement de n’avoir pas été inclusif, d’autres évoquent la violation de la charte de la transition, qui limite les membres du gouvernement à 25 au lieu de 28, constatés dans le gouvernement de Choguel K Maïga. D’ailleurs, une plainte a déjà été introduite à la Cour Suprême du Mali par une association, en l’occurrence le BIPREM (Bloc d’Intervention Populaire et Pacifique pour la Réunification Entière du Mali) pour demander l’annulation du décret portant nomination des membres du gouvernement.

Dès la publication de la liste du gouvernement, les communiqués fusent de partout. La plupart de ces communiqués des partis politiques critiquent la composition du nouvel attelage gouvernemental. «Sur invitation du Premier ministre Dr. Choguel Kokalla MAÏGA, une délégation de notre alliance politique EPM, dirigée par son Président Dr. Bokary TRETA, a rencontré le Premier ministre, le 10 juin 2021, à la Primature. Au cours de cette rencontre, les échanges avaient porté sur la situation sociopolitique du pays et la mise en place du nouveau gouvernement.

Les deux parties s’étaient félicitées de la qualité des échanges. Toutefois, nous notons que la liste des membres du gouvernement, rendue publique ce vendredi 11 juin, n’a pas reflété l’esprit de la rencontre. Cette situation appelle à des questionnements auxquels nous devons faire face », révèle le communiqué en date du 11 juin 2021 de l’Alliance « Ensemble pour le Mali (EPM)» rendu public peu après la formation du gouvernement.

Le lendemain, le PARENA (Parti pour la renaissance nationale) de Tiébilé Dramé a aussi fait un communiqué pour dire que le nouveau gouvernement de Choguel K. Maïga est exclusif de 28 membres. «Le Premier ministre de transition avait promis, sans doute, à l’intention de la communauté internationale, un « gouvernement inclusif ». La montagne a accouché d’une souris.

A l’arrivée, c’est un gouvernement exclusif de 28 membres qui a été rendu public. Les jalons d’une transition non inclusive et de la fuite en avant ont ainsi été posés. Nous sommes inquiets des risques d’instabilité liés à une transition non consensuelle et aux manquements des engagements pris solennellement devant le peuple malien et la communauté internationale. Nous condamnons la violation flagrante des conclusions du Dialogue national inclusif et de la Charte de la Transition qui fixent le nombre de ministres au maximum à 25. Les saignées financières résultant de cette rupture du consensus sur la taille du gouvernement sont inacceptables! Nous jugerons le Premier ministre et son gouvernement à l’œuvre, à leur capacité à stabiliser le pays et à amorcer l’organisation d’élections régulières et crédibles dans les délais annoncés », souligne le PARENA.

Dans la même journée du 12 juin 2021, des membres du regroupement ARP (Action Républicaine pour le Progrès) réunis au Centre international de conférence de Bamako (CICB) ont fait savoir qu’ils ont été trahis par les autorités de la transition au Mali car ne faisant pas partie du gouvernement dirigé par Choguel K. Maïga.

En outre, le 14 juin 2021, le Parti du Peuple Malien (PPM) a attiré l’attention du peuple malien et la communauté internationale sur le choix « unilatéral » des 28 membres du gouvernement et sur la violation de la charte de la transition qui fixait le nombre de ministres à 25. « Nous avons pris acte de la formation du gouvernement dirigé par le Premier ministre de la transition. Nous sommes cependant restés sur notre faim quant à l’inclusivité de ce gouvernement qui, pour nous est en déphasage avec les promesses du premier ministre. C’est un gouvernement non-inclusif de 28 membres qui a été rendu public », précise le Parti du Peuple Malien. Espoir Mali Koura (EMK), un des Mouvements fondateurs du M5-RPP (Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques)  d’où le premier ministre, Dr. Choguel K. Maïga est issu, a certainement des dents contre le nouveau gouvernement. Dans son communiqué publié le 14 juin 2021, EMK dit qu’il n’a pas été associé dans le processus de formation du gouvernement. « Le comité de pilotage d’Espoir Mali Koura (EMK) prend acte de la formation du nouveau Gouvernement de la Transition dont le premier Ministre a été Choisi au sein du M5-RFP – décret n°2021 0385 PT – RM du 11 juin 2021.

Le regroupement Espoir Mali Koura, membre fondateur du mouvement du 05 juin 2020, M5-RFP, tient à informer l’opinion nationale et Internationale qu’il n’a été ni consulté, ni informé, encore moins associé au processus de formation de ce gouvernement. EMK reste fidèle à son objectif de construction du Mali Koura dans une transition de rupture pour le changement. Il va poursuivre au sein du peuple son rôle de contrôle et de veille citoyenne », indique le communiqué de EMK dirigé par l’ancien ministre, Cheick Oumar Sissoko. Dans un communiqué rendu public, le 16 juin 2021, le Rassemblement pour le Mali (RPM), dirigé par Dr. Bokary Tréta, a signalé que la configuration du gouvernement ne reflète pas l’inclusivité tant prônée par le premier ministre.

Le RPM invite le gouvernement à s’abstenir de toute initiative hasardeuse tendant à créer des charges superflues pour le budget national ou à prolonger le délai de la transition. Pour ne rien arranger aux choses, une plainte a été introduite à la justice, le 15 juin 2021, par une Association, en l’occurrence le BIPREM, présidé par Lacine DIAWARA pour demander l’annulation du décret de nomination des membres du gouvernement. « En effet, M. le Président de la Cour Suprême, le vendredi 11 juin dernier, a été publié et diffusé le « décret N° 2021-0385 / PT- RM DU 11 juin 2021 portant nomination des membres du gouvernement au nombre de 28 personnes ». Hors, selon l’article 11 alinéa 3 de la Charte « le gouvernement de la Transition est constitué de vingt-cinq(25) membres au plus ». Il va donc sans dire que le décret attaqué viole allégrement cette disposition de la Charte de la Transition de telle sorte qu’il s’expose à l’annulation demandée à votre juridiction sans aucun moyen d’y échapper », lit-on dans la plainte du BIPREM déposée à la Cour suprême du Mali. Selon le plaignant, l’article 11, aliéna 3 de la Charte est violé par le décret ci-devant visé. « Par conséquent nous sollicitons qu’il vous plaise en annuler l’application de ce décret qui doit être déclaré nul et de nul effet. Votre décision permettra d’éviter aux personnes nommées ministres, l’exercice illégal de cette fonction. Il faut rappeler qu’ainsi on évitera également des poursuites pénales à leur encontre du chef d’un tel exercice. C’est pourquoi : Je sollicite qu’il vous plaise : Premièrement, recevoir la présente requête recevable comme bien fondé. Deuxièmement, faire droit à l’annulation sollicitée pour motif invoqué. Et ce sera justice », révèle la plainte du BIPREM.

Aguibou Sogodogo

Le Républicain – Mali

Read Previous

Lutte contre le terrorisme Le G5 Sahel dans l’œil du cyclone après Barkhane ?

Read Next

CICR/ APPEL-Mali : les soldats de l’information à l’école du Droit International Humanitaire et du secourisme

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular