URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Le couple Assimi Goïta-Choguel K. Maïga n’est pas au beau fixe. En témoignent les fausses notes répétitives entre les deux hommes. Toute chose qui risque de gripper la marche d’une transition déjà boiteuse.

Les relations entre Assimi Goïta, président de la Transition, et son Premier ministre Choguel Kokalla Maïga ne semblent pas être régies par une parfaite complicité, comme on l’aurait imaginé.Entre les deux patrons de l’Exécutif, la convergence de vues n’est pas au rendez-vous.

Même si ce n’est pas encore la grande confusion autour d’une feuille de route qui a du mal à être interprétée, selon qu’il s’agit du palais de Koulouba ou de la Primature, il est davantage connu que la cacophonie entre les deux instances suprêmes du pays a pris le pas sur certaines orientations définies à l’ordre de la transition.

Et cela, dès les premiers pas de cette nouvelle collaboration, où manifestement le colonel Assimi Goïta et son Premier ministre ont laissé clairement entendre, côté opinion, qu’ils n’ont pas forcément la même cadence, encore moins la même perception des dossiers chauds, devant constituer, dans le contexte actuel du pays, la priorité des priorités pour une équipe gouvernementale qui sait par avance que le temps n’est plus son meilleur allié.

Cet air de désordre manifeste, imputable au Premier ministre, qui fait un peu trop dans les effets d’annonce, n’est, pour le moment, que le reflet d’une difficile cohabitation entre les deux hommes, n’ayant pas les mêmes priorités face à la feuille de route de la transition.

En fait, ce n’est pas un hasard si le Parena, le parti de Tiébilé Dramé, dans un communiqué qu’il a rendu public la semaine dernière, a alerté sur les incohérences d’approche et de style entre les deux hommes qui risquent de gripper la machine institutionnelle au sommet de l’Etat.

Les faits sont têtus : d’abord, le président de la Transition, dans son adresse à ses concitoyens après la prestation de serment, en tant que chef d’Etat, a insisté sur le respect du délai de la transition, en ciblant l’application stricte des conclusions du DNI, la tenue d’élections crédibles et propres, dans le temps imparti. Et puis ce fut le tour au Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, dans le cadrage des priorités à l’adresse des membres de son équipe, d’étendre le champ d’application de la transition à des activités comme l’organisation prochaine des assises nationales et la révision de la constitution. Pire, il parle de l’application intelligente de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger, dont les citoyens cherchent toujours à comprendre ce qu’il veut dire par « application intelligente».

On l’aperçoit très clairement. En termes de casting des priorités annoncées, les deux hommes de l’Exécutif central de la transition ne sont pas forcément sur la même logique d’approche. Ce qui manifestement ne suscite pas un grand enthousiasme au sein de l’opinion publique qui sait par avance qu’une telle dichotomie n’est pas nécessairement le signe d’une parfaite collaboration qu’on a le droit d’attendre en pareille circonstance.

Si les choses se tiennent à l’état, et que le chef du gouvernement doit continuer à planifier les actions qu’il a déjà prescrites au compte de la transition, ne serait-ce que pour la révision de la constitution et l’organisation des assises nationales, le temps imparti pour ce genre de casting opérationnel ne saurait suffire pour le restant de la transition, d’autant que le consensus, souhaité et voulu pour en constituer le ciment, serait bien difficile à mettre sur pied pendant ce laps de temps.

On le voit, avec Choguel Maïga, qui n’hésite pas à étendre le champ d’application de la transition bien au-delà des limites fixées par le président de la transition, la nouvelle feuille de route de la transition, elle, est bien extensible à souhait, au point d’intriguer pas mal d’observateurs sur les intentions réelles du Premier ministre à bien vouloir achever, à temps convenu, comme cela lui a été demandé, le restant de la transition.

Rien ne se fait au hasard dans ce genre de timing et de casting sur les actions menées, constatent les analyses politiques, qui soutiennent clairement qu’une clarification de la feuille de route de la nouvelle transition est bien nécessaire à faire.Histoire de recadrer les choses et d’éviter des quiproquos fâcheux à la tête de l’Exécutif, au moment où les défis et les priorités se multiplient à la charge d’une transition qui n’a pas du tout besoin d’éparpiller ses efforts, compte tenu de la contrainte liée au facteur temps.

Le Premier ministre le sait d’autant mieux qu’il n’a aucune logique pour ce faire : il n’a aucun intérêt politique, ni réel ni actuelà se faire, en allant au contre-sens du président de la transition, le colonel Assimi Goïta, sur les grandes orientations de la transition, sauf à créer volontairement les conditions d’un blocage périlleux pour une fin apaisée de la transition, synonyme de retour du pays à une normalité constitutionnelle. Un scénario qui pourrait nous ramener à la case de départ.

Ce qui est le souhait de tout le monde, à commencer par les acteurs internationaux, qui estiment d’ailleurs à juste titre que certains chantiers cruciaux, comme la refondation de l’architecture institutionnelle du pays, émanent d’une autorité légitime, issues directement du peuple, et qui échappent, de ce fait, rien que par leur originalité politico-institutionnelle, au ressort limité de la transition.

Pour le cas du Mali, c’est connu que la révision de la constitution de 92 est emblématique : à plusieurs reprises, et par différents protagonistes politiques, depuis 2001 à ce jour, le processus de révision de la constitution a connu de grands bouleversements politiques. Compte tenu de ce facteur historique, on voit mal, et même très mal, comment la transition, sujette déjà à plusieurs contestations sociales et politiques, peut-elle réussir là où des régimes démocratiquement élus, légitimes y ont laissé des plumes d’autant plus que, pour elle, le facteur temps ne joue pas à sa faveur.

Autre goulot d’étranglement : l’organisation des assises nationales tant réclamée par le Premier ministre. Plusieurs observateurs neutres de la scène politique, là-dessus, ont alerté, en insistant sur sa non pertinence dans un contexte où les conclusions du DNI, prônées par le chef de la transition comme inclusives, peuvent valablement suffire. Sauf si par extraordinaire l’actuel locataire de la Primature a d’autres idées en tête, en annonçant pompeusement cette nouvelle trouvaille liée aux assises nationales.

Aussi, le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, qui devrait s’inspirer de l’exemple du chef de l’Etat à réduire ses fonds de souveraineté, semble se préoccupé d’une balade de santé chez ses prédécesseurs. Plus de deux semaines après sa nomination, il esquive cette question de réduction des fonds alloués à la Primature comme attendu par le peuple. Histoire d’être en harmonie avec le président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta.

Dans tous les cas, les intentions, de part et d’autre, sont affichées pour une transition dont la durée de vie est claire pour tout le monde. En allant à l’encontre des orientations de la feuille de route, telles qu’elles sont annoncées par le chef de la transition, le Premier ministre, lui, est bien conscient qu’il sème, par-dessus tout, les germes d’une cacophonie inutile et ennuyeuse au sommet de l’Etat, dont les tourbillons peuvent bien lui coûter une sacrée chandelle.

Oumar KONATE

La Preuve

Read Previous

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Read Next

CMDT Kassogué peut-il faire la lumière sur les 18 milliards volatilisés ?

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular