URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Lutte contre la désertification « Le Refede-Mali invite les investisseurs à s’engager davantage pour la cause »

Fidèle à sa tradition dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la désertification, le Réseau des femmes pour les droits environnementaux (Refede-Mali) et ses partenaires que sont Cari et RéSAD ont décidé de présenter des perspectives à l’endroit des investisseurs pour lutter contre la désertification. C’était ce mercredi 16 juin, au siège du Refede-Mali.

Lancé il y a 15 ans, le projet de Grande Muraille Verte du Sahara et du Sahel n’aurait atteint que 4% de ces objectifs, selon le rapport d’état de mise en œuvre produit par la Cnulcd en 2020. Pourtant, son ambition autant que sa pertinence sont justes et urgentes. Cette initiative panafricaine vise à lutter contre la désertification et la dégradation des terres, les effets du réchauffement climatique, dont les événements extrêmes comme les sécheresses, tout en cherchant à améliorer les conditions de vie des populations. 

Selon Mme Kouyaté Goundo Sissoko, présidente dudit réseau, le concept de « muraille » est une métaphore souvent mal comprise et réduite à la plantation d’arbres. En réalité, l’initiative vise à lancer un ensemble de projets comprenant à la fois la préservation et la valorisation   des ressources naturelles, le bien-être humain, la lutte contre la pauvreté et la santé environnementale. Début 2021, les institutions et États présents au One Planet Summit, initié par la France, se sont engagés à investir 16 milliards d’euros sur cinq ans pour relancer cette action d’envergure continentale. Faut-il croire à ces promesses ? Du côté de l’investissement privé, les annonces se font attendre, interroge Mme Kouyaté.


« Le recours aux financements privés demeure indispensable pour soutenir le développement, et il peut avoir une place dans les projets de réduction de la dégradation des terres, ou de restauration de terres dégradées à condition d’être orienté vers les bons opérateurs et d’être équilibré entre retours sur investissements et production de bénéfices publics et de ne pas engendrer d’effets délétères, comme l’accaparement de terres au détriment de communautés qui en tirent leur nourriture et leurs revenus. La création d’emplois dans les territoires est un des moyens efficaces pour sortir de la pauvreté, et diverses activités agricoles productives sont tout à fait compatibles avec des pratiques de restauration des terres dégradées, notamment l’agroécologie et l’agroforesterie. En mars dernier, l’Union internationale pour la conservation de la nature a exploré, lors d’une conférence en ligne, comment l’investissement privé dans la Grande muraille verte pourrait contribuer à faire émerger de nouvelles innovations responsables», a souligné Mme Kouyaté Goundo Sissoko.

S’agissant de la méthodologie pour inciter les investisseurs, elle dira qu’au Sahel, l’agriculture occupe une place centrale avec 35% du PIB et 60% de la population active. Le manque d’aménagements isole plus de 70% de la population rurale sur tout le continent. Les filières agricoles sont faiblement structurées et ne permettent pas la création de valeur ajoutée locale et l’emploi. 

Concernant les objectifs de développement durable dont la cible 15.3 vise la neutralité en matière de dégradation des terres, des initiatives sont en cours à travers le monde, dont le fonds innovant créé en 2017 en France, en lien avec la Convention des Nations unies pour la lutte contre la désertification. Et ceci, pour mobiliser des fonds partiellement garantis afin de financer, par le biais de prêts, des actions permettant de restaurer des terres dégradées et de les valoriser à travers des activités productives. « Si en fin 2020 quelques 220 projets dans le monde entier avait fait l’objet d’un examen à des fins d’investissement, seuls cinq projets sont actuellement en cours de mise en œuvre, démontrant toute la difficulté de réunir les garanties économiques, sociales et environnementales attendues.  Ces goulots d’étranglement ne favorisent donc l’accès de ce fonds aux privés des pays en développement en Afrique et spécifiquement  le Mali qui connait une crise multidimensionnelle depuis 2012», a-t-elle ajouté.

Aussi, dira-t-elle que les leçons et retours d’expériences du fonds pour la neutralité en matière de dégradation des terres seront donc précieuses pour guider un investissement privé se dotant de hautes attentes en matière de bénéfices écosystémiques et de bénéfices sur les conditions de vie des populations. Cela est d’autant plus crucial pour l’investissement dans la Grande muraille verte qui couvre des zones sahéliennes arides, où la productivité des terres est plus faible que dans des zones où la disponibilité de l’eau est abondante et garantie.  


Pour favoriser les investissements privés responsables et profitables aux populations les plus pauvres des pays de la Grande muraille verte, la présidente du Refede-Mali avec ses partenaires que sont l’ONG Cari et  RéSAD  préconisent également d’orienter les financements vers l’agriculture familiale et paysanne plutôt que vers quelques acteurs agroindustriels de grande ampleur. Les centaines de milliers de petits et moyens opérateurs locaux forment le véritable tissu économique des territoires ruraux du Sahel. Leurs regroupements sous des formes de coopératives peuvent permettre d’atteindre une taille critique pour stabiliser l’offre comme l’accès à des débouchés économiques. 

Enfin, elle dira que le Refede-Mali, la grande muraille verte, et ses partenaires du Cari et de RéSAD ont donc décidé d’appeler les institutions publiques, les Gouvernements nationaux et les autorités  locales à se saisir du levier de l’investissement et à veiller à ce qu’il remplisse l’ensemble de ces conditions pour qu’il contribue véritablement à la lutte contre la désertification et la dégradation des terres.

Adama TRAORÉ

La Preuve

Read Previous

CMDT Kassogué peut-il faire la lumière sur les 18 milliards volatilisés ?

Read Next

Électrification de la ville de Bamako Un projet de 130 milliards verra bientôt le jour à Sanankoroba

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular