URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Utilisation des pesticides : Près de 200 personnes meurent chaque année au Mali à cause des produits obsolètes

Ils sont dans l’air, sur nos légumes, dans nos placards et surtout dans… nos assiettes. Donc, nos ventres et devenant du coup une sérieuse menace pour notre santé. Les pesticides ne se voient pas à l’œil nu, mais font partie de notre quotidien. Or ces substances phytosanitaires (herbicides, insecticides ou fongicides) ne sont pas anodines. Non contentes d’avoir des effets nuisibles sur l’environnement, elles ont également un impact sur notre santé. Heureusement que, avec l’aide des partenaires comme la Banque mondiale, notre pays fait des efforts énormes pour les éliminer à travers le Projet d’élimination des pesticides obsolètes (PEPPO).

Comment le Mali est parvenu à éliminer des tonnes de pesticides dangereux ? La réponse à cette question est contenue dans un document récemment publié par la Banque mondiale. «L’agriculture est un secteur clé de l’économie et la sécurité alimentaire au Mali. Cependant l’utilisation de produits toxiques présente des risques importants pour les exploitants et leurs familles», rappelle l’institution de Bretton Woods.

Depuis plusieurs années, elle aide notre pays à circonscrire la menace à travers le Projet d’élimination des pesticides obsolètes (PEPPO). Une initiative qui a permis de traiter des centaines de tonnes de produits dangereux et de renforcer la réglementation. Ce projet a aussi initié une campagne d’information et d’éducation pour mieux former et encadrer les populations aux pratiques sûres. Et les témoignages des agriculteurs mettent en exergue la pertinence de ce projet, mais aussi son efficacité.

«Avant la fin de l’hivernage, j’ai eu besoin de mil et m’en suis procuré auprès d’un vendeur. J’ai demandé si c’était du mil pulvérisé. On m’a répondu que non. Alors j’ai remis le mil aux femmes qui  l’ont moulu et cuisiné», témoigne Zantié Dembélé, un agriculteur du village du Dempela (région de Sikasso) qui a vu quatorze de ses proches intoxiqués après avoir consommé du mil traité aux pesticides. Cela est loin d’être un cas isolé puisque dans notre pays, près de 200 personnes meurent chaque année d’intoxication et plusieurs milliers contractent des maladies dues à l’utilisation intensive de pesticides souvent périmés.

Notre économie repose en grande partie sur la production agricole. Si l’usage des pesticides est indispensable au bon développement de ce secteur, de l’économie en général, le pays est confronté à un problème de gestion de ses engrais périmés. On a ainsi recensé 580 tonnes de produits impropres à l’utilisation, dont certains datent de plusieurs décennies. Et selon la Banque mondiale, la revente de ces produits est «une activité lucrative pour des milliers de jeunes qui les distribuent sans connaître les mesures de sécurité et, souvent, l’origine de la marchandise».

Près de 80 % de ces pesticides périmés sont utilisés dans la culture du coton, polluant les terres et les sources d’eau avec des conséquences dramatiques sur le bétail et la chaîne alimentaire. Les emballages de pesticides et les déchets résiduels se comptent en dizaines de tonnes sur l’ensemble du territoire malien. Les récipients ayant contenu des substances toxiques sont malheureusement réutilisés, notamment pour stocker l’eau. 

Une approche intégrée pour maîtriser la menace

Pour s’attaquer à ces stocks dangereux pour la nature et les humains, les spécialistes recommandent une approche intégrée. En effet, pour faire face à ce danger, le Mali et la Banque mondiale ont élaboré cette stratégie dès 2007 afin de prévenir leur accumulation, contrôler l’importation et homologuer les intrants chimiques. Elle a été complétée par la formation d’agents phytosanitaires et la sensibilisation de la population aux risques sanitaires a complété cette initiative.

Le Programme africain relatif aux stocks de pesticides obsolètes (PASP Mali) a mis en place un Comité national de gestion des pesticides et a permis d’éliminer 65 tonnes de produits périmés et déchets liés ; d’identifier et de sécuriser une partie des stocks et de mener des opérations pilotes de dépollution.

Forts de ces acquis, la Banque mondiale et le Mali ont mis sur pied en 2014 le nouveau Projet d’élimination des pesticides obsolètes (PEPPO/Mali) avec l’appui du Fonds pour l’environnement mondial et du Danemark. Entre 2014 et 2018, il a permis d’éliminer 532 tonnes de pesticides périmés et déchets toxiques. «Ces projets ont renforcé les capacités institutionnelle, réglementaire et technique dont le secteur avait besoin pour remédier à la pollution de l’environnement et l’empoisonnement des communautés », a souligné Maria Sarraf, responsable du pôle environnement de l’institution de Bretton Woods pour l’Afrique de l’ouest. Et d’ajouter que «l’une des clefs de sa réussite a été la sensibilisation de l’ensemble des utilisateurs aux dangers et aux bonnes pratiques dans l’utilisation et le reconditionnement de ces produits dangereux».

A noter que c’est une étude environnementale qui a permis de «localiser et recenser les lieux et le matériel contaminés». Tout comme une évaluation des risques pour la santé a aussi été menée autour des sites prioritaires de stockage des pesticides obsolètes. Pour prévenir l’accumulation de produits à péremption limitée et gérer les flux, le gouvernement collabore étroitement avec les différents opérateurs qui détiennent les stocks.

«Nos stocks obsolètes ont été détruits», explique Dr Ousmane Cissé, un responsable de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT). «Dorénavant, les pesticides que nous utilisons sont recommandés par le comité sahélien et homologués, donc autorisés à la vente. Nous animons aussi régulièrement des sessions d’information avec les agriculteurs et incitons nos fournisseurs en phytosanitaires à y participer», assure-t-il.

Un Plan national de prévention en cours d’exécution

Le PEPPO a également élaboré un Plan national de prévention  prend en compte tous les aspects du cycle de vie des pesticides et offre un cadre légal mieux adapté. En amont, l’amélioration des contrôles à l’importation et le renforcement du système d’homologation des intrants chimiques importés de l’étranger ont beaucoup contribué à maîtriser les risques. «Un système fiable d’inventaire des stocks disponibles et des produits en circulation s’est progressivement mis en place, en identifiant et sécurisant les lieux de stockage», assurent ses initiateurs. Ces dépôts et magasins, ajoutent-ils, doivent «répondre aux normes de sécurité et aux directives de la FAO pour éviter la contamination de l’environnement avoisinant».  

Un vaste programme de formation a permis à tous les acteurs de la filière de se familiariser avec la législation en vigueur, la classification des produits, le traitement et la décontamination du matériel utilisé. Mais aussi avec l’utilisation d’équipements de protection et le reconditionnement des emballages vides. C’est ainsi que, en 2019, ce sont 35 000 bidons, 21 000 flacons et 1 000 sachets de phytosanitaires qui ont été collectés par la CMDT à travers le pays. Un système de collecte et de centralisation de ces emballages a aussi été initié dans certaines régions comme Kita et Koutiala par le biais de la société coopérative des producteurs de coton.

Les actions du projet ont été accompagnées d’une stratégie d’information, éducation et communication à travers des sketches, bandes dessinées, blogs écrits par les jeunes,  vidéos, ateliers de cuisine bio et spot radios… Plusieurs canaux de communication ont été ainsi utilisés autour d’une campagne de sensibilisation sur le thème «Stop aux pesticides obsolètes» organisée par le groupe média «Benbere».

Malgré la pandémie du Covid-19, les initiatives de formation ont continué, mais avec un nombre réduit de personnes. «En impliquant tous les acteurs locaux et en informant les utilisateurs comme le grand public sur les dangers associés aux produits potentiellement toxiques dans leur vie quotidienne, le Mali mène le combat pour une gestion durable des pesticides obsolètes dans la région», assure la Banque mondiale.

Gageons qu’elle (Banque mondiale) restera vigilante et exigeante vis-à-vis de ses partenaires maliens pour pérenniser les acquis même à la fin du projet. Sans compter que, en ce début d’hivernage, l’idéal serait d’accentuer la campagne d’information et de sensibilisation dans nos langues nationales sur les dangers liés à l’usage abusif et au mauvais stockage des pesticides. Sans oublier le danger que représente les pesticides obsolètes et comment les éviter, en s’approvisionnant par exemple chez des vendeurs appropriés ou dans les magasins des coopérative

Moussa Bolly

Le Matin

Read Previous

Partenariat : Le Japon appuie l’Unicef à hauteur de plus de 2 milliards CFA pour ses opérations d’urgence au Mali

Read Next

Vie chère : Les Maliens n’en ont pas encore marre

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular