URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Pollution liée à l’orpaillage : La vie menacée d’extinction au bord de la Falémé

La Falémé qui fournit à elle seule 25 % de l’eau du fleuve Sénégal risque d’être rayée de la carte hydrologique si des mesures rigoureuses et urgentes ne sont pas prises pour la sauver. Agressée de toutes parts par un orpaillage sauvage à l’aide d’engins de dragage et de produits chimiques aux effets dévastateurs, la rivière qui sert aussi de frontière naturelle entre le Sénégal et le Mali est au bord de la catastrophe écologique et humanitaire.

La vie (l’Homme, la faune et la flore) est menacée d’extinction à cause de l’orpailleur sauvage tout au long des deux rives  de la Falémé au Sénégal, et notamment au Mali. Et le plus souvent avec la complicité des fonctionnaires véreux à Bamako qui délivrent les documents nécessaires, des élus locaux et des notabilités locales corrompues qui prennent des enveloppes pour se taire.

Principale réserve d’eau pour les populations riveraines, la Falémé arrose 12 communes de Guinée, du Mali et du Sénégal. Mais, selon de nombreux témoignages, il suffit de regarder la couleur rougeâtre de l’eau pour prendre conscience des effets nocifs de la pollution liée surtout à l’orpaillage.

Au Sénégal, sur l’autre rive de ce cours d’eau «calme comme un moribond dans son lit de mort», on indexe la partie malienne avec sa pléthore d’unités de traitement de l’or, notamment des dragues. En effet, dans un reportage de la presse sénégalaise, le président des orpailleurs de Kédougou, Moumoudou Dramé, pointe du doigt une technologie importée du Mali par des opérateurs miniers maliens qui opèrent dans le financement, dans l’achat d’une mine.

«La tendance semble irréversible. Les Sénégalais n’avaient aucune expertise dans le domaine de l’orpaillage. Cette situation catastrophique est l’œuvre de nos parents maliens», a-t-il regretté. «C’est notre milieu naturel qui est menacé. Ce sont les Maliens qui nous fatiguent. Ce sont eux qui ont importé toute la technologie aux conséquences dévastatrices de la rive», a aussi accusé un membre de la société civile sénégalaise. Constituées de pirogues équipées de machines par les orpailleurs pour extraire le minerai, elles laissent après leur passage une eau argileuse perturbant la quiétude des lieux.

De nombreux habitants des localités riveraines évoquent déjà avec nostalgie le temps où la rivière était source de vie pour tous les villages situés des deux côtés de la rive. De nos jours, à cause de l’orpaillage sauvage, les superficies de cultures, vivrières qui permettaient aux ménages de se nourrir, se réduisent de façon drastique. Quant aux pêcheurs, ils ne cessent de marteler leur infortune qui fait qu’ils ne peuvent plus nourrir dignement leurs familles par le fruit de la pêche.

Il en est de même pour les femmes qui ne peuvent plus pratiquer le maraîchage qui leur procurait autrefois des revenus pour faire face à leurs besoins et ceux de leurs enfants. Ainsi, les populations ne peuvent plus exercer aucune activité génératrice de revenus alors que leurs retombées économiques de l’orpaillage ne sont pas perceptibles pour tout le monde.

Et cette situation catastrophique est une tragique réalité partout au Mali où il y a un soupçon sur l’existence de l’or. Et curieusement, la répression vise plus les défenseurs de l’environnement que les pollueurs ! Mais, faut-il croiser les bras et laisser des étrangers (Chinois, Ghanéens, Burkinabés…) venir piller nos ressources et détruire notre environnement avec la complicité de compatriotes cupides et véreux ?

Le gouvernement, quand les dénonciations se multiplient dans les médias, organise quelques opérations sporadiques ultra-médiatisés et tourne le dos. A peine les projecteurs éteints, ces prédateurs de l’environnement reprennent leurs activités de pollution et de destruction. Le nouveau code minier a pourtant interdit le dragage sur les cours d’eau au Mali. Bien appliquée, cette mesure pourrait réduire de façon drastique l’utilisation du mercure sur ces sites. Bien appliquée, bien sûr !

Aujourd’hui, il ne s’agit plus de dénoncer ou d’interdire, mais  aussi de contraindre les responsables à contribuer à la restauration de l’environnement. Encore faudrait-il avoir des dirigeants responsables, consciencieux et courageux pour les y contraindre !

Naby

Le Matin

L’alerte sans suite politique de l’OMVS

L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) ne cesse de s’inquiéter des conséquences de l’orpaillage sur la qualité de l’eau, le débit du fleuve et la destruction du lit du cours d’eau. Une situation qui menace de nombreux projets de développement de cette organisation. On comprend alors qu’elle ne cesse d’alerter sur les effets induits de l’orpaillage sur la nature.

Lors d’une visite en 2019 en compagnie des autorités locales de la région de Kédougou et de la presse, le Haut-commissaire de l’OMVS, M. Ahmed Diane Séméga, n’avait pas pu cacher son inquiétude en déclarant que «le fleuve est en état de mort clinique». Une manière pour lui d’attirer l’attention des différents États membres de l’extrême urgence à agir. Malheureusement, rien ne semble pouvoir pousser nos dirigeants à la prise de conscience, à agir pour sauver nos cours d’eau et notre environnement de ces prédateurs  qui, de surcroît, viennent piller nos richesses minières.

Dans cette optique, Ahmed Diane Séméga avait émis l’idée de la mise en place d’une brigade mixte de surveillance de la Falémé entre le Sénégal et le Mali pour assurer la sécurisation de la rivière. Non sans manquer d’évoquer la nécessité par les États d’harmoniser leurs législations conformément à la charte de l’OMVS. Gageons seulement que cette brigade ne sera pas mise en place après l’extinction de plus en plus inexorable de la faune et de la flore !

Naby

Le Matin

Read Previous

Examens scolaires : Les candidats des zones d’insécurité délocalisés

Read Next

Reconnaissance du mérite : Salif Kéita immortalisé par l’AS Réal de Bamako

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular