URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Transition malienne : Moctar Ouane est-t-il victime d’une « séquestration » qui ne dit pas son nom ?

Il n’y a plus de doute. L’ancien Premier Ministre Moctar Ouane ne jouit plus de sa liberté de circulation. Il n’est pas libre d’aller et de venir. Depuis quelques jours, le dispositif sécuritaire a été renforcé autour de sa résidence. Selon des témoignages, la gendarmerie qui assurait le dispositif sécuritaire autour de sa résidence a été remplacée par des éléments de la garde nationale. De telle sorte qu’aucun de ses collaborateurs et de ses proches parents, à l’exception d’une seule personne, n’ont plus accès à sa propriété, à plus forte raison, avoir accès à lui.

Qu’est ce qui ne va pas du côté de la cité du Niger, où réside Moctar Ouane, ancien Premier Ministre du Gouvernement de Transition au Mali ? Moctar Ouane n’a plus la possibilité de sortir de sa résidence. Pire, il lui est interdit de recevoir qui il veut chez lui. Il y a quelques jours, sa petite sœur de lait, a passé deux heures de temps à pleurer devant la résidence de son ainée, lorsque les agents des forces de défense et de sécurité lui ont interdit l’accès.

Au regard, de tout ce qui se passe autour du domicile de Moctar Ouane, l’on pourrait aisément penser qu’il est en résidence surveillée. Sauf qu’en la matière le droit pénal est précis. En droit pénal, la résidence surveillée est définit comme « une peine judiciaire, alternative à la prison, ordonnant à une personne de rester vivre dans le périmètre d’un territoire donné, lequel peut même se limiter à son domicile, et limitant strictement sa liberté de circulation ». Et, dans ce cas, l’on parle d’une personne « assignée à résidence ».

Mais, dans le cas de Moctar Ouane, officiellement et de façon publique, il ne fait l’objet d’aucune poursuite. Et, mieux, aucune décision de justice allant dans le sens de son assignation à résidence n’a été prise à son encontre.

Du coup, en absence d’une décision de justice, l’on est en droit de se poser des questions sur la légalité du dispositif des forces de défense et de sécurité autour du domicile de l’ancien Premier Ministre Moctar Ouane. L’argument qui consiste à dire que le dispositif vise à assurer sa sécurité ne tient pas la route et ne saurait résister à l’analyse.

En effet, il nous revient que Moctar Ouane ne se sent pas menacé dans son domicile, donc n’est pas demandeur du dispositif sécuritaire qui s’y trouve. Pire, ses agents de sécurité qui relevait d’une société privée de la place ont été chassés et même le boy de maison a été vidé, la dépendance à lui réservée, est aujourd’hui occupée par des éléments des forces de défense et de sécurité et leurs armes.

« Arrestation illégale et  de séquestration de personnes »

Et, comme aucune décision de justice ne motive la mise en résidence surveillée de Moctar Ouane, l’on pourrait aisément penser qu’il y a été séquestré. Et, sur la question Cheick Mohamed Chérif Koné, Président de L’Association Malienne des Procureurs et Poursuivants (AMPP) est très précis. Il parle de « mise en captivité ». En sa qualité de magistrat, il n’a pas hésité à soutenir dans sa déclaration du 29 juin 2021, que « la mise en captivité de l’ancien Président, de l’ancien Premier Ministre ainsi que des membres de leurs familles, en dehors de tout contrôle judiciaire et sans qu’aucun acte ne leur soit signifié d’une part, et d’autre part sans qu’aucune charge ne leur soit notifiée par les auteurs des dites mesures, n’est autre qu’un abus d’autorité, infraction prévue et punie par la loi pénale ». Mieux, il a qualifié cette situation « d’arrestation illégale et de séquestration de personnes ». Avant de rappeler que cela est « passible également de sanctions pénales ».

Dans tous les cas de figure, il a invité « incessamment le Président de la Transition, garant de la Constitution, des libertés et droits fondamentaux, d’user de ses prérogatives pour mettre un terme à cet état de fait, contraire aux engagements internationaux du Mali, incompatible avec l’Etat de droit et les principes démocratiques auxquels notre peuple est résolument attaché ».

Le PARENA dénonce la « dérive d’une dictature rampante »

De son côté, le PARENA n’est allé de main morte. Le Parti du bélier blanc, dans un communiqué qui date du 30 juin 2021, a dénoncé la « dérive d’une dictature rampante ». Le parti de Tiébilé Dramé s’est dit « préoccupé par la persistance de la privation de liberté des anciens Président et Premier ministre de la Transition ». Il s’étonne que « d’autres personnalités arrêtées à l’occasion du coup de force du 24 mai continuent à être en état d’arrestation, malgré l’engagement des autorités de la Transition de les libérer ». Le parti du bélier blanc « s’indigne que l’épouse de l’ancien Premier ministre de la Transition ait été empêchée d’exercer librement sa profession ».

Après avoir déclaré que « cette situation doit être une préoccupation pour tous les Démocrates maliens, …, le Parena en appelle à la responsabilité des autorités de la Transition pour mettre fin à l’arbitraire et créer un climat apaisé dans un pays meurtri ».

Assane Koné

Arc En Ciel

Read Previous

Pour vol et vagabondage : Un jeune de 18 ans coincé par les limiers du 3ème Arrondissement !

Read Next

Assainissement de Bamako et Kati : Obliger les maires à y faire face

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular