URGENT :

Edito : Un souhait à l’inverse « L’on ne peut espérer le meilleur quand les signes du concret sont contraire au souhait »

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

30 juillet 2021

Grèves dans nos Écoles : L’AEEM s’emballe, le CNOU déballe

Après la fermeture de ses sources d’approvisionnement, l’Association des Élèves et Étudiants  du Mali (AEEM) tente de mettre la pression sur les autorités maliennes afin d’avoir un peu de ressources. Du coup, elle s’emballe et dépose un préavis de grève. Mais le Centre National des Œuvres Universitaires (CENOU) rompe le silence et déballe tout.

Dans une note technique, le CENOU fait le point par rapport à deux doléances mentionnées dans le préavis de grève déposé par l’AEEM, le vendredi 2 juillet 2021. Il s’agit du ‘’prélèvement de 5000 F CFA sur les trousseaux de certains étudiants’’  et ‘’le retard dans le paiement des bourses et des trousseaux de certains étudiants au titre de l’année universitaire 2019-2020’’.

Établissement Public national à caractère Administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière, le Centre National des Œuvres Universitaires est chargé de la gestion des aspects non académiques de la vie des étudiants, la contribution à l’amélioration de leurs conditions de vie à travers la gestion des allocations financières, le logement, le transport, la restauration, les activités sportives et de loisirs et la prise en charge sanitaire par les premiers soins.

Le règlement intérieur adopté par son Conseil d’Administration à travers la délibération N°08 004 du 08 Mai 2008 a subordonné le bénéfice des œuvres universitaires au versement par les étudiants nationaux d’une contribution forfaitaire de 5000 FCFA.

Aux grands maux, les grands remèdes

Pour couvrir les besoins de plus en plus croissants des étudiants en matière d’œuvres universitaires, le Conseil d’Administration a adopté en 2013 la délibération N°2013-002 portant adoption et mise en œuvre des mesures relatives à l’amélioration des ressources propres du CENOU qui stipule en son article 1er que « Pour l’amélioration des ressources propres du CENOU, il est institué une contribution forfaitaire annuelle de 2 500 FCFA par étudiant ».

Mieux, pour faciliter le recouvrement desdits montants (5.000 F d’une part et 2.500 F d’autre part), il a été retenu après échange et négociation avec le bureau de coordination de l’AEEM que le montant de 5000 F sera prélevé directement sur la bourse ou la demi-bourse et le montant de 2500 F prélevé sur les trousseaux pour ce qui concerne les anciens étudiants. Quant aux nouveaux étudiants, ils effectuent le paiement au moment des dépôts de demande de bourse.

Ainsi, de 2013 à mars 2021, le montant de 2.500 F CFA était prélevé sur le trousseau des étudiants réguliers, et 5.000 F CFA sur la bourse ou la demi-bourse des étudiants boursiers.

La mise en œuvre des deux délibérations a révélé que les étudiants réguliers boursiers contribuent finalement à hauteur de 7500 F par an (5000 F sur la bourse et 2500 sur le trousseau) pendant que les étudiants réguliers non boursiers contribuent à hauteur de 2500 F sur le trousseau.

Par ailleurs les étudiants non réguliers et étrangers, bien que bénéficiaires des œuvres universitaires ne paient aucune contribution. La session du Conseil d’Administration du CENOU, tenue le 10 mars 2021, après une analyse approfondie de la question de la contribution des étudiants aux œuvres universitaires et sur proposition de sa Direction a décidé d’harmoniser le montant payé au titre de ladite contribution et de retenir le montant unique de 5000Fà travers la délibération n°2021-22/CA-CENOU du 10 mars 2021.

En ce qui concerne le paiement des bourses 2019-2020, aujourd’hui, le CENOU a procédé au traitement de tous les dossiers reçus des IES. En effet, le traitement des dossiers avait connu un arrêt suite à la démission du gouvernement et cela en raison de la non-possibilité de signature des décisions d’attribution des bourses. Pour rappel, lesdites décisions sont signées par le Ministre en charge de l’Enseignement Supérieur.

Contribution aux œuvres universitaires  et traitement des bourses

Le paiement de la contribution aux œuvres universitaires donne droit à la carte CENOU et aux bénéfices des œuvres universitaires. Mieux, les fonds générés contribuent à l’amélioration des services offerts aux étudiants. Entre autres, il s’agit de : l’amélioration de la couverture médicale des étudiants ; la construction et l’équipement des centres de santé de Ségou et Koulikoro ; le recrutement du personnel de santé pour assurer la continuité des soins dans les centres (infirmiers d’État et interne de la FMOS); la gratuité des prestations (consultations, soins infirmiers, observations, transports des malades, etc.) et la gratuité des médicaments disponibles dans les pharmacies des centres de santé du CENOU, opérationnels 24H/24.

Ensuite, vient le renforcement du dispositif d’accompagnement social des étudiants. Ceci porte sur : l’assistance aux étudiants nécessiteux non éligibles à l’aide sociale ; la prise en charge gratuite des étudiants démunis, malades ou autres cas sociaux nécessitant l’accompagnement ; l’accompagnement social des résidents dans les campus à l’occasion du mois de Ramadan et les fêtes religieuses ; l’accompagnement des étudiants handicapés par la dotation des tricycles et des prothèses auditives ; la prise en charge gratuite des blessés lors des affrontements sur les campus ; la prise en charge des étudiants en cas d’accident et de décès.

S’y ajoutent, les soutiens matériels et financiers aux activités pédagogiques et les sorties récréatives. Ces avantages portent sur l’appui financier pour le congrès de l’AEEM ; les voyages pédagogiques et récréatives ; les semaines de l’étudiants des différents comités AEEM et du bureau de coordination.

Autres avantages et non des moindres : la subvention du transport des étudiants à travers la carte de transport qui coûte 7.200 F CFA par AN (la carte de Transport des étudiants coûte 6.500 F CFA par MOIS au Togo et 7.500 F CFA en moyenne par mois à Abidjan). Cette même carte est valable pour les bus de Bamako, Koulikoro et Ségou ; la diminution du prix du plat à hauteur de 40% dans les restaurants universitaires. Le tarif de cession des plats varie entre 250 F à 300 F CFA dans les cantines gérées par le CENOU (500 F CFA par plat au Togo) , et la subvention des frais de logement dans les résidences universitaires. Les chambres coûtent entre 10.000 et 30.000 F CFA par an et par étudiant (au Togo, les chambres coûtent entre 55.000 et 128.000 F CFA par AN).

S’agissant de l’amélioration des contions d’hébergement et de sécurité dans les campus, elle est constitué par la gratuité de la connexion à l’internet dans les résidences universitaires ; les services de gardiennage et de sécurité ; la mise à disposition de chaque étudiant de kits d’hébergement (matelas, drap, moustiquaire, service de nettoyage, poubelles, etc.) Aussi, il faut ajouter la mise en service d’un centre commercial (avec articles subventionnés) et d’une salle de sport à Kabala ainsi que la prise en charge du personnel contractuel du CENOU.

Enfin, quant au retard de paiement des bourses et trousseaux pour l’année universitaire 2019-2020 de certains étudiants, cette situation est due à la non-réception par le CENOU, des résultats académiques de l’année universitaire 2018-2019 de certains établissements d’enseignement supérieur. Il s’agit de la FSEG, la FHG, l’IUG et la FDPRI.  En effet, ces documents sont nécessaires au CENOU pour le traitement des allocations financières 2019-2020.

Par ailleurs, les bourses et trousseaux de certains bacheliers de 2019 sont toujours dans le circuit de paiement au trésor. Il s’agit surtout des cas d’inscription en retard et de création tardive des comptes SAMA Money.

Cafouillage de l’AEEM

Sur la base du partage d’expérience avec les autres pays de la sous-région, il ressort qu’à l’instar du paiement des frais d’études, celui d’une contribution au bénéfice des œuvres universitaires est une condition admise et appliquée un peu partout dans le monde.

À  la, lumière de ce qui précède, il reste entendu que l’application des feuilles de routes des recommandations issues du forum sur l’insécurité dans l’espace scolaire et universitaire, est à la base des différentes réactions des animateurs actuels du bureau de coordination de l’AEEM.

En effet, en raison de l’ampleur et de la gravité de la violence en milieu universitaire, les autorités ont formulé des recommandations fortes pour l’éradiquer, assorti d’un plan d’action de mise en œuvre dont l’abrogation de tous les protocoles d’accord signés entre le CENOU et l’AEEM. Ces protocoles généraient en moyenne 30 Millions par an, versés sous forme de ristournes à l’AEEM.

Parallèlement, la gestion illégale des parkings et autres activités des œuvres universitaires généraient également une manne financière qui échappe à tout contrôle.

Aujourd’hui, le bureau de coordination de l’AEEM met la pression sur l’administration et les plus hautes autorités dans l’espoir qu’on revienne à l’ancien système. Un vrai cafouillage.

Mais la direction du CENOU entend maintenir le cap de l’application stricte des feuilles de route pour une école apaisée et studieuse.

Youssouf Konaré

Le Nouveau Réveil

Read Previous

Sécurité sanitaire : L’amélioration de la valeur ajoutée des produits fumés et séchés au cœur des échanges

Read Next

Commune Urbaine de Bougouni : Paiement fictif de 126 millions FCFA de salaires d’enseignants : le Maire Mamourou Coulibaly dans le viseur du Pôle Économique

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular