URGENT :

nothing found
23 octobre 2021

One Stop Center de Koulikoro : Un espoir pour les femmes victimes des VBG

Installé au Centre de santé de référence, le One Stop Center (OSC) de Koulikoro est le fruit de l’initiative Spotlight, qui est un partenariat mondial pluriannuel entre l’Union Européenne, et les agences des nations unies dont l’UNICEF.

Cette initiative vise à éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles d’ici 2030. Composé de 4 salles (deux salles d’observation, une salle de prise en charge psycho-médicale, une salle de prise en charge sécuritaire et juridique) et 4 toilettes, le One Stop Center de Koulikoro inauguré le 27 juillet 2021, constitue une unité de prise en charge holistique des femmes victimes des violences basées sur le genre, appelées les « survivantes des VBG ».

 « Depuis janvier 2021, nous avons enregistré 21 cas, et la prise en charge de ces survivantes continue de manières clinique, psycho-sociale et sécuritaire. Après les premiers soins d’urgence, elles bénéficieront d’un suivi progressif… », expliqua la prestataire psycho-sociale à One Stop Center de Koulikoro, Madame Bathily Fadimata Sida-Lamine. Ce programme prévoit également une insertion économique des victimes. En effet, il s’agira de leur accorder un financement pour les activités génératrices de revenu, pour une autonomisation durable.

Selon le Chargé de la communication de l’ONG TAGNÈ, M. Hussein Cheick F. Diallo, la gestion des cas liés aux violences basées sur le Genre demeure complexe, car dans la plupart des cas, les auteurs sont les proches de victimes. Ainsi, la gestion s’effectue de manière consensuelle, afin de mettre les victimes à l’abri de toutes les formes de discrimination. « Celles qui décident d’ouvrir des procédures judiciaires, seront accompagnées ; dans le cas contraire, la gestion se fait de manière intelligente pour éviter toute stigmatisation à leur égard », a-t-il précisé.

L’ONG TAGNÈ, partenaire d’exécution de l’UNICEF depuis 2011, dans la région de Koulikoro, intervient sur le projet Initiative Spotlight, à travers la mise en œuvre du pilier 3 (transformation des normes sociales), dans 142 villages du cercle de Kolokani.

Pourquoi Initiative Spotlight au Mali

Lors de sa présentation, ce jeudi 9 septembre 2021, au Centre Marie Delhez, la directrice régionale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille de Koulikoro, Madame Bocoum Awa Guindo, a indiqué que des études ont révélé qu’au Mali, les femmes sont très souvent victimes des violences atroces orchestrées par leurs conjoints. « Des études ont montré que 96% des femmes et filles sont survivantes de VBG (EDSM-2012-2013), 38% des femmes subissent des violences physiques, 49% des femmes se sont mariées avant l’âge de 17 ans, 93% de cas les auteurs sont des partenaires intimes, et le code pénal ne couvre pas toutes les formes de VBG », a-t-elle affirmé devant une soixantaine d’enfants journalistes, parlementaires et artistes, venus des différentes régions du pays et du district de Bamako, pour la 15ème édition d’oxyjeunes, qui se tient du 6 au 10 septembre 2021, à Koulikoro.  

L’Initiative Spotlight permet donc, la création d’espaces sûrs dans lesquels les femmes et les filles peuvent se rendre afin de recevoir toutes sortes de conseils (prévention aux VBG, conseils sur une bonne hygiène, conseils sur les gestes barrières depuis l’arrivée de la pandémie COVID- 19. Il convient aussi à travers les clubs des maris modèles de favoriser les masculinités positives et l’apprentissage par les pairs.

Zones d’intervention ciblées

Pour l’exécution de la première phase du programme Initiative Spotlight au Mali, l’union Européenne, les agences des nations unies dont l’UNICEF, en partenariat avec le gouvernement du Mali, ont ciblé cinq zones d’interventions ; à savoir les régions de Kayes, Sikasso, Koulikoro, Ségou et le district de Bamako.

 Avec un budget estimé à 18 millions de dollars, soit environ 9 milliards de FCFA, ce programme, aux dires de Madame Bocoum Awa Guindo, touchera indirectement environ 11 311 704 personnes, dont 5 801 290 femmes et filles.

Read Previous

Politique d’ «exclusion » du Premier ministre : Une crise politique se dessine ?

Read Next

Bakary Koné à Kita: « Je suis le président des producteurs du coton du Mali, légalement et démocratiquement élu pour un mandat de 5 ans… »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *