Dernières INFOS

MALI : Yatela L'État nationalise la mine d'or

La mine d'or de Yatela est devenue une propriété de l'État malien. L'achat de ladite mine d'or a été officialisé en Conseil des ministres du mercredi 23 octobre 2019. Cela, pour non seulement exploiter le reste la richesse minière de Yatela, mais aussi pour préserver les emplois. En effet, sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des ministres a adopté des projets de texte relatifs à l’approbation du contrat de cession des actions de la société d’exploitation des mines d’Or de Yatela-SA et sa transformation en société d’Etat. La Société d’exploitation des mines d’or de Yatela-SA est une société d’économie mixte de droit malien disposant d’un permis d’exploitation de l’or, de l’argent et des substances connexes et platinoïdes sur le périmètre de Yatela, dans le cercle de Kayes.

Le capital social de cette société est détenu à 20% par l’Etat et à 80% par la société Sadex, filiale du Groupe sud-africain AngloGold Ashanti Limited et du Groupe canadien IAMGold Corporation.

L’exploitation de cette mine a contribué à l’économie nationale et locale à hauteur de 383 milliards 445 millions de francs CFA de sa création au 31 décembre 2018.
Toutefois, la société Sadex a décidé de se retirer pour des raisons techniques et de fermer la mine alors que les réserves ne sont pas totalement épuisées. Afin d'éviter cette fermeture et de sauvegarder les emplois, l'Etat a conclu un contrat de cession d’actions avec la société Sadex et la société Yatela-SA. Ce contrat prévoit la création d’une société d’Etat par le rachat de la totalité des actions détenues par la société d’économie mixte Yatela-SA.

Les projets de texte adoptés consacrent l’approbation du contrat de cession des actions et la création de la société d’Etat dénommée Société d’exploitation des mines d’or de Yatela-SA.
André Traoré

SECTEUR DES TRANSPORTS
Adoption du décret d’application de la loi sur la profession de transporteur routier
Depuis un certain temps, le Mali dispose d'une loi régissant la profession de transporteur routier. Mais c'est son décret d'application qui mettait un frein à son application. Le processus vient de prendre un nouvel élan avec l'adoption du projet de décret fixant les modalités d'application de ladite loi par le conseil des ministres.
En effet, sur le rapport du ministre des Transports et de la Mobilité urbaine, le Conseil des ministres a adopté un projet de décret fixant les modalités d’application de la loi régissant la profession de transporteur routier. Les modalités d’application de la loi régissant la profession de transporteur routier sont fixées par le décret n°00-503/P-RM du 16 octobre 2000.
L’application de ce décret a révélé quelques insuffisances qu’il convient de corriger. Le projet de décret adopté apporte à la profession de transporteur routier un certain nombre d’innovations dont la classification des activités de transport ; l’institution de deux catégories d’agrément ; la création de classes de carte professionnelle spécifique pour le transport de personnes, de voyageurs, de marchandises et de louage de véhicules et la limitation de l’âge des véhicules routiers à dix ans pour l’obtention de la première carte de transport.


106 Visite(s) Source : André Traoré - Soleil Hebdo
Publié le : 31-10-2019 à 17:38:18