Dernières INFOS

MALI : A chaque période de deuil, Moussa Sinko tente de se tailler une aura

Sur son compte Twitter après les attaques de Boulkessi et Mondoro, l’ancien général Moussa Sinko Coulibaly a déclaré : “Il est impérieux de mettre fin à ce régime incompétent pour abréger la souffrance du peuple“. Un message qui n’est plus une nouveauté. Depuis plus d’un an déjà, c’est l’unique message que le général démissionnaire ne cesse de véhiculer partout où il passe. Pour quel objectif ?

Moins de vingt-quatre heures après l’annonce de sa démission de l’Armée, du coup de la tête de l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Beye (EMP-ABB), le général Moussa Sinko Coulibaly avait fait la même déclaration. “Il faut que IBK parte. Il ne sera plus président de la République”. Malgré la création d’un mouvement politique pour porter sa candidature à la dernière présidentielle et son échec dans toutes ses entreprises, le général “déserteur”, très remonté contre IBK, celui qu’il a soutenu contre vents et marées en 2013, ne rate aucune occasion pour prêcher le même message. “IBK doit démissionner, s’il aime le pays”. “Nous devons déposer IBK”, etc. Sont les principaux messages de M. Coulibaly.

La dernière remonte aux attaques contre les camps de Mondoro et Boulkessi qui ont coûté la vie à plusieurs militaires maliens. L’ex- général Moussa Sinko Coulibaly s’est aussitôt manifesté dans son sport favori en appelant surement à une insurrection population, le mercredi 2 octobre 2019. Sur son compte Twitter il demande le départ du président de la République Ibrahim Boubacar Keita. “Il est impérieux de mettre fin à ce régime incompétent pour abréger la souffrance du peuple”, a-t-il déclaré. Il ne s’est pas limité à cette publication. Dans une autre publication, l’ancien directeur de l’école de Maintien de la paix dément la montée en puissance de l’armée. “Cette attaque confirme que la montée en puissance de l’armée malienne n’est qu’un grotesque mensonge d’Etat masquant une incapacité notoire du régime à restaurer l’appareil de sécuritaire”, peut-on lire sur son compte Twitter.

Cette déclaration de l’ancien général est très critiquée par les internautes selon lesquels, Moussa Sinko Coulibaly, n’aurait pas dû quitter les rangs de l’armée au moment où le pays avait le plus besoin de ses compétences. “Au lieu de fuir l’Armée et venir dans la politique, il pouvait y rester et se battre pour son amélioration”, s’indigne un internaute qui l’accuse de “général fuyard”. Un autre de commenter : “il ne profite que de nos malheurs pour parler. Quand ça va, il ne dit rien. Mais si des militaires, des compagnons d’armes à lui tombent sur le champ de l’honneur, il vocifère sur internet. Écœurant et inadmissible”.

98 Visite(s) Source : Sory I. Konaté - Mali Tribune
Publié le : 04-10-2019 à 21:05:51