Dernières INFOS

MALI : Bonne gouvernance dans le secteur coton “L’arrestation de Bakary Togola fait renaitre l’espoir à Koutiala”

Le Collectif des producteurs de coton, acteur majeur du combat de bonne gouvernance dans les secteurs Cmdt, était en meeting ce mardi dans la capitale de ‘’l’or blanc’’. Objectif : exiger justice dans l’affaire dite des ristournes des paysans. Le Collectif a renouvelé son appel à la justice à œuvrer à ce que tous les présumés auteurs de détournement répondent devant la justice.


Alors que le dossier des ristournes des cotonculteurs poursuit son cours normal, le Collectif des producteurs de coton a manifesté déjà son soutien à la justice. Ils se disent satisfaits de l’évolution du dossier. Selon les paysans, avec l’arrestation de Bakary Togola, président de la Coopérative, Soloba Mady Keïta, secrétaire général de C-Scpc et le président local de Kita, Drissa Traoré, par le Pôle économique et financier, l’espoir renait pour une bonne gouvernance dans le secteur selon le Collectif.

Un combat qui date de 2014…
En 2014, un bras de fer sans précédent s’engage dans les secteurs Cmdt. La société était au creux de la vague : 271 déflatés réclamaient leurs droits après leur licenciement. Ils étaient visés par une plainte du PDG de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (Cmdt) pour avoir exigé le paiement des ristournes de la campagne 2014-2015 et le renouvellement du bureau de l’UN-Scpc avant l’évacuation du coton graine dans les unités de transformation de la Cmdt. Ce bras de fer Cmdt-paysans a sérieusement compromis la campagne d’égrenage de coton 2015-2016.

Le divorce entre la Cmdt, l’Apcam et les paysans était presque consommée. Une marche est initiée, mais elle sera interdite. Après l’annulation de la marche des producteurs de coton, le PDG de la Cmdt a assigné certains responsables du Collectif des producteurs de coton au Tribunal de première instance de Koutiala, notamment Mamadou Coulibaly et Sékou Coulibaly (Ouolobougou), Oumar Sanogo (Sanga), Soumaïla Dembélé (Oundina), Sitan Coulibaly (Sirakélé), Dramane Traoré (Klé), Gaoussou Sanogo (Kaniko), Drissa Coulibaly (Ngologninesso), Souleymane Koné, Napa Koné et Abou Koné (Konséguéla).

La direction de la Cmdt reproche aux paysans d’avoir refusé l’évacuation du coton graine vers les filiales de transformation, les manifestations pour le paiement des ristournes de la campagne passée et le renouvellement du bureau de l’Union nationale des sociétés des coopératives de producteurs de coton (UN-Scpc).

Cette réaction de la Cmdt a fait grand bruit dans les quatre filiales. Et pour manifester leur solidarité aux camarades convoqués à la justice, les paysans de Koutiala, en collaboration avec les délégués de Fana, Sikasso et Kita, ont initié une série de sit-in chaque jour à l’entrée du Tribunal de première instance de Koutiala.

« Alors que nous demandions pacifiquement la suspension des activités du bureau illégal et illégitime de l’Union nationale des sociétés des coopératives de producteurs de coton (UN-Scpc) à l’époque, l’arrêt des travaux et la dissolution de la commission d’appel d’offres des intrants agricoles de la campagne 2016-2017, le paiement de nos ristournes sur les bénéfices de la vente du coton de la campagne 2014/2015 et le renouvellement des instances de l’UN-Scpc conformément aux textes en vigueur, la Cmdt nous a convoqués en justice.

Une violation pure et simple des droits et libertés des paysans », interpelle Sitan Coulibaly. Et d’annoncer la mise en œuvre de la lettre d’avertissement des producteurs de Koutiala du 17 octobre 2015, au PDG de la Cmdt, relative à l’arrêt de toute évacuation du coton graine.

Selon Drissa Coulibaly de Ngologninesso, dans l’histoire de la Cmdt, aucun directeur général, aucun PDG n’a jamais convoqué un paysan devant la gendarmerie. Ce mardi, sur instruction des services de la Cmdt, la justice de Koutiala a convoqué dans ses locaux les producteurs de coton. C’était une première dans l’histoire de la Cmdt, dit-il.

« La justice avait notifié aux producteurs que la Cmdt a porté plainte contre eux pour refus d’évacuation de coton graine. Par-là, elle a posé un acte sans précédent dans l’histoire de la Cmdt. Or, la Cmdt est responsable de la mauvaise gestion de la crise actuelle que traverse la faîtière des producteurs de coton », se souvient-il.

La réaction des producteurs de coton de Koutiala qui s’est étendue aux quatre filiales de la Cmdt a été un germe de la perturbation de la campagne d’égrenage. La filiale de Koutiala qui constitue la vache laitière de la Cmdt a connu des moments difficiles. Sur les quatre unités de transformation, une seule marchait.

Les responsables du Collectif des différentes localités ont appelé les paysans à l’arrêt de tous les travaux. Des camions de la Cmdt ont fait le tour de plusieurs villages dans la zone de Fana sans pouvoir se procurer de coton fibre.
De Sikasso à Kita, la démarche a été suivie. Ce qui a fait perdre à l’Etat des milliards de F CFA.

Dès lors, l’environnement a été pollué. Les paysans n’ont raté en aucun moment l’occasion pour réclamer justice. Puisque Bakary Togola était devenu un symbole de mal gouvernance. C’est pourquoi bien avant l’arrestation de Bakary Togola, les producteurs avaient donné rendez-vous à Koutiala pour réclamer encore justice. Le rassemblement demain verra la participation de tous les délégués des 4 filiales.

Il sera également l’occasion pour les agriculteurs de se démarquer des déclarations de certains raisonnables qui réclament la libération de Bakary Togola. En attendant, le syndicat des exploitants agricoles de Kita, en commun accord avec le collectif des Cotonculteurs du cercle de Kita, ont informé tous les producteurs que l'information qui circule sur les réseaux sociaux, relative à la libération de Bakary Togola, est une émanation des membres du Bureau de l'Union qui sont les comptables de la situation des présumés détournements de fonds.
Les producteurs ne sont pas au courant de cette information qui ne les concerne pas. « Nous demandons à tous les producteurs de Kita de rester tranquilles et invitons le gouvernement à rendre justice sans crainte…», indique un communiqué signé par Sioulé Magassouba et NFafing Keïta, exploitants agricoles.

19 Visite(s) Source : Zan Diarra - Soleil Hebdo
Publié le : 26-09-2019 à 12:43:22