Dernières INFOS

MALI : Cherif Ousmane Madani Haïdara, président du HCI, lors du meeting sur le centre du Mali : « Même si toutes les forces du monde viennent ici, cela ne servira à rien tant que les Maliens sont divisés»

A l’appel de Chérif Ousmane Madani Haïdara, président du Haut conseil islamique du Mali, des milliers de personnes ont pris part à un meeting sur la résolution de la crise au centre du Mali, une rencontre tenue au Palais des Sports de Bamako le 29 juin 2019. « Le nombre des soldats étrangers au Mali s’élève à environ 14 000 éléments ; malgré la présence de ces soldats qui s’ajoutent à nos militaires, l’instabilité ne fait que s’accroitre depuis 2012 », a déploré Chérif Ousmane Madani Haïdara.

Selon le président du Haut conseil islamique, les forces maliennes et étrangères ayant échoué, il est temps que les représentants des confessions religieuses soient mieux impliqués afin de trouver une solution à la crise qui est imposée aux populations victimes. Mais le religieux en veut également aux responsables nationaux : «même si toutes les forces du monde viennent ici, cela ne servira à rien tant que nous les Maliens, nous sommes divisés», a-t-il poursuivi.

Le Haut conseil islamique a invité le gouvernement et ses partenaires à impliquer les leaders religieux dans la résolution de la crise. «Ecoutez aussi les chefs religieux, que ce soit des Chrétiens ou des musulmans. Le Mali appartient aux Maliens, pas aux hommes politiques», a déclaré président du Haut conseil islamique.

La volonté de Chérif Ousmane Madani Haïdara est que les autorités donnent une place plus importante aux responsables religieux qui sont plus proches de la population. «Chaque jour, des opprimés viennent nous voir avec leurs problèmes; que les autorités donnent la route aux leaders religieux pour que nous puissions leur venir en aide», a affirmé Chérif Ousmane Madani Haïdara pour qui le conflit au centre est un mal fabriqué ailleurs et imposé à la population.


Au nom du Haut conseil islamique, l’imam Mohamed Traoré a promis de nouvelles actions visant à sortir le pays de la tourmente dont une des causes est la corruption de l’élite malienne. «Ce meeting est un début, tout le monde est impliqué ; il y a les représentant de toutes les communautés et toutes les religions dans l’organisation de cette rencontre. Mais nous n’allons pas nous limiter à ça. Nous allons travailler pour mettre fin à l’effusion de sang dans notre pays. Tout le monde attend la suite de ce que nous venons de commencer », a raconté l’imam Traoré.
L’autre combat que le Haut conseil islamique invite le gouvernement à mener est le désarmement des groupes armés qui se sont créés à travers le pays. «Nous demandons aux autorités de récupérer aux civils tout ce qui est arme, coupe-coupe, fusil et autres types d’armement. Mais cela doit se faire à condition que l’Etat soit présent pour assurer la sécurité de ceux à qui on retire les armes ; la présence doit se faire de l’Etat de Douentza jusqu’à Kidal », a fait savoir l’imam Traoré.

Enfin, le Haut conseil a entamé à partir du meeting une série d’actions s’étalant sur plusieurs mois en vue de secourir les personnes déplacées. «Les 96 associations musulmanes de Bamako sont invités à apporter leurs enveloppes, ainsi que les commerçants, les opérateurs économiques, les agriculteurs, les femmes. Nous avons besoin de 200 millions de FCFA », a déclaré Tierno Hadi Thiam, le 2è vice-président du Haut conseil islamique.

La collecte sera destinée aux déplacés internes qui sont repartis entre plusieurs localités du Mali dont Bamako. Les contributions peuvent être en espèce ou en nature. Dans la salle où la collecte a commencé, plusieurs contributions ont été apportées dont les 5 millions de Chérif Ousmane Madani Haïdara. Plusieurs personnalités ont aussi contribué, des dons allant de 2 millions à des cadeaux modestes comme un sac de maïs et des vêtements.

190 Visite(s) Source : Soumaila T. Diarra - Le Républicain-Mali
Publié le : 03-07-2019 à 14:17:37