Dernières INFOS

MALI : Journée africaine de la statistique : Le Mali a célébré la 29e édition

Le Mali, à l’instar des autres pays africains, a célébré ce lundi 18 novembre, à l’hôtel Azalai Salam, la 29e édition de la Journée africaine de la statistique. Le thème retenu cette année est : "Tout le monde compte : des statistiques de qualité pour des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique".

La cérémonie de la 29e édition de la Journée africaine de la statistique était présidée par Adama Tiémoko Diarra, ministre de l’Aménagement du territoire et de la Population, en présence de Cheick Tidiane Mbengue, représentant de l’UNFPA, de Dr. Arouna Sougané, directeur général de l’Institut national de la statistique (Instat), du président de l’Association malienne de la statistique ainsi que plusieurs anciens et étudiants en statistique.

La Journée africaine de la statistique a été institutionnalisée, à la faveur de la 25e session de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et la 16e réunion des ministres africains de l’Economie et du Plan, tenues en 1990. Il y a donc 29 ans que les systèmes statistiques africains ont intégré ce dispositif événementiel dans leur agenda d’activités annuelles.

Fixée au 18 novembre de chaque année, l’initiative représente aujourd’hui un rendez-vous majeur de la communauté des producteurs et utilisateurs de statistique sur le continent. Elle vise à rappeler les importants challenges que les pays doivent relever en matière de production de données statistiques, en vue d’une meilleure définition des politiques, stratégies et programmes de développement.

Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Aménagement du territoire et de la Population, a indiqué que l’édition 2019 de la Journée africaine de la statistique a pour thème "Tout le monde compte : des statistiques de qualité pour une meilleure gestion des déplacements forcés en Afrique".

"Ce thème s’inspire de celui du Sommet de l’Union africaine de 2019 qui était : ‘Année des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes : vers des solutions durables au déplacement forcé en Afrique’. C’est l’occasion pour sensibiliser sur l’importance cruciale des statistiques désagrégées répondant au défi de la gestion des déplacements forcés en Afrique, un enjeu majeur contenu dans les objectifs de développement durable ODD à l’horizon 2030.

Selon le Haut-commissariat des réfugiés, près de 125 personnes dans le monde sont contraintes de quitter, toutes les cinq minutes, leurs lieux de résidence. Le pic du nombre des déplacements forcés a été atteint en 2018, avec 70,8 millions de personnes concernées, dont près de quart en Afrique. Parmi les 70,8 millions de déplacés forcés, au moins 17,8 millions sont des déplacés internes ; 7,4 millions sont des réfugiés et demandeurs d’asile ; un million représente des rapatriés", a-t-il précisé, ajoutant que les principaux facteurs qui conduisent aux déplacement forcés sont, entre autres, les conflits et la violence armée, les catastrophes naturelles et le changement climatique, les insécurité sanitaires, l’insécurité alimentaire et l’extrême pauvreté et enfin l’injustice sociale et la mauvaise gouvernance.

Il a aussi souligné qu’il est de plus en plus pressant que l’Afrique et le monde entier s’engagent davantage à remédier le sort difficile des populations en situation de migration forcée. "Le premier défi pour chaque pays est la production de données statistique fiables, complètes et à jour, sur le phénomène, ainsi que la tenue d’un registre de traçabilité des personnes concernées, avec à l’esprit, l’instauration d’un environnement pacifique et sûr pour tous les citoyens dans leurs zones de résidence", dira-t-il.

Le directeur général de l’institut national de la statistique a expliqué que la 29e Journée africaine de la statistique est célébrée dans notre pays au moment où l’ensemble des acteurs du système statistique national a achevé l’élaboration du schéma directeur de la statistique, troisième génération qui vient d’être soumis au gouvernement pour approbation.

"La mise en œuvre des deux premiers schémas a permis au système statistique national du Mali de faire un bond qualificatif assez remarquable. En effet, le problème récurrent de ressources humaines qualifiées dans le domaine de la statistique est en passe d’être résolu grâce à la création du Centre de formation et de perfectionnement en statistique. En moins de cinq ans d’existence, il a pu former plus d’une centaine de cadres moyens, techniciens supérieurs et techniciens de la statistique, dont un grand nombre se trouve déjà en activité dans les structures du système statistique national", a-t-il indiqué, avant d’ajouter que dans le domaine de la production, le système statistique national a réalisé et est en train de réaliser plusieurs opération d’envergure comme le Recensement général de la population et de l’habitat, le Recensement des unités économiques, le Recensement général agricole, l’Enquête démographique et de santé, l’Enquête modulaire et permanente auprès des ménages, l’Enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages, etc.


21 Visite(s) Source : Mahamadou Traoré - Aujourd'hui Mali
Publié le : 22-11-2019 à 22:53:59