Dernières INFOS

MALI : Pour la resolution des conflits du centre du mali : Le collectif «Stop ! Trop de morts» voit le jour !

Afin de contribuer à la résolution définitive des conflits intercommunautaires qui sévissent dans le centre du pays, un collectif dénommé ‘’Stop ! Trop de mort’’ a été mis en place par des jeunes engagés et soucieux du bien-être de leur pays : Le Mali. Le collectif a été officiellement lancé le 13 juillet dernier à la maison de la presse.

La recrudescence des conflits intercommunautaires dans le centre du Mali ne laisse pas indifférents les citoyens maliens, notamment les jeunes engagés. Afin donc d’apporter leur pierre à l’édifice de l’apaisement et la fin définitive de la crise dans notre pays, des jeunes artistes, militants associatifs et de la société civile, ont officiellement lancé un collectif dénommé « Stop ! Trop de morts », le samedi 13 juillet dernier à la Maison de la presse.

La cérémonie de lancement était animée par deux porte-paroles du collectif, à savoir Adam Dicko, présidente de l’Ajcad et le rappeur Ismaël Doucouré alias Master Soumy. Plusieurs personnalités du monde musical, associatif et religieux, présentes à la cérémonie, ont signé le manifeste du collectif.

On notait la présence notamment des artistes engagés comme Mylmo, 2BTO, Amkoulel, Amy Yèrèwolo, entre autres. Ils étaient accompagnés des ainés dont la griotte Kandia Kouyaté. On notait également la présence remarquée d’Ibrahim Kontao, président de l’Ong Al Farouk.

« Vu la nécessité d’une préservation des grands idéaux de concorde et d’humanisme, des Maliennes et Maliens de tous bords, sans distinction d’âge ni de sexe encore moins de croyance, ont initié le collectif Stop ! Trop de morts » lit-on dans leur manifeste qui rappelle que « depuis quelques années, le Mali est en proie à une crise multiforme et multidimensionnelle. Le pays est progressivement devenu l’épicentre de l’insécurité qui caractérise cette crise exceptionnelle à des degrés divers dans le Sahel et vers les pays de la côte ouest-africaine ».


Depuis le début de l’année 2019, ajoute le collectif dans son manifeste, le pays est rentré dans un cycle infernal de succession d’attaques contre des villages dans la région de Mopti. « Les plus meurtrières ont commencé dans le village de Koulogon, le 1e janvier 2019, faisant 37 morts. Puis celle d’Ogossagou avec plus de 160 morts et Sobane Da 35 morts et des portés disparus. Ces attaques ont fait fuir des populations qui ont trouvé refuge dans certaines villes moins touchées’’.

Le Ccollectif poursuit qu’au cours de dernier trimestre de 2018, l’exacerbation de la crise a atteint son paroxysme. Dans un contexte de compétition traditionnelle entre les agriculteurs et éleveurs sur fond de circulation et d’accès facile aux armes dans la région, de présence des groupes terroristes, les dynamiques conflictuelles se sont complexifiées et la violence armée s’est substituée au recours aux autorités traditionnelles.

Le Collectif s’engage donc à contribuer à faire baisser les tensions nées de cette situation. En vue d’atteindre cet objectif, le Collectif entreprend des actions suivant trois principaux axes d’intervention que sont la sensibilisation de l’opinion nationale, l’influence politique et le dialogue social.

Ainsi les initiateurs du Collectif et tous les adhérents à cette initiative s’engagent à œuvrer pour un Mali uni dans sa diversité.
Comme actions prioritaires, le Collectif, notamment les artistes, comptent très prochainement produire une chanson de sensibilisation des populations. Une marche nocturne est également prévue très prochainement « pour montrer aux populations et aux Bamakois que ces personnes qui vivent ces situations au Centre les vivent dans le noir », précise à Adam Dicko.

113 Visite(s) Source : Youssouf KONE - Aujourd'hui Mali
Publié le : 20-07-2019 à 10:27:08