Dernières INFOS

MALI : Pour une meilleure appropriation du dialogue politique inclusif : La plateforme « Défendons le Mali » lance le débat à travers un colloque

Le Centre international de conférences de Bamako (Cicb) a servi de cadre à l’organisation du premier colloque de la plateforme « Défendons le Mali » placé sous le thème : «Accord politique de gouvernance et Dialogue national inclusif, des opportunités pour la paix ». La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre des Réformes institutionnelles est des Relations avec la société civile, Amadou Thiam, en présence du ministre des Maliens de l’extérieur, Amadou Koïta, de la présidente de la Plateforme, Fatoumata Sacko et plusieurs personnalités politiques et de la société civile.

D’entrée de jeu, le représentant du Haut conseil islamique du Mali (Hcim), Modibo Koumaré, a introduit la cérémonie par la lecture du Saint Coran au cours de laquelle il a formulé des bénédictions pour le retour définitif de la paix et de la cohésion sociale au Mali.

A sa suite, la présidente de la plateforme, Fatoumata Sacko dite Dina, a expliqué les raisons de la tenue de cette rencontre. Selon elle, au-delà de la symbolique du nom, la plateforme est une organisation qui a soutenu la candidature du président IBK lors de la présidentielle de 2018.

A l’en croire, son organisation est une plateforme de paix résolument engagée à soutenir les actions du président IBK. « Notre pays traverse une phase critique de son histoire politique, sécuritaire, économique et sociale… Les défis multiples auxquels nous sommes confrontés dans certaines parties du pays exigent de nous de mettre le retour de la paix et de la sécurité au rang de priorité absolue », a-t-elle déclaré.

A ses dires, aujourd’hui plus que jamais, la poursuite de la mise en œuvre diligente de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali, issu du processus d’Alger, constitue l’une des principales priorités du président IBK et de son gouvernement. « Nous n’avons pas d’autres alternatives encore moins de plan B. C’est le choix souverain que nous avons fait pour construire une réconciliation véritable et durable de notre pays, dans un Mali riche dans sa diversité », a expliqué la présidente de la plateforme « Défendons le Mali ».

Pour elle, la volonté affichée par la classe politique dans presque son intégralité d’aller à un dialogue politique inclusif ainsi que les différentes réformes politiques, institutionnelles et administratives qui se profilent à l’horizon constitue des changements majeurs pour notre pays.

Quant au ministre Thiam, il dira que, depuis quelques années, notre pays, le Mali, traverse une période très difficile de son évolution marquée par d’énormes défis sur les plans politique, sécuritaire et social. Il poursuivra que cette période a aussi été caractérisée par la recrudescence des attaques barbares et meurtrières contre les populations civiles, les forces armées et de sécurité maliennes ainsi que les forces internationales participant à la stabilisation du Mali.

Il a saisi l’occasion pour rappeler que c’est dans ce contexte que le chef de l’Etat a entamé avec le Premier ministre Dr Boubou Cissé, des négociations avec la classe politique ayant abouti à la signature de l’Accord politique de gouvernance le 2 mai dernier. Selon lui, l’article 2 de cet Accord prévoit l’organisation, dans les meilleurs délais, d’un dialogue politique inclusif avec toutes les forces politiques et sociales significatives du Mali. « Notre pays se prépare à vivre un moment important de son histoire, un moment de réflexion et d’introspection pour une sortie de crise. Il est important pour chaque Malien de s’approprier l’accord politique de gouvernance, appelé à régir pendant une année la vie politique de notre pays », a-t-il dit.

De sa lecture, c’est donc un devoir citoyen pour chaque Malien de contribuer à la stabilisation de notre pays, dans un élan d’unité voir d’union sacrée pour la paix et la réconciliation nationale. Cependant, ajoute-t-il, l’unité nationale est un édifice à bâtir sur des valeurs partagées, dans le respect mutuel autour de la confiance et de la paix. Pour cela, il nous faut promouvoir au quotidien les conditions favorisant la consolidation de la réconciliation nationale et la cohésion sociale en privilégiant des mesures appropriées en vue de retrouver le vivre ensemble.

Et de poursuivre qu’il apprécie à sa juste valeur l’engagement de la plateforme « Défendons le Mali » à soutenir le dialogue politique inclusif, avec l’ambition de contribuer à son succès. « En vous proposant de démontrer en quoi l’accord politique de gouvernance et le dialogue national inclusif constituent-ils des opportunités pour la paix, je confère à ce colloque toute sa pertinence et son utilité », a martelé le ministre Thiam.

112 Visite(s) Source : Boubacar PAÏTAO - Aujourd'hui Mali
Publié le : 27-07-2019 à 07:14:57