Dernières INFOS

MALI : RENTREE SCOLAIRE 2019-2020 Comment le ministre Tioulenta veut changer le visage de l’école

Fixée au 1er octobre dernier, la rentrée scolaire a tenu bonne date : sur toute l’étendue du territoire national, à la satisfaction des acteurs de l’école, les enfants ont repris le chemin des classes. Au-delà de ces retrouvailles autour de l’école, le ministre Témoré Tioulenta, enseignant dans l’âme, est préoccupé à signer le retour des fondamentaux à l’école. Il est attendu sur ce terrain par beaucoup d’enthousiasme par les acteurs et les amis de l’école.


Le ministre Tioulenta ne semble pas se satisfaire de la prouesse d’avoir sauvé l’année écoulée, en proie à des difficultés de toutes sortes, avec la tenue régulière des examens de fin d’année. A peine la nouvelle rentrée scolaire démarrée, le voilà sur les grands chantiers qui ont été annoncés pour permettre à l’école de gagner tout le temps qui lui est concentré. Et cela, pour donner à nos enfants les meilleures aptitudes d’apprentissage.

Cette année, cela a été dit : ce sera le retour de l’épreuve orale au bac. Pour le ministre, on n’a pas le choix de s’y retourner si nous voulons que nos enfants aient les mêmes chances que ceux de la sous-région pour les batailles du futur. Et pour cause. En 2002, le baccalauréat unique sera érigé dans l’espace Uemoa. Si nous sommes aujourd’hui le seul pays à ne pas pratiquer le bac oral, on ne donne pas les mêmes chances à nos enfants pour la quête de l’universel.
Autre piste, autre ambition : la culture de l’excellence. Le ministre Témoré Tioulenta l’a déclaré : il faut que l’école renoue avec la bonne ambiance pour célébrer le mérite. Du côté des apprenants, comme chez les enseignants, les meilleurs seront désormais célébrés en fin d’année. De ce fait, les compétitions sportives, pédagogiques et académiques seront instaurées. A titre d’exemple, le grand prix de lecture du président de la République sera institué pour donner une saine émulation aux enfants pour la lecture, la clef du savoir à l’école.
« Rêvons pour nos enfants », a dit le ministre Tioulenta qui est désormais déterminé à renforcer l’apprentissage de l’anglais dans les écoles, au même titre que l’information qui donne droit aux métiers du futur. L’anglais, en tant que langue du monde, doit donner à nos enfants les armes pour affronter les défis du futur, plus complexes et plus nombreux.
Pour réaliser tous ces grands chantiers au profit de l’école, il a été institué un cadre permanent de concertation, regroupant tous les acteurs et partenaires de l’école, dans le but d’anticiper sur tous les défis auxquels l’école est confrontée, en vue d’y trouver des solutions, dans la perspective de ne pas perturber le temps d’apprentissage des enfants en classe.
Pour cette nouvelle rentrée scolaire, le cadre permanent de concertation s’est déjà réuni, sous la présidence du ministre de l’Education nationale, avec les acteurs de l’école au grand complet, y compris les organisations syndicales, dans le but de diagnostiquer les problèmes et de se projeter dans les bonnes perspectives pour l’école.
C’est donc un sursaut national qui est dressé pour la performance et la qualité à l’école.


Nanpaga KONE

84 Visite(s) Source : Par - La Preuve
Publié le : 08-10-2019 à 22:08:51