URGENT :

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

24 juillet 2021

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Le teint ébène est-il en voie de disparition ? Ce serait trop dire. Mais il est très menacé vu le complexe d’infériorité croissant que la peau noire suscite chez les Africaines. La dépigmentation artificielle de la peau continue d’être ce véritable fléau dans nos sociétés  avec ses  conséquences désastreuses.

Les mandingues disent que dire la vérité à son ami n’est pas une raison objective de rupture ! Je vais donc me départir aujourd’hui de ma «Robe» «d’avocat défenseur des femmes» (un titre attribué à mes débuts au Les Echos) pour vous dire ce que je pense de certains complexes qui sont entrain de déshumaniser nos femmes, nos sœurs… en faisant juste d’elles une masse de consommation. Mesdames, je voudrais qu’on parle un peu de la dépigmentation maintenant que les célébrations du 8 mars (Journée internationale de la Femme) sont derrière nous.

«La vraie sorcellerie en Afrique est que les filles naissent de teint noir et sont de teint clair ou deviennent des Blanches quand elles grandissent» ! C’est le constat ironique d’un ami sur les réseaux sociaux. Un constat qui cache une triste réalité aux conséquences sanitaires, culturelles et socioéconomiques dramatiques : la dépigmentation !

Quand je vois toutes ces braves dames, souvent débout avec le premier appel du muezzin, qui triment pour nettoyer des bureaux ou qui passent des journées entières devant les fourneaux… et ce qu’elles font d’une partie non négligeable des revenus tirés de cet enfer, c’est révoltant.

C’est le cas de «Asso» (Associée). Elle était une très belle femme avec un étincelant teint d’ébène qui aurait pu rendre jalouse de nombreuses femmes au teint clair. C’est ainsi que je l’ai connue en tout cas pendant nos années d’études avant de la perdre de vue suite à mon départ à l’Université Cheick Anta Diop de Dakar (UCAD), au Sénégal. Il y a quelques semaines, nous nous sommes croisées au hasard dans une cérémonie sociale. Et j’ai eu du mal à reconnaître cette belle jeune fille. Si physiquement elle est toujours dans une forme éblouissante, son teint actuel atténue cette beauté qui aurait pu affoler le cœur d’un Ayatollah.

-Quel malheur s’est abattu sur notre charmante Asso ?, ai-je demandé à notre hôte du jour.

-Elle a cédé à la mode des complexées, à la dépigmentation.

Et il me raconta une histoire qui m’a perturbé. Asso n’a pas su se choisir un époux quand elle avait le vent en poupe. Elle se disait qu’elle avait tout le temps de se caser en oubliant que sa beauté est comme une rose qui se fane un moment de la journée. Et quand, elle revint sur terre, presque toutes ses amies s’étaient mariées. Visiblement, elle a pensé que son teint qui était son principal atout, en plus de sa forme et de sa beauté naturelle, était devenu son handicap. Et c’est pour se redonner une seconde jeunesse qu’elle a sans doute sombré dans la dépigmentation.

Ni Noire ni Blanche

Aujourd’hui, on ne sait plus si elle est Noire ou Blanche ! Le hic, c’est qu’elle est sur le point de perdre la vue ! Ce qui est le comble du malheur pour une jeune dame qui gagne l’essentiel de ses revenus dans la couture. Ayant préféré une école de couture à de longues études après le DEF (Diplôme d’études fondamentales), elle était devenu une talentueuse styliste. Sa vue s’est progressivement détériorée par les effets des produits utilisés pour s’éclaircir la peau.

Certes elle semble avoir pris conscience du danger, mais est-ce qu’il n’est pas trop tard ? En tout cas elle semble être la perdante sur toute la ligne. Non seulement elle est toujours célibataire, mais elle risque aussi de perdre la vue, donc de renoncer à la couture. Au mieux, elle sera obligée de recruter des tailleurs compétents pour faire marcher son atelier.

Cette histoire, émouvante, est loin d’être un cas isolé. Malheureusement ! Le «tcha» ? C’est une mode à laquelle les Maliennes succombent facilement sans distinction de classe sociale, de niveau d’instruction… Des Premières Dames aux vendeuses de galettes du quartier ou du village… Elles s’y investissent toutes. Nos artistes et cantatrices ? N’en parlons pas. Même les aide-ménagères n’y résistent pas !

C’est certainement la qualité des produits utilisés pour se blanchir qui fait la différence. Ne vous laissez pas donc facilement séduire par un visage rayonnant avant de voir tout le corps. Dans l’embarras regarder le visage et baisser la tête pour voir les coudes ou/et les pieds. La différence de ton et de teint est saisissante. C’est à peine si certains corps massacrés par les produits dépigmentant ne vous donnent pas la nausée. Cela va du deux tons à la multi-coloration.

Des produits détournés de leur usage médical

De nombreuses personnes ont recours à la dépigmentation volontaire pour éclaircir le teint naturel de leur peau.  Cette pratique repose sur l’usage de produits détournés  de leur usage médical ou de produits illicites. Les analyses effectuées sur plus de 160 produits ont mis en évidence des proportions élevées de substances non conformes à la réglementation des produits cosmétiques et dangereux pour la santé en raison de la présence de substances interdites : environ 30 % en 2009 et 40 % en 2010.

Ces produits (sous forme de crèmes, gels, laits corporels  ou savons) sont utilisés seuls ou en association. Ils sont  en général appliqués sur tout le corps (plus rarement  sur les parties découvertes seulement), une ou plusieurs fois par jour, le plus souvent durant plusieurs années. Combien de femmes souffrent aujourd’hui du cancer ou d’une autre maladie de la peau ou ont perdu la vie ? En décembre 2020, une jeune femme est décédée à Bamako à cause des produits éclaircissants. 

Après avoir subi une césarienne, sa peau n’a pas pu cicatriser correctement et elle a succombé à une infection. D’autres risquent à tout moment la cécité, le cancer de la peau et autres conséquences sur leur santé parce que l’usage de produits éclaircissants abîme la peau de ceux qui en font usage.

A mon avis, la beauté n’est pas d’avoir un beau visage mais une belle mentalité, un beau cœur et surtout une belle âme. Et de loin, nous préférons le sublime teint d’ébène de nos «Fimaninw Kalé kalé» à cette peau qui a presque tout perdu au point qu’on se demande si elle est encore sensible aux caresses et qui est couverte de vergetures à vous donner la nausée pendant plusieurs jours de suite.

Et comme le célèbre Meiway dans la belle chanson «Assétou» (hommage à la Noire séduisante tout en restant naturelle) tout ce qui brille n’est pas or qui scintille jour et nuit. Mon frère si tu t’amouraches d’une tchatcho, tu as intérêt à ne la déshabiller que dans l’obscurité. Sinon…

Mes hommages à mes Nyeleninw qui savent se battre pour se faire une place au soleil sans aucun risque de se brûler la peau. C’est qui déjà le poète qui disait que le Blanc est une couleur circonstancielle et le Noir celle de tous les jours ?

Bolmouss

Quand le manque de confiance en soi conduit à l’irréparable

«La dépigmentation volontaire, telle que pratiquée chez nous en Afrique, n’a pas d’avantage. Les pigments protègent la peau contre les radiations. En les détruisant, on ne fait qu’exposer la peau à la survenue des effets néfastes des radiations», disait récemment un spécialiste.

Cette utilisation abusive des produits généralement détournés de leur usage thérapeutique n’est donc pas sans conséquences souvent dramatiques pour les femmes et les hommes qui y sont abonnés. Et c’est une pratique que les spécialistes ne cessent de déconseiller.

Maladies de peau (complications les plus fréquentes), apparition ou aggravation d’infections de la peau (gale, mycoses, infections bactériennes…)  pouvant être très sévères ; apparition ou aggravation d’une acné parfois très sévère ; vergetures larges, très inesthétiques et irréversibles ; amincissement de la peau à l’origine de problèmes de cicatrisation ; troubles de la pigmentation parfois définitifs (apparition de taches claires ou foncées) ; risque accru d’hypertension artérielle, de diabète, de complications rénales et neurologiques ; risques toxiques chez la femme enceinte ou allaitante pour l’enfant…

Voilà autant de conséquences que les praticiens utilisent souvent pour sensibiliser contre cette pratique liée en partie à un complexe socioculturel. Elles sont nombreuses à dépigmenter comme si elles avaient honte d’être noires et sous prétexte que ce sont les femmes blanches ou de teint-clair qui attirent les regards masculins. Il est clair que les risques encourus sont trop grands et ne valent pas le sacrifice. Sans compter que le manque de confiance en soi peut entraîner l’irréparable. 

Au finish, le visage de beaucoup d’entre elles fait penser qu’elles ont été victimes de brûlures à l’eau bouillante ou par le feu. Le feu de l’amour ?

Rien n’est moins sûr !

Kader Toé

Le Matin

Read Previous

Assassinat de sidi Brahim Ould Sidatt

Read Next

Edition 2021 de la journée internationale du sport « Le Covid-19 au cœur des préoccupations du Mouvement national olympique et sportif »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular