URGENT :

Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali : Plus d’1 milliard FCFA évaporé en 8 mois de gestion

Refondation du Mali : Le Haut Conseil Islamique prépare une concertation nationale, le 31 juillet prochain

Folle rumeur de versement de 500 milliards FCFA sur le compte de feu Hamed Bagayoko : Karim Kéita éclaboussé ?

Mali : Manifestation contre la vie chère, hier, à Bamako

Nioro du Sahel : Les terroristes ferment des écoles

La feuille de route de la transition en difficulté Déjà des couacs se multiplient au sommet de l’Etat

Vie chère : Poche trouée, panier vide

Burkina Faso, Niger et Mali : 350 millions $ de la Banque Mondiale pour relance et la stabilité

60ème édition de la Coupe du Mali Les quatre demi-finalistes connus

Lt-Colonel Sapeur-Pompier Bakary Dao de la Direction de la Protection Civile : « En 2020, les mototaxis sont impliquées à 78% des accidents de circulation à Bamako »

Nouveau Gouvernement La représentation des femmes est à l’ordre de 21%

Leadership éditorial des rédactrices en chef en période électorale Les femmes journalistes à l’école de l’Internews

Assimi Goïta au PM Choguel. K. Maïga lors du 1er conseil des ministres « Si le temps vous est compté, les critiques ne vous seront pas comptées ».

Edito : Le gouvernement Choguel souffre d’un déficit d’inclusivité

Émission de faux tickets de péage : Le ministre en charge des Transports interpelé

5ème édition du forum sur le sport Instaurer un cadre de réflexions, d’animations et d’échanges sur les opportunités offertes par le sport

Torture du jeune Tiémoko par décharge électrique L’auteur Moussa Sissoko alias «Le Fou» et ses complices arrêtés…

Affaires étrangères et coopération internationale : Le ministre Diop étrenne son come-back avec un préavis de grève de 96 h

Commissariat de police du 3ème arrondissement Le succès de l’Opération anti-drogue salué par une délégation du chef de quartier de Quinzambougou

ATT- bah N’Daw – Assimi Goïta Le Bon, la Brute et le Redresseur de torts !

Présidence de la transition Zeyni Moulaye conseiller spécial d’Assimi

22ème Quinzaine de l’environnement Consolider l’engagement national, autour des ODD

Choguel Maïga à la primature : Mission impossible pour un champion en tactique de reniement

Contentieux judiciaire sur la rénovation du stade Mamadou Konaté portant sur 403 585 835 fcfa

La primature de 1960 à nos jours : Choguel Kokalla Maïga, 23e Premier ministre au Mali !

Situation politique nationale Quand les faits donnent raison à Tiéman Hubert Coulibaly

La Présidence de la République du Mali dévoile un nouveau gouvernement composé des militaires et du M5-RFP….

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Exploitation économique des enfants talibés par des maîtres coraniques

Suivi de la transition en cours au Mali : Le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan, attendu à Bamako ce mardi

Transition au Mali : Dr. Choguel Kokalla Maïga nommé Premier ministre

Après son investiture comme président de la transition du Mali : Assimi GOÏTA promet «l’organisation des élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues »

Choguel Kokalla Maiga probable premier ministre : Le choix de la raison et de l’objectivité du moment

Instauration de l’islamisme radical au Mali : Le faux procès d’intention de Macron

Choguel Maïga à propos de son double salaire de l’AMRTP et de ministre : “Depuis que je suis devenu ministre, j’ai toujours reversé mon salaire de directeur de l’Amrtp dans le compte de l’Amrtp”

Mon Colonel, attention aux laudateurs !

Branchements illicites sur les réseaux de l’EDM-SA : Trois individus arrêtés par le Commissariat du 3ème arrondissement au marché de Médina-Coura

Dégradation de la qualité des services des télécommunications à Bamako et environs : L’AMRTP ouvre la chasse aux boosters dans le Grand marché Les fautifs risquent 5 ans d’emprisonnement et 100 millions F CFA d’amende

Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

Congrès et choix du candidat à l’élection présidentielle de 2022 : L’ADEMA fait désormais face à deux défis majeurs

Affaire de « Complot contre le gouvernement » : Ras Bath et coaccusés libérés

Affaire des bérets rouges : Trois militaires régularisés après leur libération de prison

Affaires étrangères et coopération internationale : 17 Ambassadeurs et 3 Consuls bientôt nommés !

Observatoire : En hausse : Seydou Mamadou Coulibaly

Centenaire de la naissance de Seydou Badian Kouyaté : Un grand ouvrage est en gestation par des intellectuels maliens

Réformes politiques et institutionnelles au Mali : L’architecture se met en place

Dysfonctionnement dans la transition : Les ministres de la Défense et de la Sécurité partent à la chasse à l’homme

Cherté de la vie : Plus le Ministre du Commerce et la DGCC sensibilisent, mieux les prix grimpent

Dépigmentation de la peau « Souffrir pour mieux dégrader sa peau, détériorer sa santé »

Mali : un suspect arrêté à Bamako après l’assassinat de Sidi Brahimi Ould Sidati

Assassinat de Cabral Ce que Laama sait de la disparition de son beau-frère

Assassinat du Président en exercice de la Coordination du Mouvement de l’Azawad CMA

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Vaste scandale financier à la BMS-SA : Un transfert frauduleux de 200 millions FCFA

24 juillet 2021

Ciment et fer à béton : Les prix n’encouragent pas à construire

Le Mali est en chantier, le fer et le ciment sont des éléments indispensables. Mais, depuis quelques temps, les prix de ces deux matériaux coupent le sommeil à ceux qui protègent construire.

Le prix de la tonne du ciment était à 90.000 Fcfa dans notre pays. Cependant, il a pris l’ascenseur depuis les événements ayant conduit à la démission du Président IBK (100.000 Fcfa voire 115.000 Fcfa pour se stabilisé 110.000 Fcfa dans les différentes quincailleries de Bamako. Quant au fer, le prix de la barre du fer 12 plein qui était vendu entre 5.750 et 5.800 Fcfa. La barre du fer 12 simple entre 3.250 et 3.300 Fcfa. La barre de fer 10 entre 2.250 à 2.300 Fcfa. Le fer 8 se vend entre 1.250 à 1.300 Fcfa, et  le fer 6 entre 750 à 850 Fcfa.

Un risque d’augmentation n’est pas exclu.

Beaucoup de revendeurs s’accordent à dire que cette hausse est due à la pandémie de Covid-19 car les importations sont limitées et le stock national est insuffisant.

L’augmentation du prix de ces matériaux est en grande partie due au fait que la demande est nettement supérieure à l’offre. Sans risque de se tromper, nous pouvons déduire que c’est donc la rareté du produit qui est à la base du renchérissement du prix.

Les besoins faisaient l’objet d’importation à partir des pays voisins comme la Côte-d’Ivoire, le Togo et le Sénégal. Les besoins du Mali en ciment sont passés de 680.000 tonnes, en 2003, à 1.500.000 Tonnes en 2009. En 2013, l’importation du ciment au Mali a atteint plus de 2.000.000 de tonnes.
Aujourd’hui, les besoins en ciment sont estimés à 3 millions de tonnes par an.

Malgré, que le pays présente un large éventail d’opportunités dans plusieurs secteurs : comme les infrastructures et la construction de bâtiments.

La crise de la COVID vue par certains économistes comme une chance pour les pays à économies comme le Mali, et favorisant l’émergence d’un modèle de développement plus équitable, et donc une meilleure répartition de la richesse.A ce stade, l’urgence absolue est surtout de continuer à prendre la mesure de la crise qui sévit, et tout mettre en œuvre pour éviter les pertes en vies humaines massives et l’effondrement de l’économie.

Mahamadou YATTARA

UMOA : Le Mali lève 44 milliards FCFA sur le marché

Malgré la crise politique que traverse actuellement le Mali, le marché de l’UEMOA lui réitère sa confiance en levant  44 milliards FCFA. Cette crise n’a estompé en rien l’engouement des investisseurs de l’espace pour les titres publics du pays. Ce 2 juin 2012, Bamako a ainsi réussi à emprunter avec succès 44 milliards FCFA auprès de ces derniers à la suite d’une double émission d’obligations de relance (ODR) de maturité 5 ans et 7 ans sur le marché régional, adossées respectivement à des taux d’intérêts de 5,90% et 6,15%.

Recherchant initialement 40 milliards FCFA, le Mali s’est vu proposer 138,73 milliards FCFA, soit plus de 3 fois le montant mis en adjudication. Dans le détail, ce sont plus d’une dizaine d’investisseurs en provenance de 7 des 8 pays de l’UEMOA, exceptée la Guinée-Bissau, qui ont montré leur intérêt pour les ODR du pays.

Les investisseurs du Mali ont proposé au total 35,5 milliards FCFA quand ceux de la Côte d’Ivoire et du Togo ont soumissionné chacun 32,2 milliards FCFA.

Relevons que les 44 milliards FCFA ont seulement été levés via la maturité de 7 ans en dépit du fait que celle de 5 ans ait recueilli près de 51 milliards FCFA.

Au terme des adjudications, l’obligation initialement de valeur nominale 10 000 FCFA a enregistré des surcotes (hausse) de 61 FCFA et 71 FCFA pour les prix marginal et moyen pondéré. Le rendement moyen pondéré est ressorti à 6,02%.

Déjà sous la fin de mandat précipité d’IBK, le Mali vivait des périodes difficiles. Quid du début de mandat transitoire du CNSP ?

A coup d’emprunt obligataire, le Mali, sous Boubou Cissé, parvenaient à payer les salaires des fonctionnaires et assurer, bon an mal an, le fonctionnement des services publics, le CNSP, au pouvoir depuis le 18 août 2020, trouve sans doute des caisses vides de l’Etat.

Le Mali, depuis plusieurs décennies, présente un solde budgétaire qui est structurellement déficitaire (à savoir dépenses supérieures aux recettes, donc l’économie est financée par des endettements).

En réalité, nos gouvernants empruntent en nos noms, et ceux sont quelques copains du pouvoir et leur bande qui tirent profit de ces ressources, le tout en exposant ainsi la génération future à des soucis d’insolvabilité, parce que la dette doit être remboursée. On creuse le déficit qui gonfle la dette. Le hic, c’est la soutenabilité de la dette qui se posera à terme ! ».

Ainsi depuis le lundi 27 avril 2020, nos pays pouvaient émettre des bons du Trésor, dénommés «bons sociaux Covid-19». Le montant initial appelé à évoluer était fixé à 846 milliards de Fcfa, de titres publics sur le marché régional. Le but était de faciliter un décaissement rapide des fonds.

Mahamadou YATTARA

Info@sept

Read Previous

Edito : Assimi Goita l’a cherché et il l’a eu

Read Next

Communiqué de APPEL-Mali Suite à des accusations contre l’hôpital Mère – Enfant ‘’Le Luxembourg’’ relatives au décès de Ronald Guindo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular